Comment se faire connaître avec un petit budget

Publié le 27/10/2012 à 00:00

Comment se faire connaître avec un petit budget

Publié le 27/10/2012 à 00:00

Si une entreprise en démarrage veut se faire connaître, elle doit songer à l'achat de publicité. Quels sont les moyens d'éviter de jeter son argent par les fenêtres ? Des spécialistes répondent.

Avant d'entreprendre une démarche pour faire connaître son entreprise, le dirigeant doit d'abord se poser une question essentielle : quel est mon public cible? «Mon client Këra est une boutique de lingerie française haut de gamme. Je ne lui conseillerai pas un placement publicitaire dans le créneau de l'émission La Poule aux oeufs d'or», indique Simon L'Italien, directeur de création de Kabane, à Québec.

Le publicitaire privilégiera plutôt des options peu coûteuses, comme l'envoi de dépliants publicitaires à des femmes susceptibles de vouloir visiter ce commerce de la rue Cartier, à Québec.

Alain Tadros, président d'EM L'agence, indique que l'entreprise doit avant tout compter sur sa présence. «Cela signifie avoir un site Web de qualité, une bonne image de marque sur ses emballages ou ses camions. Il faut privilégier les canaux qu'on détient avant d'investir dans les médias payants.»

«Quand on commence, on n'a pas toujours les moyens de recourir à la télé, la radio ou les panneaux d'affichage», explique Denis Roy, fondateur de la firme de communication Egzart, de Trois-Rivières.

Quelques milliers de dollars

Quel devrait être le budget minimal à prévoir ? Le président de la firme H-31, Gilbert Berthelot, recommande de commencer par la base. «Cela coûte environ moins de 5 000 $ si on veut établir son image d'entreprise sur un logo et des cartes de visite. Je préconise aussi l'achat d'une publicité sur Yellow Pages qui revient à tout au plus 200 $ par mois.»

Denis Roy, d'Egzart, parle d'environ 10 000 $ et même 20 000 $ pour une présence sur un site Web et sur les réseaux sociaux. «Quand on lance une entreprise, j'ai du mal à croire qu'on ne peut pas trouver un tel montant pour se faire connaître. La communication est un enjeu majeur en affaires.»

Cette somme peut servir à des actions ponctuelles, comme le recours à une agence qui s'occupe des relations de presse afin de promouvoir l'ouverture de votre entreprise.

Organiser un concours

Un partenariat avec un média peut être une façon moins coûteuse de se faire connaître du grand public. «L'année dernière, Valmont, une chaîne de six épiceries établies à Montréal, a réalisé un partenariat avec Jean-François Plante, de la radio Rouge FM. L'entreprise a été mise en vedette lors d'un concours ou dans les émissions de la radio montréalaise. «Pour chaque dollar investi, nous avons obtenu deux fois la valeur en retombées», note Alain Tadros, d'EM L'agence.

De l'avis de tous, le Web demeure la meilleure façon de mesurer l'efficacité d'une publicité. M. L'Italien achète des mots clés comme «vacances» sur Google Adworks. «Si les gens écrivent ce mot dans Google, cela les conduit à la publicité achetée à un coût minime.» Le spécialiste ajoute que, sur Internet, Facebook est devenu un outil publicitaire incontournable. «C'est facile d'y mesurer la cote d'amour d'une chocolaterie, d'un théâtre ou d'un artiste sur Facebook», observe celui qui a conçu la publicité d'artistes comme Arthur L'aventurier.

Le président de Kabane se montre très enthousiaste relativement à cette méthode. «C'est du bonbon pour les clients. Ils peuvent savoir combien de gens ont cliqué sur leur publicité.»

De l'avis de tous, avant d'investir un seul dollar en pub, il faut vérifier que l'entreprise peut répondre à l'affluence de nouvelles commandes. Le meilleur coup publicitaire ne vaut rien si le produit n'est pas au rendez-vous.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Bombardier : l'art de gagner du temps

Au minimum Bombardier trouve un moyen de faire patienter les investisseurs et leur donnent une nouvelle raison d'espérer

Bourse: Transforce soulève Toronto, Amazon coule New York

16:40 | LesAffaires.com et AFP

Les Bourses canadienne et américaine ont pris des directions opposées. Tandis que les résultats ...

Ottawa est assis sur plus de 730 millions $ non réclamés par les contribuables

Ottawa est assis sur plus de 730 millions $ de remboursements d'impôt et de chèques du gouvernement non ...