«On amène les hôteliers dans une autre ère» - Louis-Philippe Noël, fondateur d'InnVue et lauréat du Prix coup de coeur du concours Créateurs d'avenir

 

Louis-Philippe Noël, fondateur d'InnVue et lauréat du Prix coup de coeur du concours Créateurs d'avenir [Photo : Frédéric Bergeron]

Valérie Lesage

Louis-Philippe Noël, fondateur d'InnVue et lauréat du Prix coup de coeur du concours Créateurs d'avenir [Photo : Frédéric Bergeron]

Le rêve de bout du monde de Louis-Philippe Noël tient dans une petite boîte en métal, remplie de circuits intégrés. Grâce à elle, le président d'InnVue entre dans des milliers de chambres d'hôtel pour révolutionner le divertissement et les communications dans l'hôtellerie.


«On amène les hôteliers dans une autre ère, on change l'expérience client», s'enthousiasme l'entrepreneur de 33 ans.


La technologie brevetée d'InnVue, entreprise fondée en 2005 à Québec, servait à l'origine à acheter des films à la carte grâce à des télévisions interactives. Aujourd'hui, elle offre beaucoup d'autres possibilités. Tous les téléviseurs des hôtels branchés sur InnVue passent par la petite boîte, ce qui permet d'offrir un guide horaire et une sélection de chaînes par catégories. Fini le temps où le client devait zapper parmi 102 chaînes pour trouver la sienne !


La technologie permet aussi aux hôteliers de rendre virtuelles toutes les informations habituellement présentées sur papier, comme les menus et les services offerts à l'hôtel. La simple mise à jour du cartable laissé dans les chambres peut coûter jusqu'à 50 000 $ par an pour un hôtel de 500 chambres. L'avantage du menu télévisé, c'est de pouvoir ajouter des vidéos attrayantes qui peuvent retenir le client au restaurant ou au bar de l'hôtel, voire l'inciter à acheter des produits dans le cas des hôtels-boutiques. La technologie d'InnVue permet aussi de mettre en valeur les attractions locales. Il serait même possible d'acheter des billets de spectacle ou une entrée à l'Aquarium grâce à cet outil. L'hôtelier, lui, pourrait gagner une commission sur ses ventes.


«Quatre-vingt-dix-neuf pour cent des clients d'un hôtel allument la télé, c'est donc le moyen le plus efficace d'entrer en contact avec eux», selon Louis- Philippe Noël, qui admet toutefois qu'il doit faire de l'éducation auprès des clients et des hôteliers pour mettre en valeur sa solution.


«C'est un outil pas compliqué, qui ne demande pas de réflexion. La croyance derrière notre produit est que, même si tout se trouve dans un ordinateur, il faut chercher. Quand on allume la télé à l'hôtel, on veut se faire livrer le divertissement, on ne veut pas le chercher», explique l'entrepreneur, qui a récolté plusieurs prix dans le milieu des affaires, notamment une formation au Massachusetts Institute of Technology et le prix de la PME de 2012 de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec.


S'associer pour entrer dans la cour des géants


Pour le moment, 30 000 chambres d'hôtel du Canada et des États-Unis sont branchées sur InnVue. La chaîne Hyatt est en train de convertir son réseau, et Louis-Philippe Noël a été invité à présenter sa solution en janvier aux directeurs d'une prestigieuse chaîne hôtelière internationale. Il lui faudra toutefois s'associer à une entreprise française pour remporter la mise, puisque l'entreprise est encore trop petite pour répondre à un contrat d'aussi grande envergure.


«Si je réussis cette association, on entrera dans le monde des géants et on deviendra un acteur majeur», entrevoit le président d'InnVue.


Le défi des prochaines années sera dans l'exécution, mais l'entrepreneur a con-fiance. Il a appris de ses erreurs passées. Il y a trois ans, Louis-Philippe Noël s'est cassé les dents en s'entourant d'une équipe dynamique, mais trop peu expérimentée pour prendre le chemin d'une croissance rapide. Il a dû restructurer l'entreprise, réduire de 25 à 12 le nombre de ses employés. Mais il a fait de nouvelles embauches depuis, notamment un directeur des opérations expérimenté, recruté chez un concurrent.


Avec ce nouveau mélange de jeunesse et d'expérience, dans un contexte où InnVue n'a plus qu'un concurrent en Amérique du Nord, Louis-Philippe Noël se dit que le moment est parfait pour prendre sa place.


«LodgeNet est un gros concurrent, mais il a besoin d'une restructuration majeure. Ça me donne une belle occasion d'aller aux États-Unis», dit celui qui projette l'ouverture d'un bureau en sol américain en 2013.


Un conseil


«Bien s'entourer, ça veut aussi dire s'entourer de gens qui ne pensent pas complètement comme soi.»

Aucun commentaire sur cet article