L'illusion budgétaire de Marceau

Publié le 22/11/2012 à 14:54, mis à jour le 23/11/2012 à 06:45

L'illusion budgétaire de Marceau

Publié le 22/11/2012 à 14:54, mis à jour le 23/11/2012 à 06:45

Par Adrien Pouliot

Le budget présente une image truquée de la réalité, selon Adrien Pouliot.

BLOGUE. L’objectif du budget Marceau était de montrer une rigueur fiscale suffisante pour calmer les agences de notation et le marché des obligations. Les journalistes et analystes auront conclu, après s’être fait laver le cerveau pendant le huis-clos, que le gouvernement s’en va dans la bonne direction et qu’il a la situation bien en contrôle.


Sauf que…


Le budget présente une image truquée de la réalité.


Dans le document « Budget en un coup d’œil » de 12 pages que les journalistes ont pu consulter, on y présente 2 tableaux. Le premier, coiffé du titre « Un gouvernement responsable », montre l’évolution du déficit de 2010-2011 à 2014-2015. On voit le déficit passer de 3,150G$ à 2,628G$ sous la houlette de Raymond Bachand et, sous l’ère Marceau, rapetisser comme une peau de chagrin à 1,5G$ pour ensuite atteindre le chiffre magique de 0$ en 2013-2014. Comme dirait le journaliste de radio-Canada, si la tendance se maintient… tout va bien!


Sauf que… il faut lire le « fine print »! Il y a en effet une petite note infrapaginale qui mentionne, en passant, que « (p)our 2012-2013, le solde budgétaire exclut l’impact comptable de 1,8 G$ découlant de la perte exceptionnelle d’Hydro-Québec pour la fermeture de la centrale nucléaire de Gentilly-2. L’impact final sera établi aux états financiers d’Hydro-Québec au 31 décembre 2012. ». Oups! Le déficit sera, en fait, de 3,3G$ en 2012-2013.


Mais il y a tout-de-même le chiffre magique de l’équilibre budgétaire en 2013-2014, non?


Oui, sauf que…


Sur le même sujet

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Procter & Gamble, ou ce qu'il faut éviter de faire de son portefeuille

24/10/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Hier matin, le géant Procter & Gamble a annoncé qu’il comptait se séparer de sa ...

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

La marche est haute pour les Québécoises BRP et Uni-Sélect

Face à leurs rivales Polaris et O'Reilly, la marche est vraiment haute pour BRP et Uni-Sélect.