Encouragez vos employés à quitter leur emploi !

Publié le 12/01/2018 à 14:38

Encouragez vos employés à quitter leur emploi !

Publié le 12/01/2018 à 14:38

Elias Djemil (Spektrum)

pektrum tient à ses employés, mais elle souhaite avant tout favoriser leur épanouissement personnel. C’est pourquoi elle encourage ceux qui démontrent de l’intérêt pour l’entrepreneuriat à développer des startups à l’interne. Puis, éventuellement, à voler de leurs propres ailes. Une approche qui est devenue un moteur de croissance.


« Si nos employés veulent faire le tour du monde, ils peuvent travailler à distance ; s’ils veulent devenir entrepreneurs, nous les aidons, dit Georges Saad », cofondateur de cette firme-boutique de développement web et mobile.


« Quand un employé a un rêve entrepreneurial, on a deux options comme employeur, poursuit-il. Soit, on essaie de le bloquer en le mettant dans une cage en or avec une augmentation de salaire et une table de babyfoot. Soit on fait le projet avec lui. » C’est cette deuxième option que Spektrum a choisie.


Pour la PME de Québec, pas question de convaincre un employé de renoncer à ses aspirations. « Nous ne voulons pas qu’il reste dans son emploi si ce n’est pas là que se trouve son bonheur », soutient Georges Saad. Il viendra parler de sa vision et de son programme d’intrapreneuriat lors du Sommet transformation du travail, présenté par les Événements Les Affaires le 20 mars prochain.


Prêts pour le décollage ?


Spektrum comptabilise quatre jours de travail par employé. La cinquième journée peut être consacrée à de l’innovation ou encore à des projets personnels. C’est souvent là qu’émergent des idées d’entreprises.


Si l’idée a du potentiel, l’employé peut continuer à y travailler et même s’y dédier à temps plein tout en touchant son salaire, avant de se lancer à son compte. « On finance son projet et si ça fonctionne, on s’associe avec lui », résume Georges Saad en parlant du programme de développement de startups, baptisé Apollo 13.


L’entreprise Snipcart, qui a mis au point une technologie permettant de transformer en quelques minutes un site web régulier en site transactionnel, est l’un des gros succès du programme. « Elle est rentable et fait des affaires à travers le monde, dit Georges Saad. On a perdu un employé, mais on a gagné un associé dans une nouvelle entreprise. » Un autre exemple : Signsquid, qui commercialise une technologie de signature électronique sécurisée pour les gens d’affaires et les professionnels.


Jusqu’ici, Spektrum a joué un rôle dans la création de huit entreprises. En plus de celles issues de l’intrapreneuriat, elle offre aussi de l’accompagnement et des services technologiques à des entrepreneurs de l’externe en échange d’une prise de participation minoritaire. C’est le cas notamment de Lexya, une plateforme web d’achat et de vente de livres neufs et usagés pour les institutions scolaires.


transformation du travail


Des entreprises qui durent


« Avec Apollo 13, nous voulons contribuer à bâtir des entreprises qui vont créer des emplois et durer dans le temps », insiste Georges Saad. C’est pourquoi le programme vise à rentabiliser rapidement les jeunes pousses plutôt que de recourir à du financement. Sa façon d’y parvenir consiste à trouver des clients qui feront office d’utilisateurs bêta et qui permettront également de couvrir les frais de développement.


« Les clients bénéficient d’une solution à une fraction du prix et ça nous permet de démontrer qu’il y a un marché pour le produit, explique le conférencier. D’ailleurs, nous partons toujours d’un besoin à régler et non d’un concept que nous essayons de pousser. »


Par exemple, Userboat, une plateforme de gestion de membres pour les associations, qui est en gestation présentement, a déjà quatre clients.


Fondée en 2009, Spektrum a 20 employés et ne souhaite pas en avoir davantage, car elle tient à préserver son agilité et sa capacité à appuyer ses employés dans leurs passions. « Les services de Spektrum représentent encore 80 % de nos revenus, mais nous visons une croissance horizontale grâce aux entreprises dont nous sommes actionnaires, dit Georges Saad. Le plus important pour nous toutefois, c’est de contribuer à un écosystème d’entreprises durables et responsables. »


À propos de ce blogue

En coulisses est le blogue des Événements Les Affaires. Nous vous proposons un accès privilégié aux meilleures pratiques de la communauté d’affaires québécoises qui sont partagées lors de nos conférences. Notre mission : vous présenter des idées concrètes afin de vous aider dans votre réflexion et répondre à certaines de vos préoccupations d'affaires.

Sur le même sujet

Un laboratoire virtuel pour le développement de produits

Édition du 11 Février 2017 | Pierre Théroux

FOCUS SHERBROOKE. Charles Bombardier ne manque pas d'idées ni d'inventivité. La dernière initiative du petit-fils ...

Démontrer sa vulnérabilité, c'est bon ou pas ?

BLOGUE. Cela fait maintenant deux ans et demi que je suis à la barre du blogue « Le regard du coach ...

OPINION Peut-on corriger une réputation?
Mis à jour le 11/09/2013