Pétrole: les réserves américaines bondissent, le cours chute

Publié le 15/08/2018 à 11:41

Pétrole: les réserves américaines bondissent, le cours chute

Publié le 15/08/2018 à 11:41

Par AFP

(Photo: 123rf.com)

Les stocks de pétrole brut aux États-Unis ont bondi la semaine dernière à la surprise des analystes, selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA), avec pour conséquence de faire chuter les cours du pétrole.


Lors de la semaine achevée le 10 août, les réserves commerciales de brut ont progressé de 6,8 millions de barils (Mb) pour s'établir à 414,2 Mb, alors que les analystes interrogés par l'agence Bloomberg prévoyaient un recul de 2,5 millions de barils. 


Elles s'inscrivent en baisse de 11,2% par rapport à la même époque l'an dernier mais sont environ 1% au dessus de la moyenne des cinq dernières années à cette période. 


Également scrutés puisqu'ils servent de référence à la cotation du pétrole à New York, les stocks de brut WTI du terminal de Cushing (Oklahoma, sud) sont repartis à la hausse à 23,4 millions de barils (+1,6 million de barils), la première hausse depuis le mois de mai. 


Le niveau des stocks à Cushing est moitié moins élevé qu'au début de l'année. 


Peu après la publication de ces chiffres, le prix du baril de pétrole américain, qui évoluait déjà en baisse, plongeait de 2,51 dollars à 64,53 dollars en fin de matinée sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). 


Les réserves d'essence ont, elles, baissé de 700 000 barils, alors que les analystes tablaient sur un recul plus modeste de 250 000 barils.


Elles sont en hausse de 0,9% par rapport à leur niveau d'il y a un an et sont environ 5% au-dessus de la moyenne des cinq dernières années. 


Les stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole) ont quant à eux progressé de 3,6 millions de barils, là où les analystes anticipaient une hausse de seulement 1 million de barils.


Ils sont en baisse de 13,1% par rapport à leur niveau d'il y a un an et de 8% par rapport à la moyenne des cinq dernières années.


Après deux semaines de recul de suite, la production de brut a avancé à 10,90 millions de barils par jour (mbj) contre 10,80 millions de mbj la semaine dernière. Elle évolue près de son record de 11 mbj atteint début juillet. 


La cadence des raffineries a de nouveau avancé, celles-ci ayant fonctionné à 98,1% de leurs capacités contre 96,6% la semaine dernière et 96,1% la précédente.


Les exportations américaines ont baissé, à 1,59 mbj contre 1,85 mbj la semaine précédente, tandis que les importations ont avancé à 9,01 mbj contre 7,93 mbj la semaine précédente. 


Du côté de la demande, les États-Unis ont au total consommé en moyenne 20,8 mbj de produits raffinés au cours des quatre dernières semaines, en baisse de 1,6% par rapport à la même période l'an dernier. 


La demande d'essence a baissé de 1% quand celle des autres produits distillés a reculé de 8,7%.


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Trans Mountain: Ottawa se mobilise

Les députés du comité permanent des ressources naturelles se réuniront dès midi.

Total se désengage un peu plus des sables bitumineux canadiens

31/08/2018 | AFP

L'ensemble du projet Joslyn a été vendu à Canadian Natural Resources Limited pour 225M$.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: