Vieux-Port de Montréal : il est temps de se mettre au travail !

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Juillet 2015

Vieux-Port de Montréal : il est temps de se mettre au travail !

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Juillet 2015

Par René Vézina

Boston revient de loin et pourrait servir d’inspiration à Montréal. Il en a été question à l’événement Je vois Montréal, l’automne dernier. Le cas de Boston est exemplaire, d’autant que les deux villes sont comparables en taille et en physionomie, villes universitaires de quelques millions d’habitants.


En 1980, Boston était en plein déclin et comptait 34 % moins de citoyens qu’en 1920 ! Ses dirigeants ont fini par réagir, enfouissant une autoroute surélevée qui défigurait le centre-ville et, surtout, investissant pour réaménager le bord de mer (le Waterfront) jadis désolant, devenu aujourd’hui un secteur prisé et couru qui fait la fierté de la ville.


Imaginez la fière allure que pourrait avoir Montréal si on finissait par revitaliser le Vieux-Port, l’équivalent du Waterfront bostonnais !


On en parle depuis des décennies, mais à part quelques timides avancées, comme la « plage » du Quai de l’Horloge, les années passent sans que personne ait osé de véritables initiatives pour lui redonner du panache. Oui, l’endroit est populaire, les familles et les touristes s’y pressent, mais c’est surtout dû à l’attrait puissant du fleuve Saint-Laurent et au fait qu’il n’est pas autrement facile de l’approcher, paradoxalement, sur cette île qu’est Montréal.


Deux événements récents laissent cependant entrevoir des jours meilleurs.


À la fin de juin, Québec dévoilait enfin les grandes lignes de sa stratégie maritime, laquelle insistera sur la mise en valeur des ports et des débarcadères québécois.


La présentation s’est symboliquement déroulée dans le Vieux-Port de Montréal, au quai Alexandra, plus précisément dans la gare maritime qu’il abrite. Plusieurs invités ont alors découvert qu’elle porte un nom : la gare Iberville, probablement un des secrets les mieux gardés en ville – c’est dire l’indifférence dans laquelle elle baigne.


Les dirigeants du Port de Montréal jonglent depuis décembre dernier avec l’idée de la réhabiliter. Le gouvernement québécois et la Ville de Montréal ont accepté d’y participer financièrement, mais le projet a été suspendu, faute d’appuis d’Ottawa… pour l’instant.


C’est l’autre développement intéressant : le ministre fédéral des Transports, Denis Lebel, a annoncé le 1er juin la tenue prochaine de consultations publiques sur l’avenir du Vieux-Port, qu’on veut repenser après ces longues années de léthargie. Le statut de la gare maritime fera évidemment partie de ces discussions, et on peut espérer que le fédéral acceptera ensuite d’y attribuer lui aussi des fonds.


Ce n’est qu’une des pièces de ce casse-tête qui reste à assembler pour que l’ensemble de ce lieu devienne l’objet de fierté qu’il aurait dû être depuis longtemps. Le Saint-Laurent est unique. Il représente notre patrimoine le plus précieux. Qu’on ait si mal réussi à le mettre en valeur et à le rendre accessible dépasse l’entendement.


« Le Vieux-Port de Montréal demeure le lieu ayant le plus fort potentiel récréotouristique du Québec. » Rien de moins, selon Vincent Léger, un consultant indépendant qui se penche depuis plusieurs années sur les questions liées aux développements riverains. Il a habité Vancouver et Halifax, il connaît bien Toronto et se désole de voir l’inertie qui entoure le Vieux-Port.


La Ville de Toronto a été critiquée, avec raison, pour avoir laissé se construire juste au bord du lac Ontario de hautes tours d’habitation qui en limite l’accès. Mais elle prend maintenant des initiatives du genre de celles qu’on souhaiterait à Montréal. Par exemple, un autre observateur actif de ce milieu, le chroniqueur en architecture et design urbain Marc-André Carignan, soulignait récemment sur son site Web que Toronto projette une nouvelle promenade de 1,7 km au nord du lac, en plus d’organiser un concours de design pour réaménager l’espace destiné à ses traversiers.


Ici ? « Rien ne bouge. Enfin, presque », mentionne son texte coiffé du titre provocateur « Pendant que le Vieux-Port a les deux doigts dans le nez... »


Cherchez l’erreur. Vincent Léger pense l’avoir trouvée. Depuis le démantèlement de la Société du Vieux-Port, il y a quelques années, c’est un organisme paragouvernemental installé à Toronto, la Société immobilière du Canada, qui a pris la relève de la gestion des lieux. Éloignée et déconnectée, elle aurait tendance à temporiser.


Une faiblesse dans sa gouvernance, donc, minerait le Vieux-Port et sa dynamique.


M. Léger suggère qu’on mette sur pied au plus tôt une société tripartite, municipale, provinciale et fédérale, financée par les trois ordres de gouvernement, gérée plus localement, et davantage branchée sur la réalité montréalaise, interventionniste et imaginative.


Ce qui pourrait apparaître si on s’en donnait la peine ? Pourquoi pas, par exemple, des piscines flottantes et des campings urbains, sans compter la réinvention du fameux Silo 5, convoité mais toujours laissé à l’abandon.


D’après M. Léger, des centaines d’emplois pourraient être créés et, surtout, un nouvel élan serait donné à une ville qui en a bien besoin. Et qui cherche des idées porteuses pour son 375e anniversaire.


Boston est plus riche que Montréal, ça aide, mais ses dirigeants ont fini par mettre à profit l’environnement maritime qui fait aujourd’hui son orgueil. Le Saint-Laurent qui baigne Montréal, de même que l’histoire de la ville, est au moins tout aussi inspirant. Encore faudrait-il le reconnaître. Allez, au travail !


image

Objectif Nord

Mardi 25 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 26 avril


image

Femmes Leaders

Mardi 16 mai


image

FinTech

Mercredi 31 mai


image

Communication interne

Mercredi 07 juin


image

Fusions-acquisitions

Mercredi 07 juin


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Transports

Mardi 03 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

Sur le même sujet

Où va l'architecture montréalaise ?

Édition du 25 Mars 2017 | Simon Diotte

Exit les immeubles en bois et en brique : la tendance est à la construction de complexes résidentiels de haute ...

La PME québécoise qui fait vibrer Dubaï

19/01/2017 | Simon Lord

PME de la semaine. Elle a obtenu un mandat de plusieurs millions de dollars lié au City Walk à Dubaï.

À la une

10 choses à savoir lundi

07:01 | Yannick Clérouin et Alain McKenna

Une cheminée solaire de la taille de Laval. L'immobilier profite au Canada, Jack Ma promet des décennies de souffrance.

Champions du bonheur!

Mis à jour à 06:18 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Le bonheur est un indice économique fondamental. Devinez où il est le plus élevé au Canada...

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

06:41

Les investisseurs soulagés, la Bourse de Paris bondit de 4%, Wall Street en nette hausse et le CN se dévoile.