Faut-il avoir peur de dire les vraies affaires?

Publié le 05/09/2018 à 10:56

Faut-il avoir peur de dire les vraies affaires?

Publié le 05/09/2018 à 10:56

Outre le terrible drame humain lié à la tragédie de Lac-Mégantic, plusieurs commerçants ont eu des difficultés financières après cette épreuve. (Photo: SPIQ)

Voici le premier blogue d'Anne Marcotte, cofondatrice du mouvement Adopte Inc et productrice du Groupe Vivemtia inc. «Je me suis lancée en affaires le jour de mon congédiement. L’instinct de survie, l’audace et mes paiements à la fin du mois ont figuré parmi mes plus grands actifs. L’entrepreneuriat a complètement changé ma vie. Dire les vraies affaires aussi. À travers ce blogue, je partage mes tranches de vies d’entrepreneure et en voici une.»




BLOGUE INVITÉ. Remontons à l’été 2013. On se souvient tous de la tragédie survenue à Lac-Mégantic. Dans un moment de compassion, j’avais envoyé un mot à un contact d’affaires que j’avais connu là-bas lors de l’une de mes conférences. Un message plutôt simpliste, à défaut de trouver les bons mots. «Es-tu OK?», avais-je lancé à Jacques, un mobilisateur hyper impliqué dans la communauté entrepreneuriale de Mégantic. Outre le terrible drame humain, il m’avait expliqué, quelques mois suivant la tragédie, que plusieurs commerçants ne seraient pas en mesure de passer financièrement cette épreuve. Il m’avait alors lancé un réel cri d’alarme: «Peux-tu faire quelque chose pour eux?».


Demandez, vous recevrez...


Armée d’une volonté de contribuer à améliorer les choses, j’avais lancé l’idée suivante: «Et si on produisait une émission de télévision pour permettre aux commerçants éprouvés de pouvoir exprimer leur réalité et leurs besoins devant tout le Québec?». Après avoir vendu ma première entreprise, j’avais imaginé et produit la toute première série télévisée à caractère entrepreneuriale au Québec intitulée VoirGRAND.tv. Ça m’avait pris près de deux ans à faire le tour des télédiffuseurs pour présenter mon concept. J’avais vite compris qu’outre la qualité du projet, l’originalité du concept et bien d’autres considérations relatives à l’industrie, il y avait un cycle à respecter dans l’univers de la diffusion télé. Et le cycle, il était long et laborieux.


Croyant la mission de l’émission télé que j’allais produire au-dessus de cette réalité, j’étais convaincue que je réussirais à trouver un diffuseur intéressé qui ferait de la place dans sa grille horaire à court terme. J’ai donc décidé de braver cette évidence et de démarrer la production et la signature des commandites et ce, avant même d’avoir trouvé un diffuseur intéressé. Mon équipe de tournage, le mobile de production télé et les équipements loués débarquèrent en grande pompe à la fin de novembre 2013 dans l’entrepôt Logi-Bel à Lac-Mégantic qui avait été aménagé en un immense plateau avec des estrades pour accueillir la communauté. Silence, on tourne!


Quelques jours plus tard, toutes les séquences d’un super spécial télé défilaient sur les écrans des stations de montage de mon entreprise. Seul problème en vue: je n’avais toujours pas trouvé de diffuseur télé malgré tous mes efforts et mes convictions. De toute évidence, j’avais mis la charrue avant les bœufs, comme le dit si bien l’expression populaire.


Les vraies affaires


Je l’ai bien vite réalisé. Et c’est par un soir de déprime, que je me suis retrouvée dans un nouveau restaurant de la ville de Québec. Alors que j’avais pris place au comptoir vient me saluer Guillaume, un jeune entrepreneur, tout pimpant et les yeux complètement pétillants (ah le fameux regard des jeunes entrepreneurs...). Tant qu’à déprimer, aussi bien le faire en encourageant super Guillaume.


«Comment ça va Anne?». Du tac au tac, sans même réfléchir, je lui ai expédié à grande vitesse la vérité toute crue, aussi crue que la salade que j’étais en train de manger. « Mal, très mal, ça ne va pas bien du tout! », lui expliquant que j’avais entre les mains une superbe production télé qui allait aider les commerçants et les entrepreneurs éprouvés de Lac-Mégantic, que je n’avais pas encore trouvé un diffuseur et que je devrais non seulement rembourser tous les commanditaires et générer ainsi un déficit dans ma compagnie, mais qu’en plus, j’allais décevoir des gens déjà éprouvés qui avaient un urgent besoin de s’exprimer devant tout le Québec pour solliciter de l’aide.


Guillaume ne dit rien. Absolument rien devant mes yeux qui s’étaient remplis d’eau. Il pinça les lèvres puis s’éloigna de moi. Je le vis se mettre à pitonner sur son cellulaire comme si rien n’était. Je me souviens avoir entendu ma petite voix intérieure me dire que j’avais peut-être oublié que la majorité des gens préfèrent se faire dire que tout va bien même lorsque ce n’est pas vrai. Puis, Guillaume revint vers moi et me montra le texto qu’il venait tout juste d’envoyer. « Salut Max, je suis avec Anne Marcotte, c’est une fille de Québec reconnue pour aider les entrepreneurs, elle a fait un super show télé pour aider Lac-Mégantic, vous devriez vraiment vous parler... ».


Qui aurait pu croire à un tel miracle? Guillaume était un ami de Maxime Rémillard, propriétaire de V Télé. Et c’est grâce à Guillaume et à ma réponse : « Ça ne va pas bien du tout! » que le 13 janvier 2014 à 19h, mon spécial télé devint disponible pour près de 3 heures consécutives sur tous les téléviseurs dans les chaumières du Québec.


Ce que je compris...


Dire les vraies affaires, ce n’est pas toujours facile. Parfois, ça fait peur. On a peur du jugement des autres, peur des réactions, peur des commentaires. Mais chose certaine, dire les vraies affaires, ça fait de nous juste du vrai monde.


Et vous, comment allez-vous?


PS : Le site Internet de l’émission est encore en ligne!


 


 

À propos de ce blogue

«Je suis devenue une entrepreneure le jour de mon congédiement. L’instinct de survie, mon audace et mes paiements à la fin du mois ont figuré parmi mes plus grands actifs. Depuis, j’encourage les gens à aller au bout de leurs rêves et de leurs ambitions à titre de productrice et animatrice télé, conférencière, chroniqueuse et cofondatrice du mouvement Adopte inc. qui vient en aide à la relève entrepreneuriale. Et maintenant, à titre de blogueuse!» Anne Marcotte est cofondatrice du mouvement Adopte Inc et productrice du Groupe Vivemtia inc.

Anne Marcotte