HEXO veut éduquer les consommateurs de cannabis

Publié le 28/08/2018 à 15:39

HEXO veut éduquer les consommateurs de cannabis

Publié le 28/08/2018 à 15:39

Rares sont les industries qui ne peuvent pas promouvoir leurs produits, mais HEXO se dit totalement en accord avec la position du gouvernement québécois concernant le cannabis.


« C’est un nouveau marché, le produit est peu connu dans la population en général, dit Sonia Isabel, vice-présidente, Ventes. Nous ne voulons pas encourager la consommation. Nous voulons éduquer les gens. La clé, c’est vraiment l’éducation. »


HEXO est la marque de cannabis récréatif d’Hydropothecary, un producteur de cannabis médical de Gatineau. L’entreprise sera le principal fournisseur de la Société québécoise du cannabis (SQDC). Elle lui en fournira 20 000 kilos la première année, 35 000 la deuxième et 45 000 la troisième. Cinq autres producteurs approvisionneront aussi la SQDC, mais en quantités moindres.


« Nous avons un statut privilégié et à ce titre, nous voulons jouer un rôle de bon fournisseur », insiste Mme Isabel qui participera à la conférence Marché du cannabis, présentée le 10 octobre prochain par les Événements Les Affaires. Elle et son collègue Guy Degrace, expert produit, un « sommelier » du cannabis, donneront un aperçu du plan de formation des employés qu’a développé HEXO en collaboration avec la SQDC.


Ce plan est conçu pour que les employés puissent répondre aux questions et conseiller trois profils de consommateurs : le découvreur, le passionné et le connaisseur. « Au début, nous pensons que la plupart des clients seront des découvreurs, indique la conférencière. Ce sont des gens curieux, qui veulent expérimenter, mais qui ont peut-être des craintes. Ils auront besoin d’informations de base sur les effets du cannabis et sur les différentes catégories de produits. »


Les passionnés sont des consommateurs avertis qui veulent en apprendre plus sur le produit. Les connaisseurs – le plus petit segment de clientèle – voyagent et s’intéressent aux diverses variétés de plantes de cannabis. Ils recherchent des produits plus exclusifs, plus haut de gamme. Ces deux derniers profils seront davantage mis de l’avant plus tard.


De plus, après le 17 octobre, journée de légalisation du cannabis, HEXO rendra disponible graduellement du matériel d’information sur le web (vidéos sur la culture du cannabis, dépliants, fiches-produits, etc.).


marché du cannabis


Gamme limitée de produits


Contrairement au cannabis médical, les produits destinés à la consommation récréative pourront être vendus uniquement par la SQDC. Et le choix sera limité : des fleurs séchées ou fraîches et de l’huile de cannabis à vaporiser sous la langue (sans arôme ajouté).


La vice-présidente Ventes d’HEXO admet que l’entreprise aurait aimé offrir une plus grande variété. « Les produits les plus recherchés par les clients, et particulièrement la clientèle féminine, sont ceux qui ne se fument pas. Mais c’est normal de procéder à petits pas. » En 2019, la résine de cannabis (haschich) pourra toutefois être vendue. Éventuellement, les produits comestibles pourraient l’être aussi.


Fin du marché noir?


En légalisant la consommation de cannabis, le gouvernement fédéral vise à éliminer le marché noir. Un objectif atteignable, mais pas du jour au lendemain, selon Sonia Isabel. « Ce sera un réel combat. Le marché noir va se livrer à une guerre de prix. D’ailleurs, les prix ont déjà commencé à baisser en prévision de la légalisation. Au Colorado, le cannabis récréatif a été légalisé en 2014 et le marché noir intérieur a maintenant presque disparu, mais ç’a été difficile. »


En revanche, il y a eu une explosion du marché noir vers les États où le cannabis est illégal en raison de la possibilité de faire pousser son propre cannabis au Colorado. C’est pourquoi l’État américain vient de faire marche arrière en faisant passer de 99 à 12 le nombre de plants autorisés. Le Canada espère éviter ce piège. Ainsi, le Québec interdit toute culture personnelle tandis que la plupart des autres provinces permettent de cultiver quatre plants.


« Le cannabis acheté sur le marché noir contient parfois des ingrédients indésirables qui peuvent être dangereux pour la santé, dit Sonia Isabel. En se procurant leur cannabis à la SQDC, les consommateurs seront sûrs d’obtenir un produit de première qualité. »  


 


À propos de ce blogue

En coulisses est le blogue des Événements Les Affaires. Nous vous proposons un accès privilégié aux meilleures pratiques de la communauté d’affaires québécoises qui sont partagées lors de nos conférences. Chaque semaine, nous discutons avec certains des gestionnaires qui ont accepté d’être conférenciers à nos événements, afin de vous présenter des idées concrètes pour vous aider dans votre réflexion et répondre à vos préoccupations d'affaires.