La Caisse gonfle son fonds pour les petites sociétés

Publié le 23/04/2012 à 13:51, mis à jour le 23/04/2012 à 14:46

La Caisse gonfle son fonds pour les petites sociétés

Publié le 23/04/2012 à 13:51, mis à jour le 23/04/2012 à 14:46

Par La Presse Canadienne

La Caisse de dépôt et placement du Québec a annoncé lundi que son enveloppe consacrée aux petites entreprises québécoises cotées en bourse passera de 50 millions $ à 200 millions $.


Ces 200 millions $ seront investis pour appuyer un plus grand nombre de ces entreprises dans leur croissance, a indiqué la Caisse par communiqué.


Normand Provost, premier vice-président aux placements privés, a dit croire que la Caisse s'assurait de couvrir l'ensemble du marché et de soutenir les entreprises publiques québécoises prometteuses "de toutes tailles".


Il a affirmé que l'institution souhaitait ainsi contribuer à développer le marché des actions au Québec, et également servir de "tremplin" pour ces entreprises "en pleine croissance qui en sont souvent à se positionner sur les marchés mondiaux".


La Caisse affirme vouloir devenir un partenaire à long terme de ces entreprises cotées en bourse.


Le plafond de capitalisation libre des titres détenus dans ce portefeuille passera quant à lui de 250 millions $ à 400 millions $.


Depuis l'annonce de la création de ce portefeuille spécialisé en avril 2011, la Caisse a investi dans six entreprises québécoises en vertu de ce mandat, dont Groupe Mercator Transport, a-t-on souligné.


Les changements apportés entreront en vigueur dès le 1er mai.


L'enveloppe consacrée aux petites capitalisations québécoises publiques bonifie l'offre de financement globale de la Caisse au Québec et se veut complémentaire à la gamme existante de produits financiers mis à la disposition des entreprises québécoises.


La Caisse de dépôt et placement du Québec gère des fonds provenant principalement de régimes de retraite et d'assurance publics et privés. Son actif net s'élevait à 159 milliards $ au 31 décembre 2011.

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Votes d'actionnaires: vers des lignes directrices pour les agences de conseil

Édition du 18 Octobre 2014 | Nathalie Vallerand

Les agences de conseil en vote en mènent-elles trop large en matière de gouvernance? C'est l'avis de plusieurs ...

«Les entreprises ne sont pas des marchandises» - Michael Sabia, de la Caisse de dépôt et placement du Québec

Édition du 18 Octobre 2014 | Valérie Lesage

Le président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec invite le monde financier à ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Procter & Gamble, ou ce qu'il faut éviter de faire de son portefeuille

24/10/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Hier matin, le géant Procter & Gamble a annoncé qu’il comptait se séparer de sa ...

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

La marche est haute pour les Québécoises BRP et Uni-Sélect

Face à leurs rivales Polaris et O'Reilly, la marche est vraiment haute pour BRP et Uni-Sélect.