Le Québec en bref

Offert par Les Affaires


Édition du 16 Septembre 2017

Le Québec en bref

Offert par Les Affaires


Édition du 16 Septembre 2017

Par Les Affaires

À l’hiver 2017, CEC avait procédé à un échantillonnage en vrac de minerai sur le site du projet Rose pour les tests en usine pilote.

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE
290 emplois estimés pour la mine Rose


Une durée de vie de 17 ans, 290 emplois durant la phase commerciale et la production de 3,9 millions de tonnes d'oxyde de lithium et de plus de 7 000 tonnes d'oxyde de tantale : voilà ce que promet le projet Rose, de Corporation Éléments Critiques (CEC). Le 6 septembre, la société montréalaise a publié l'étude de faisabilité de ce projet sis au coeur de la Jamésie, à peu près à mi-chemin entre le village cri de Nemaska et la centrale hydroélectrique Eastmain-1 d'Hydro-Québec. Si tout se déroule comme prévu, la construction des infrastructures et de la fosse débutera à l'automne 2018. Le tout nécessitera un investissement initial de 341 M $. La production devrait quant à elle commencer à l'été 2020, pour une durée évaluée à 17 ans. Pendant la phase de construction, le projet Rose emploiera jusqu'à 575 travailleurs, un nombre qui se stabilisera à 290 pour la production commerciale. La mine devrait produire au total 3,07 millions de tonnes de concentré d'oxyde de lithium de qualité chimique, 827 200 tonnes de concentré d'oxyde de lithium de qualité technique et 7 160 tonnes de concentré d'oxyde de tantale. CEC excavera 26,8 millions de tonnes de minerai de la fosse, ainsi que 182,4 millions de tonnes de roche stérile et 11 millions de tonnes de mort-terrain. Il en découlera un ratio de 7,2 tonnes de roche stérile par tonne de minerai. Sur le plan socioenvironnemental, les échantillons de roche stérile et de résidus ont été déclarés non générateurs d'acide. La halde à minerai aura une capacité de 3,9 millions de tonnes, et le minerai de faible teneur pourra y être stocké. L'eau de procédé sera quant à elle recyclée, réduisant du même coup la pression sur le bassin de rétention. — L’ÉCHO ABITIBIEN ET LE CITOYEN, VAL-D’OR


CHAUDIÈRE-APPALACHES
Centre des congrès : une annonce bien accueillie


La ­Chambre de commerce et d’industrie de ­Thetford ­Mines (CCITM) se réjouit de la confirmation du financement et de la réalisation prochaine du centre d’affaires et de congrès de ­Thetford ­Mines. « Nous l’attendions depuis si longtemps, lance la présidente de l’organisme, ­Lucie ­Rouleau. Nous aurons enfin un centre majeur pour des réunions d’affaires, des congrès et d’autres événements. Cet outil de développement économique permet à ­Thetford ­Mines et à la région immédiate de diversifier et de bonifier leur offre sur le plan du tourisme d’affaires. » ­Rappelons que la première pelletée de terre de ce projet de près de 9 millions de dollars a été donnée le 25 août dernier, en présence de la ministre fédérale ­Marie-Claude ­Bibeau, du ­ministre ­Laurent ­Lessard, du préfet ­Paul ­Vachon et du maire ­Marc-Alexandre ­Brousseau. — COURRIER FRONTENAC, THETFORD MINES


BAS-SAINT-LAURENT
De nouveaux emplois créés à l’usine ­Canboard


Armoires ­Fabritec investira 100 000 $ pour moderniser sa division ­Canboard à ­Mont-Joli et augmenter sa capacité de production. Ce faisant, une trentaine d’emplois permanents seront créés, ce qui portera le total à 110. Déjà très présent dans le marché canadien, le manufacturier d’armoires de cuisine et de salle de bains poursuit sa croissance aux ­États-Unis avec l’enseigne Home ­Depot ­USA. En effet, 178 magasins ont récemment été ajoutés à sa liste de clients. Home ­Depot compte plus de 2 000 magasins aux ­États-Unis. « L’automatisation de nos usines nous a déjà permis de bien servir nos clients de grande surface et nous continuons de miser sur cet atout pour augmenter notre production », ajoute la ­porte-parole de l’entreprise basée à ­Bromont, en ­Estrie. Fabritec était déjà présente dans les 180 enseignes de ­Home ­Depot au ­Canada, ce qui inclut ­BMR et ­Réno-Dépôt. De 50 à 60 % de la production de l’usine ­mont-jolienne est destinée au marché américain. Depuis le printemps dernier, l’usine située dans le parc industriel de ­Mont-Joli fonctionne sur trois quarts de travail, de jour et de nuit. — L'AVANTAGE, RIMOUSKI


OUTAOUAIS
De l’expertise supplémentaire pour les entreprises innovantes


ID ­Gatineau a décidé de s’adjoindre les services de l’accélérateur ­Inno-Centre ­Québec pour offrir l’expertise de ses membres aux entrepreneurs de la région. ­Inno-Centre ­Québec est une organisation provinciale reconnue comme un accélérateur et un incubateur d’entreprises. Elle regroupe plusieurs spécialistes ayant des postes importants dans les plus grandes sociétés. C’est cette expertise qu’ID ­Gatineau a décidé d’obtenir en s’associant avec ­Inno-Centre. « Cette organisation a une base de 75 spécialistes avec un réseau de connaissances incroyable, indique le directeur général de ­ID ­Gatineau, ­Jean ­Lepage. Ce ­service-là, on ne l’a pas localement. » ­Ainsi, les entreprises innovantes de la région qui voudront aller plus loin, notamment en ce qui concerne l’exportation, pourront bénéficier des conseils d’un spécialiste du même domaine. « Par exemple, si on a une entreprise dans le marché de l’aéronautique qui veut se démarquer, il y a des spécialistes qui s’y connaissent. » L’expertise que peut amener ­Inno-Centre aux entreprises de ­Gatineau est assez particulière et répond à des besoins précis, indique M. Lepage. — ­LA REVUE, GATINEAU


­CENTRE-DU-QUÉBEC
La construction domiciliaire bat son plein à ­Princeville


Les mois passent et la construction domiciliaire poursuit sur sa lancée à ­Princeville. Le secteur résidentiel a déjà généré des investissements de plus de 5 millions de dollars (M$) depuis janvier 2017, soit 1 M$ de plus que pour les huit premiers mois de l’année 2016. On compte déjà 23 nouvelles unités d’habitation à ­Princeville, entre janvier et août 2017, comparativement à 13 pour la même période l’an dernier. Princeville conclut le mois d’août avec des investissements de 1,5 M$, et ce, surtout grâce à l’apport du secteur résidentiel. ­Celui-ci a généré des retombées de 1,1 M$ avec 29 permis délivrés, dont 5 pour de nouvelles unités d’habitation. La valeur totale de ces demeures, soit trois habitations unifamiliales isolées et deux jumelées, est estimée à 969 000 $. Également en août, les investissements sont de l’ordre de 189 000 $ pour le secteur commercial. Mentionnons que des travaux de rénovation, d’une valeur de 125 000 $, sont en cours de réalisation dans la partie arrière du ­Complexe hôtelier ­Du ­Pré. Du côté du secteur industriel, ­Convertex va de l’avant avec l’agrandissement de son usine. Le projet, évalué à 135 000 $, permettra un agrandissement de 34,2 pi de façade par 61,8 pi de profondeur. Depuis le début de l’année 2017, le ­Service d’urbanisme de la ­Ville de ­Princeville a délivré 286 permis. Les investissements totalisent un peu plus de 6,5 M$, dont tout près de 5,1 M$ dans le secteur résidentiel. — ­LA NOUVELLE UNION, VICTORIAVILLE


LAURENTIDES
Le projet ­Destination 2030 présenté aux gens d’affaires


Les gens d’affaires de ­Sainte-Agathe-­des-Monts ont pris connaissance début septembre du plan ­Destination 2030, un projet de revitalisation urbaine visant à positionner la ville comme une destination de choix. Une centaine de personnes ont participé à la présentation du projet du maire, ­Denis ­Chalifoux, selon L’Information du ­Nord. ­Sainte-Agathe a dû composer avec la dévitalisation de son ­centre-ville dans les années 1980 et aux tournants des années 2000. Le maire a présenté les perspectives visuelles du futur ­Sainte-Agathe en portant une attention particulière aux aspects directement liés au monde des affaires. Des précisions ont été apportées concernant les quatre parcs d’affaires agathois et le type d’entreprises visé dans chacun. Les premières entreprises devraient s’installer en septembre dans le nouvel incubateur, situé au parc d’affaires ­Brissette. Les commerçants ont aussi parlé du recrutement de la ­main-d’œuvre et des différentes mesures incitatives pour l’attirer dans la ville. — ­LES AFFAIRES

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

E-Commerce

Mardi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Une croissance plus forte, mais sous la moyenne provinciale

Édition du 23 Septembre 2017 | Les Affaires

La croissance économique de la Capitale-Nationale sera légèrement moins rapide que celle de la province, en moyenne, ...

Oui, il y a de la vigueur hors des grandes agglomérations

Édition du 16 Septembre 2017 | René Vézina

CHRONIQUE. Au printemps 2016, une délégation de gens d'affaires de la MRC du Kamouraska, représentant 16 entreprises ...

À la une

Pourquoi le Château Laurier a mesuré son empreinte sociale

BLOGUE. Le Château Laurier est la première entreprise québécoise à mesurer son empreinte sociale.

Rumeurs de fusion: Siemens tourne le dos à Bombardier

Après des rumeurs de rapprochement avec Bombardier, Siemens se tourne vers Alstom.

«Les technologies ne servent à rien si les employés les ignorent»

CONFÉRENCE. L'usine 4.0 c'est bien beau, à condition d'intégrer les technologies dans la culture de l'entreprise.