GE Capital: aucune garantie pour Bombardier

Publié le 20/06/2017 à 15:51

GE Capital: aucune garantie pour Bombardier

Publié le 20/06/2017 à 15:51

Par Martin Jolicoeur

Sans nuire à Bombardier, la nouvelle société de financement qu’entend créer GE Capital, avec le concours de la Caisse de dépôt et placement du Québec, ne chercherait pas non plus à lui venir en aide.


Joint à Shannon, en Irlande, James Lutton, le chef des communications mondiales de GE Capital Aviation Services (GECAS), a expliqué à Les Affaires que le projet de coentreprise, annoncé lundi, n’offrirait pas d’occasions d’affaires particulières à l’avionneur (To., BBD.B) de Montréal.


« Ultimement, même si nous sommes acheteur d’avions, nous ne générons pas de demande pour un modèle ou un autre, a expliqué le représentant de GE Capital. Nous ne créons pas la demande.  Cette dernière est d’abord déterminée par nos clients, pas par nous.»


En marge du Salon de l’aéronautique et de l’espace Paris - Le Bourget, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a annoncé sa participation à la création d’une coentreprise de financement d’avions d’une valeur de 2G$. La Caisse a signé une lettre d’engagement avec GECAS en vue de créer cette nouvelle plateforme de financement, du nom de Einn Volant Aircraft Leasing (EVAL).


EVAL entend se spécialiser dans «l’acquisition d’avions écoénergétiques» auprès de différentes compagnies aériennes afin de les offrir en location par la suite à ces même transporteurs, en vertu de contrats de achat-location à long terme.


En raison de ce penchant avoué pour les «avions écoénergétiques», d’aucuns ont cru à la création artificielle d’un futur client des avions de gamme CSeries de Bombardier. Depuis le début de 2017, Bombardier n’a vendu aucun de ces appareils de cette nouvelle gamme. Et à ce jour, a confirmé sa porte-parole Nathalie Siphengphet, la québécoise n’en a encore livré que 13 exemplaires, à Swiss Airlines et AirBaltic.


«Il est entendu que les avions CSeries s’intègrent bien parmi les avions monocouloirs de nouvelle génération que visent EVAL. Sans les exclure par contre, nous ne pouvons non plus nous y cantonner et parler d’exclusivité.


La participation éventuelle de chacun des deux partenaires dans la nouvelle société n’a pas encore été dévoilée. Il en demeurera ainsi, a répondu le porte-parole mondial de GE Capital Aviation Services, aussi longtemps que ne seront finalisés les termes de la transaction. Cette dernière demeure conditionnelle à l'obtention autorisations réglementaires nécessaires.


Lisez mes derniers textes / Rejoignez-moi sur Linkedin / Suivez-moi sur Twitter 


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Le partenariat Bombardier-Airbus n'a pas fait pencher JetBlue vers le A220

11/07/2018 | Julien Arsenault, PC

Mais plutôt les caractéristiques de cet appareil.

JetBlue commande 60 avions de l'ancienne C Series de Bombardier

«L'important c'est que cet appareil nous permet de garder et de créer de bons emplois en aérospatiale au Québec.»

À la une

Immobilier: la hausse s'est poursuivie en juin

13/07/2018 | Les Affaires - JLR

Bulletin JLR-Les Affaires - La tendance reste à la hausse pour l’évolution du nombre de ventes ...

Polycor achète quatre carrières de calcaire en France

Mis à jour le 13/07/2018 | Denis Lalonde

La société Polycor, de Québec, pose le pied en Europe avec l’acquisition de quatre carrières de calcaire.

BDC Capital mise sur deux entreprises montréalaises

13/07/2018 | Catherine Charron

Les Fermes Lufa et Unsplash bénéficieront du nouvel investissement du Fonds pour les femmes en technologie.