AbitibiBowater: un comité parlementaire se penchera sur les fermetures au Québec

Publié le 03/09/2010 à 17:01, mis à jour le 17/10/2011 à 09:49

AbitibiBowater: un comité parlementaire se penchera sur les fermetures au Québec

Publié le 03/09/2010 à 17:01, mis à jour le 17/10/2011 à 09:49

Par La Presse Canadienne

La fermeture de deux usines d'AbitibiBowater au Québec sera étudiée à Ottawa la semaine prochaine, en comité parlementaire. Photo : LesAffaires.com

La fermeture de deux usines d'AbitibiBowater au Québec sera étudiée à Ottawa la semaine prochaine, en comité parlementaire.


Quelques membres du comité de l'industrie se sont réunis, vendredi matin, pour convenir d'une date à laquelle ils entendront les représentants de l'entreprise, dont le siège social est situé à Montréal, ainsi que des représentants des travailleurs des usines de Gatineau et Dolbeau.


Le géant du papier journal a annoncé, il y a 10 jours, qu'il mettait définitivement fin à ses activités dans ces deux installations québécoises.


Les députés conservateurs, bloquistes et un libéral se sont entendus pour convoquer le comité vendredi prochain, le 10 septembre, de 9h à 15h, pour y faire la lumière sur la décision prise par AbitibiBowater.


La liste des témoins qui seront invités à comparaître n'a cependant pas encore été dévoilée.


Le Bloc québécois, qui avait réclamé la tenue d'un débat sur la question au comité de l'industrie, a fait valoir, à sa sortie de la rencontre, qu'il souhaitait s'assurer que les travailleurs d'AbitibiBowater "aient leur place" dans ce débat.


Ceux-ci pourraient voir leurs fonds de retraite retirés par l'entreprise, qui plaide manquer de fonds.


Or, ont rétorqué les bloquistes Robert Bouchard et Richard Nadeau - deux députés des deux régions touchées par les fermetures d'usines -, les cadres de l'entreprise toucheront de leur côté des primes atteignant 6 millions $. Il faut "faire la lumière" sur le plan privilégié par la compagnie, ont-ils soutenu.


Les bloquistes ont argué que le comité devait entendre les représentants d'AbitibiBowater et de ses employés le plus tôt possible, car le 14 septembre l'entreprise déposera ses propositions pour régler la situation. La direction doit s'expliquer avant cette date, car après il sera trop tard, a plaidé M. Bouchard.


"Faire une réunion après le 14 septembre, les décisions seront prises, ce n'est pas bon. Il faut qu'il y ait une réunion, il faut les entendre (les dirigeants d'AbitibiBowater), il faut qu'ils viennent s'expliquer avant leur dépôt de propositions. Et le 10 (septembre) c'est vraiment la date limite pour les entendre", a fait valoir le porte-parole du Bloc en matière d'industrie.


Satisfaits que tous les partis se soient entendus sur la tenue d'une rencontre le plus tôt possible, les bloquistes ont cependant dénoncé au passage les lacunes de l'aide apportée à l'industrie de la foresterie par le gouvernement fédéral, qui a été "passif" dans ce dossier selon eux.


"La fermeture de ces deux papetières, c'est une conséquence du 'sans aide gouvernementale' du gouvernement fédéral. S'il y avait eut une aide, un plan de relance pour l'industrie forestière, on n'en serait peut-être pas rendu là", a déploré M. Bouchard, en comparant les millions de dollars supplémentaires qui ont été offerts pour sauver l'industrie automobile.


Le député conservateur Steven Blainey a cependant louangé le plan d'action économique de son gouvernement, avec lequel ce dernier vient en aide aux travailleurs depuis un an, selon lui.


"Ça ne date pas du mois d'août que ces travailleurs ont besoin du support du gouvernement. Ça fait plusieurs semaines et plusieurs mois. Et ce sont les députés conservateurs québécois qui ont appuyé le plan d'action économique qui fait en sorte que ces gens-là ont du soutien présentement du gouvernement", a avancé le député de Lévis-Bellechasse, dans la région de Québec.


Semblant avoir oublié que c'était justement le Bloc qui avait convoqué la réunion du comité parlementaire, M. Blaney a avancé que son parti, contrairement à celui de Gilles Duceppe, a réalisé depuis longtemps que des travailleurs ont besoin d'aide.


Pourtant, le Bloc plaide depuis des mois que le plan de relance du gouvernement conservateur n'en fait pas assez pour les travailleurs de la forêt. Un discours qu'il a une fois de plus martelé vendredi, M. Bouchard dénonçant que le gouvernement "a toujours eu la sourde oreille".

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

Sur le même sujet

La FTQ s'inquiète de l'entrée en vigueur du nouveau régime forestier québécois

Mis à jour le 01/04/2013

L'entrée en vigueur du nouveau régime forestier du Québec, lundi, inquiète la FTQ. La ...

Résolu réduira sa dette de 85 M$

10/09/2012

Produits forestiers Résolu réduira sa dette en rachetant une tranche additionnelle de 85 M$ de ses ...

À la une

«C'est une des choses qui tuent les studios de jeux vidéo»

25/09/2017 | Denis Lalonde

Voici la réalité des studios indépendants, ou indies, dans le jargon de l'industrie...

Sans le savoir, ce PDG québécois vient de se lancer un ultimatum

Édition du 16 Septembre 2017 | Yannick Clérouin

CHRONIQUE. J'ai une suggestion pour le patron de ProMetic, qui juge son entreprise sous-évaluée...

Le Québec, terreau fertile pour un leader populiste?

25/09/2017 | Olivier Schmouker

Aujourd'hui, 2 Québécois sur 3 se disent prêts à voter pour un leader populiste, selon un sondage Crop-Cogeco.