Des succursales mobiles pour tester le marché

Publié le 21/01/2012 à 00:00

Des succursales mobiles pour tester le marché

Publié le 21/01/2012 à 00:00

Par Hugo Joncas

Transformer un vieux conteneur en bureau, en boutique ou en maison. Poser l'unité sur une remorque, et la camionner jusqu'à destination : un terrain à flanc de montagne pour héberger des skieurs; un emplacement où tester une nouvelle clientèle d'une banque ou d'un restaurant; ou le Grand Nord, pour y implanter une clinique médicale posée directement sur le pergélisol.

Tel est le plan d'Espace mobile, l'entreprise de Bernard Morin. «Le concept se situe entre le véhicule récréatif (VR) et la maison mobile», dit-il. Mais avec ses unités, il n'y a aucun terrain à préparer comme c'est le cas des maisons mobiles. Et contrairement aux VR, ces espaces modulaires sont conçus pour les quatre saisons. «On n'aura qu'à poser l'unité sur une remorque à conteneur et à rouler, dit l'entrepreneur. Elle pourra s'accrocher à n'importe quel camion.» Aucune escorte ne sera nécessaire, car les conteneurs ayant servi de structure aux unités auront la largeur réglementaire pour circuler sur les routes.

«Une banque nous a approchés, dit Bernard Morin. Elle veut avoir un concept facile à déplacer à des endroits où l'achalandage n'est pas assez grand pour construire une succursale.»

Espace mobile discute aussi avec Ski Bromont, qui songe à utiliser ces modules pour aménager des habitations pour les skieurs qui veulent un hébergement «skis aux pieds» (ski in, ski out), sans avoir à prendre la voiture pour accéder aux pentes. «En montagne, souvent, il n'y a pas beaucoup de terrain et pour construire une maison, on détruit le milieu naturel, dit l'homme d'affaires. Mais avec notre module, on n'a qu'à le poser sur le sol et à le connecter aux services d'électricité, d'eau et d'égout.»

S'il vise d'abord le marché des entreprises, l'entrepreneur commencera par celui de l'habitation.

Espace mobile met en ce moment la touche finale à un prototype, aménagé en habitation, qui sera exposé au Salon rénovation et maison neuve de Laval, du 25 au 29 janvier. L'entreprise prévoit concevoir l'intérieur des modules, mais laisser la finition aux soins de l'acheteur. «En 2012, nous prévoyons construire 5 à 10 unités», dit Bernard Morin. Leur construction coûtera environ 100 000 $, et il compte les vendre 125 000 $. Celle du Salon de Laval fera 500 pieds carrés.

Pour les fabriquer en sous-traitance, Espace mobile projette d'utiliser surtout de vieux conteneurs de 40 pieds, qui se vendent un peu plus de 4 000 $. L'entreprise se les procure surtout auprès de transporteurs ferroviaires et routiers américains.

Des ouvriers en sous-traitance inspectent la structure : le plancher, le plafond et les arêtes.

Si tout va comme prévu, l'entreprise, officiellement créée en 2010, enregistrera un chiffre d'affaires d'un demi à un million de dollars pour sa première année d'activité.

À suivre dans cette section


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre


image

Sommet marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre

À la une

1 Québécois sur 4 a déjà quitté un emploi à cause du stress

La trop grande charge de travail en est la principale raison. Et malheureusement, pas la seule...

La valeur du bitcoin explose… un FNB s'en vient

10:54 | Ian Gascon

Un FNB de bitcoin: est-ce une bonne idée? Qui en profitera vraiment?

Martin Carrier devient chef de la direction de Frima Studio

Mis à jour à 11:36 | Denis Lalonde

Martin Carrier reprend du service dans l'industrie du jeu vidéo, devenant président et chef de la direction de Frima.