Devise : du plomb dans l’aile pour le huard

Publié le 15/02/2013 à 16:11, mis à jour le 15/02/2013 à 16:45

Devise : du plomb dans l’aile pour le huard

Publié le 15/02/2013 à 16:11, mis à jour le 15/02/2013 à 16:45

Par lesaffaires.com

Le dollar canadien a perdu des plumes aujourd’hui face à la devise américaine, une conséquence d’une contreperformance des fabricants canadiens qui ont vu leurs ventes diminuer de 3,1 % en décembre, la plus forte baisse depuis 2009 selon Statistique Canada.


À 15h30, la valeur du huard s’établissait à 0,9938 dollar américain, son plus bas niveau depuis le 2 août 2012.


La devise s’est affaiblie par rapport à la plupart des grandes devises. «C’est la conséquence des ventes misérables du secteur manufacturier canadien», affirme Camilla Sutton, Stratège en devises à la Banque Scotia.


Les ventes des fabricants canadiens se sont élevés à 48 G$, soit un milliard de moins que le mois précédent. C’est pire que les prévisions les plus pessimistes émises par les analystes interrogés par l’agence financière Bloomberg.


En raison de forts vents de face, le huard pourrait ne pas retourner à la parité de si tôt. Les signes d’un ralentissement de l’économie canadienne s’accumulent. Le secteur de l’immobilier ralentit un partout au pays. Contre toute attente, l’emploi a reculé en janvier. Et la Banque du Canada a revu à la baisse ses prévisions de croissance. Dans la foulée, l'institution a dissipé tous les doutes quant à une éventuelle hausse du taux directeur.


Selon les analystes de la Banque Nationale, le dollar canadien est surévalué de 10 % par rapport à sa contrepartie américaine. Rien de moins.


 

Sur le même sujet

Le dollar canadien tombe Ă  un creux de cinq ans

15/10/2014

La poursuite de la dégringolade des prix du pétrole entraîne le huard sous les 88 cents américains.

Une tempĂŞte parfaite pour le huard

La devise canadienne a touché un creux de six mois face à sa contrepartie américaine. Voici pourquoi.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Ă€ surveiller: Apple, Stornoway et Amaya

Que faire avec les titres d’Apple, Stornoway et Amaya? Voici quelques recommandations d’analystes ...

Retraite: votre santé pourrait rendre vos plans caducs

Votre état de santé pourrait vous forcer à revoir vos plans de retraite.

Comment fonctionne Google? Eric Schmidt vous l'explique

BLOGUE. Un voile de mystère enveloppe Google. Levons-le ensemble, en douceur, avec l'aide de son président du conseil.