Immobilier: les banques canadiennes réduisent leurs taux hypothécaires

Publié le 28/01/2015 à 14:39

Immobilier: les banques canadiennes réduisent leurs taux hypothécaires

Publié le 28/01/2015 à 14:39

Par La Presse Canadienne

(Photo: Bloomberg)

Les plus grandes banques au pays ont commencé à redistribuer - en partie - les économies résultant de la baisse du taux directeur de la Banque du Canada en réduisant leurs taux d'intérêt préférentiels.


La Banque Royale (TSX:RY) a été la première à annoncer mardi la réduction de son taux d'intérêt préférentiel de 15 points de base. À compter de mercredi, ce taux - qui détermine en outre les taux hypothécaires variables - passera de 3,00% à 2,85%.


La baisse a été rapidement égalée par les quatre autres plus grandes banques du pays: la Banque TD (TSX:TD), la CIBC (TSX:CM), la Banque de Montréal (TSX:BMO) et la Banque Scotia (TSX:BNS). La Banque Nationale (TSX:NA), la sixième en importance, a aussi réduit son taux préférentiel à 2,85%, un taux en vigueur à partir de jeudi.


Lire le blogue de Daniel Germain Baisse des taux: un occasion de renégocier son hypothèque?


Le cofondateur de Spin Mortgage, Steve Pipkey, a souligné que le taux préférentiel offert par les banques commerciales canadiennes suivait généralement la tendance du taux directeur de la banque centrale, faisant valoir qu'il est inhabituel pour les banques de redistribuer seulement partiellement les économies aux consommateurs. 


M. Pipkey a dit croire que les banques tentaient probablement de protéger leurs marges bénéficiaires étant donné que le taux de financement à un jour de la Banque du Canada est déjà si bas.


La Banque du Canada a surpris les observateurs la semaine dernière en réduisant son taux directeur d'un quart de point de pourcentage, à 0,75%.


Des courtiers hypothécaires ont aussi souligné que les banques canadiennes ont commencé à réduire certains des taux offerts à leurs clients les plus fiables, et que les taux pourraient chuter encore davantage lorsque le marché immobilier printanier prendra son plein élan.


Selon Robert McLister, le fondateur de RateSpy.com, les plus grandes banques au pays offrent désormais des taux hypothécaires fixes à cinq ans dans les environs de 2,84% à leurs clients les plus fiables.


Cela n'est pas très loin du taux le plus bas évalué par RateSpy, qui était de 2,74% en avril 2013. 


RateSpy évalue le taux auquel les banques prêteront à leurs clients comptant les dossiers de crédit les plus solides, un taux qui est beaucoup plus bas que ceux affichés par les banques sur leurs sites internet. 


Le site a revu à la baisse lundi son évaluation par rapport à l'approximation précédente de 2,89%, après que la Banque Royale eût réduit son taux fixe à cinq ans affiché par dix points de base au cours du week-end, à 4,84%.


RateSpy évalue le même taux discrétionnaire pour toutes les banques, alors qu'elles se font toutes la concurrence pour les clients les plus solides et sont disposées à égaler l'offre d'un concurrent. 


Les hypothèques à taux variables, calculées essentiellement à partir des taux préférentiels des banques commerciales, n'ont pas encore affiché de recul. 


Les taux à échéance fixe sur cinq ans suivent généralement la tendance des rendements des obligations sur cinq ans, qui ont chuté considérablement au cours du dernier mois.


M. Pipkey a souligné que l'écart entre les rendements des obligations et les taux hypothécaires à échéance fixe était beaucoup plus marqué actuellement qu'à l'habitude.


Phil Soper, président de Royal LePage, estimait plus tôt que les prêteurs pourraient attendre jusqu'au printemps, au sommet de la saison immobilière, avant de réduire les taux hypothécaires. «Annoncer une aubaine sur leurs taux dès maintenant reviendrait à annoncer les prix du 'Boxing Day' en novembre», a fait valoir M. Soper.


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

La BMO a mieux fait au quatrième trimestre

Son bénéfice net ajusté s'est chiffré à 1,5 milliard $ ou 2,32 $ par action.

Banques: à quoi s'attendre pour finir l'année?

Une solide hausse de 10 à 14% est prévue au quatrième trimestre, mais les perspectives se modèrent.

À la une

Les grand(e)s de la gouvernance

Édition du 09 Février 2019 | Simon Lord

LES GRAND(E)S DE LA GOUVERNANCE — Ils sont influents. Ils sont diplômés des meilleures ...

Les prêts automobiles ne sont pas les prochains «subprimes»

Mis à jour à 15:09 | Dominique Beauchamp

La hausse des prêts automobiles défaillants inquiète, mais il ne faut pas y voir la prochaine crise.

Commerce international: téléchargez notre livre blanc issu de la ­Grande consultation

Édition du 09 Février 2019 | Les Affaires

Le 6 novembre dernier, Les Affaires organisait la Grande consultation sur le Commerce international. Les discussions ...