«Les capital-risqueurs reviendront aux technologies propres en 2010»

Publié le 17/12/2009 à 10:00

«Les capital-risqueurs reviendront aux technologies propres en 2010»

Publié le 17/12/2009 à 10:00

Fondateur de Cleantech Group, Nicholas Parker est aux premières loges dans le secteur du financement des technologies vertes. Son entreprise analyse cette industrie et ses 2 000 membres, dont des firmes d'investissement qui gèrent plusieurs milliards de dollars. Nous avons rencontré M. Parker avant son départ pour la Conférence sur le climat de Copenhague.


Les Affaires - Pourquoi assistez-vous à cette conférence ?


Nicholas Parker - Dans ce genre de discussions, les gouvernements oublient souvent les entreprises innovantes. Il faut s'assurer que lorsqu'elles feront des choix pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, elles veilleront à maximiser la création d'emplois.


L.A. - Qu'est-ce que la prochaine année réserve à l'industrie des technologies propres?


N.P. - Les capital-risqueurs reviendront aux technologies propres en 2010. Ils s'apercevront que les investissements dans les technologies vertes sont très abordables.


L.A. - Y a-t-il de mauvaises surprises en vue ?


N.P. - Oui. On risque de voir des faillites dans des secteurs victimes d'un trop grand engouement de la part des investisseurs, comme le solaire et l'éolien. Dans de jeunes industries en expansion rapide, c'est facile de mal jauger la demande.


L.A. - Pourquoi le protectionnisme nuirait-il aux technologies vertes ?


N.P. - Aux États-Unis, il y a des taxes spéciales sur les biocarburants brésiliens et les panneaux solaires chinois. Washington veut protéger un secteur industriel qui prend de l'importance. Au Québec, le gouvernement a obligé les promoteurs de parcs éoliens à réaliser 60 % de leurs dépenses dans la province. Ces mesures sont nécessaires au début de la création d'une industrie, mais idéalement, il faudrait s'en passer, car le protectionnisme est le symptôme d'un échec dans le développement de technologies innovantes.


L.A. - Voyez-vous la voiture électrique comme le symbole d'un nouveau problème : celui du manque de ressources ?


N.P. - Nous risquons de remplacer le problème du pétrole par celui du lithium qui entre dans la composition des batteries. La demande pour ce métal dépassera rapidement la capacité de production, concentrée dans quelques pays d'Amérique du Sud. L'humanité n'a pas qu'un problème de carbone : elle en a aussi un de manque de ressources.


LA - Quelles sont les forces et les faiblesses du Québec ?


N.P. - La bonne nouvelle, c'est que vous pouvez facilement faire travailler ensemble le Québec inc. La mauvaise : vous montez tard à bord du train des technologies propres. D'autres États et provinces en Amérique du Nord sont bien plus avancés, comme la Californie et l'Ontario.

À suivre dans cette section


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Les petites minières ont survécu aux turbulences financières

BLOGUE INVITÉ. Des prix aux bilans, tous les indicateurs sont positifs après des années de vaches maigres.

Le capital de risque au Québec: l'essor des fonds ultra-spécialisés

Édition du 22 Septembre 2018 | Alain McKenna

En 2018, la plupart des industries ont compris le rôle plus transformateur que perturbateur des start-up ...

À la une

Bulletin JLR-Les Affaires: revirement de tendance en décembre

17/01/2019 | Les Affaires - JLR

Les données de ce mois sont contraires à la tendance haussière de 2018, et indiquent une baisse par rapport à 2017.

Aki Sushi s'offre l'exclusivité avec Metro

17/01/2019 | Marie Lyan

PME DE LA SEMAINE. Elle a enregistré une croissance de 20% pour un chiffre d’affaires de 32 millions de dollars en 2018.

ABI: les deux parties doivent faire des concessions dit le ministre Boulet

Le syndicat a indiqué, jeudi, que les discussions étaient toujours au point mort.