Taux directeur stable: qu'en pensent les analystes?

Publié le 30/10/2019 à 16:17

Taux directeur stable: qu'en pensent les analystes?

Publié le 30/10/2019 à 16:17

Par Catherine Charron

Stephen Poloz (Photo: Getty Images)

La Banque de Canada (BdC) a maintenu son taux directeur à 1,75 %, donnant raison à plus de 90 % des analystes sondés par la firme Bloomberg. Plusieurs observateurs sont convaincus que cette décision laisse présager une baisse des taux rapidement. Quand ? Les prévisions diffèrent.

La banque centrale a revu à la baisse de 0,2 point de pourcentage ses prévisions pour le produit intérieur brut (PIB). Celui-ci devrait croître de 1,7 % en 2020, et de 1,8 % en 2021. Elle justifie sa révision en soulignant que « les perspectives de l’économie mondiale se sont encore affaiblies » depuis la parution de son rapport de juillet.

« La clé de l’évolution future de la politique monétaire réside dans la résilience de l’économie canadienne », fait remarquer l’économiste principal chez Desjardins, Benoit P. Durocher.

En effet, malgré la croissance des tensions commerciales à travers le monde, la création d’emplois est demeurée forte au pays, de même que le secteur des services. Les salaires ont augmenté, et les taux d’intérêt ont même baissé, ce qui soutient les secteurs de la consommation et de l’habitation. Le taux d’inflation s’est d’ailleurs maintenu près de la cible de 2%.

Il serait donc permis de demeurer optimiste, selon l’économiste principal de Desjardins, puisque le marché du travail demeure « vigoureux » et que les ménages canadiens demeurent confiants.

Toutefois, une coupure nette entre ce qui se passe au Canada et dans le reste du monde est impossible, soutient l’économiste principal chez Valeurs mobilières Banque Laurentienne, Sébastien Lavoie.

Alors que Stephen Brown, économiste principal chez Capital Economics, mise sur une baisse du taux lors de la prochaine réunion de la banque centrale prévue en décembre, Benoit P. Durocher se veut plus prudent.

Même son de cloche du côté de Valeurs mobilières Banque Laurentienne, qui croit que la Banque du Canada devra observer d’importants changements dans l’économie canadienne avant d’apporter des modifications à sa politique monétaire. Sébastien Lavoie minimise d’ailleurs la signification de la baisse de 0,2 point de pourcentage des prévisions annuelles de la croissance économique canadienne, en soulignant toutefois le ton légèrement plus prudent de la BdC que celui utilisé lors de sa réunion de septembre. Un changement de ton aussi observé par Josh Nye, l’économiste principal chez RBC Economics, qui estime que cela ouvre la porte à une baisse des taux lors de la première moitié de 2020.

Qu’est-ce qui devrait accélérer la décision de la Banque du Canada? Si une baisse des exportations et des investissements résidentiels et non résidentiels s’intensifiait croit Desjardins. Sébastien Lavoie mise plutôt sur une détérioration importante des rapports sino-américains.

Une chose est claire, selon Josh Nye, la banque centrale tolèrera beaucoup moins les déceptions.

 


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Stephen Poloz ne sollicitera pas un deuxième mandat

Mis à jour le 06/12/2019 | La Presse Canadienne

La Banque du Canada a mis de l'avant un processus visant à identifier la personne qui prendra la relève de M. Poloz.

Comment les banques centrales peuvent sauver la planète

27/09/2019 | François Normand

ANALYSE - Elles ont sauvé le système financier en 2007-2008. Et si elles se mobilisaient encore, mais pour le climat?

À la une

L'importance du réseau pour les petites entreprises

Édition du 19 Octobre 2019 | Kévin Deniau

ENTREPRENEURIAT: L'APPORT DES TPE. Plutôt que de laisser filer de trop grosses occasions, des TPE travaillent en équipe.

Les très petites entreprises: essentielles à l'économie

Édition du 19 Octobre 2019 | Kévin Deniau

ENTREPRENEURIAT: L'APPORT DES TPE. L'importance des très petites entreprises est bien souvent sous-estimée

Pour les TPE, un parcours parsemé d'obstacles pour atteindre la croissance

Édition du 19 Octobre 2019 | Kévin Deniau

ENTREPRENEURIAT: L'APPORT DES TPE. Seules six TPE sur dix ont connu une croissance positive entre 2012 et 2014.