Deux montréalaises dans Red Herring

Publié le 23/06/2012 à 00:00

Deux montréalaises dans Red Herring

Publié le 23/06/2012 à 00:00

Par S.D.

Deux jeunes pousses québécoises, Azzimov et Wajam, se sont classées dans le top 100 des start-ups technologiques en Amérique 2012, une liste sélecte d'entreprises les plus innovantes et prometteuses, publiée annuellement par le magazine américain Red Herring.

Créée à la fin de 2010, Azzimov a conçu un moteur de recherche pour le magasinage en ligne. Quant à Wajam, lancée en 2011, elle a créé une application qui raffine les recherches d'un internaute sur les engins Bing, Yahoo, Google, Amazon, Twitter, YouTube, Yelp, Trip Advisor et EBay. Au lieu d'obtenir des résultats classés par ces moteurs, l'utilisateur de Wajam ne reçoit que les informations partagées dans les réseaux sociaux auxquels il a adhéré.

Établie à Montréal, Wajam a plusieurs millions d'abonnés dans le monde et compte maintenant 18 employés, indique son président Martin-Luc Archambault.

«La reconnaissance que nous venons de remporter signifie que notre innovation constitue une rupture technologique et pas seulement une amélioration», commente-t-il.

À suivre dans cette section

Le Québec en bref
Édition du 28 Juillet 2018 | Marie-Pier Frappier

image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

À la une

Les médias québécois doivent avoir «une mentalité de start-up»

BLOGUE. Les grands médias s’entendent sur le problème, mais pas sur la solution...

Accusations: SNC-Lavalin tente de rallier le public à sa cause

11:47 | Julien Arsenault, PC

SNC-Lavalin a reçu une gifle du Service des poursuites pénales du Canada qui refuse de négocier un accord de réparation.

C'est la faute des taux d'intérêt!

BLOGUE INVITÉ. Les entreprises ne sont pas toutes égales face à une hausse des taux d’intérêt.