Bourse: le retour du spectre européen

Publié le 23/04/2012 à 16:21

Bourse: le retour du spectre européen

Publié le 23/04/2012 à 16:21

Par Stéphane Rolland

Photo : Bloomberg

Les spectres économiques sont de retour sur les marchés financiers. Des évènements politiques en Europe et des indicateurs économiques décevants en Chine ont sapé le moral des investisseurs qui s’inquiètent pour la solidité de l’économie, malgré des résultats de sociétés meilleurs qu’attendu.


À Toronto, le S&P/TSX est passé sous la barre des 12 000 points. L’indice se trouve toujours 16% sous son sommet de clôture d’après la crise atteint l’an dernier, soit le 5 avril 2011. À New York, les principaux indices ont perdu un peu moins de 1%.


«C’est une correction d’humeur, commente Jean-René Ouellet, analyste financier chez Valeurs mobilières Desjardins. Jusqu’à maintenant, on a eu des résultats décents dans des secteurs diversifiés. Les craintes exercent cependant une pression sur les marchés.»


Dans ce contexte, M. Ouellet constate encore que l’or n’agit plus comme une valeur refuge. Alors que les investisseurs cherchent un refuge, l’or est au rouge, même s’il récupère un peu du terrain perdu en cour de séance. «C’est encore le dollar américain et le yen qui monte aujourd’hui», ajoute-t-il.


Les nouvelles du jour


Sur le front politique, la victoire du socialiste François Hollande au premier tour a semé le doute sur les solutions adoptées conjointement par la France et l’Allemagne pour dénouer la crise des finances publiques. La victoire de M. Hollande était cependant attendue, et ne semble pas avoir pesé outre mesure sur les marchés. «Lorsqu’on regarde les taux des obligations françaises de dix ans, on constate qu’il n’y a pas eu de mouvements substantiels, indique M. Ouellet.»


Toujours sur le front politique, le gouvernement des Pays-Bas a démissionné après son échec à adopter son plan d’austérité.


Outre-Atlantique, les marchés ont lourdement reçu l’actualité économique. Le CAC 40 à Paris recule de 2,83%. Le DAX à Francfort chute de 3,36%. Le FTSE 100 à Londres échappe 1,85%.


Sur le front économique, la Chine continue à donner des signes de ralentissement. L’indice PMI compilé par la Banque HSBC pour le mois de mars s’est amélioré, mais demeure sous les 50 points. Autrement dit, l’activité manufacturière s’est contractée en mars.


Les titres du jour


Prise dans un scandale de corruption au Mexique, Wal-Mart subit un revers en Bourse. Son action chute de 4,69% à 59,52$ US.


Le producteur de produits céréaliers Kellog s’enfonce de 6,09% à 50,70 $US. Le producteur céréalier a abaissé ses prévisions de profits pour 2012.


Toujours à New York, le secteur bancaire subit les contrecoups des inquiétudes en Europe. À New York, Bank of America perd 2,27% à 8,17 $US.


À la fermeture, voici l’état de la situation à Toronto et New York :


— Le S&P/TSX coule de 158 points, ou 1,30 %, à 11 989 points;


— Le S&P 500 trébuche de 12 points, ou 0,84 %, à 1 367 points;


— Le Dow Jones tombe de 102 points, ou 0,78 %, à 12 927 points;


— Le Nasdaq chute de 30 points, ou 1,00 %, à 2 970 points;


— Le baril de pétrole s’enlise de 0,82 $ US, ou 0,79 %, à 103,03 $ US;


— L’once d’or baisse de 3,40 $ US, ou 0,21 %, à 1 639,40 $ US;


— Le dollar canadien s’apprécie de 0,12 cent US, ou 0,12 %, à 100,92 cents US.


 

SUIVI RAPIDE DE TITRES

Sur le même sujet

Une crise financière en Chine est «peu probable»

10/03/2014 | Thomas Cottendin

Une crise financière en Chine est «peu probable», dit une recherche de Bank of America Merrill Lynch.

Les marques des banques canadiennes valent 47 G$

Mis à jour le 04/02/2014 | Thomas Cottendin

La valeur des marque des banques du pays reste encore bien en dessous de celles de leurs rivales internationales.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Pfizer et AstraZeneca, un mariage Ă  100 milliards en vue?

Il y a 50 minutes | Bernard Mooney

BLOGUE. Selon Bloomberg, la direction de Pfizer a discuté d’une fusion possible avec AstraZeneca.

Barrick Gold et Newmont Mining vers une union de raison?

Les deux plus importants producteurs d'or du monde songent à fusionner pour mieux prospérer dans un contexte difficile.

Sur LesAffaires cette semaine: le CN, TransForce et Rogers

L'hiver rigoureux a probablement grevé la rentabilité des transporteurs, mais pourrait offrir des occasions à long terme