D'une simple idée à des milliards de partages, le #hashtag fête ses 10 ans

Publié le 23/08/2017 à 15:39

D'une simple idée à des milliards de partages, le #hashtag fête ses 10 ans

Publié le 23/08/2017 à 15:39

Par AFP

Le hashtag, ou mot-clic, fête mercredi ses dix ans: ce mot-clef précédé du signe dièse a ponctué sur les réseaux sociaux, par l'émotion, la mobilisation ou l'humour, tous les événements marquants survenus dans le monde depuis 2007.


Popularisé sur Twitter, mais désormais utilisé sur de nombreux autres réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Tumblr...), le hashtag a été inventé par Chris Messina, un designer Américain spécialiste des réseaux sociaux.


Le 23 août 2007, cet utilisateur frénétique de Twitter (plus de 39.500 messages en 11 ans) propose dans un tweet d'utiliser le symbole dièse pour regrouper des messages traitant du même sujet.


Il lance alors le premier hashtag, «#barcamp», à propos des ateliers participatifs sur l'innovation web, dont il se présente comme l'un des premiers organisateurs à partir de 2005.

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

10 choses à savoir mardi

13/02/2018 | Alain McKenna

Des Google Glass pour épingler les criminels, la douleur pour les robots, ce patineur défie les lois de la physique.

Facebook perd des plumes chez les moins de 25 ans

12/02/2018 | Catherine Charron

Ce sont près de 2 millions utilisateurs de moins de 25 ans qui devraient supprimer leur compte du réseau social.

À la une

Le titre CGI atteint des niveaux records. Devrait-on s'inquiéter?

17/02/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. J’estime que l’occasion est bonne de faire le point sur cette société de chez nous.

Encore fragile, la Bourse peut s'offrir d'autres gains

BLOGUE. Les assises techniques restent vacillantes, mais l'économie et les profits sont deux vents de dos.

Préparez-vous à la Russie de l’après-Poutine

17/02/2018 | François Normand

ANALYSE. Il faut déjà penser à la période d’incertitude qui suivra la fin du «poutinisme».