Une crise économique? Pas si vite

Publié le 13/03/2018 à 11:01

Une crise économique? Pas si vite

Publié le 13/03/2018 à 11:01

Par Catherine Charron

Si on en croit la Banque des règlements internationaux (BRI), le Canada est en proie à une importante crise financière. Stéfane Marion, économiste et stratège en chef de la Banque Nationale, se fait plus nuancé que ses homologues de la plus ancienne organisation financière internationale.


Dans un communiqué, il note plusieurs éléments qui atténuent les propos de la BRI émis dans son rapport trimestriel, en commençant par le grand responsable de ladite crise: l’importance du crédit privé dans l’économie canadienne.


Sa première mise en perspective concerne l’évaluation du ratio du crédit par rapport au produit intérieur brut(PIB) à long terme, l’un des facteurs de risque où le Canada affichait une piètre performance. Dans la structure financière canadienne, «le crédit privé comprend les sociétés d’État, qui répondent de la capacité à payer des gouvernements provinciaux ou fédéral», mentionne Stéfane Marion.


Il rappelle que la Banque du Canada ne tiendrait pas compte des prêts entre sociétés affiliées puisque ceux-ci ne sont pas accordés par une institution financière. «Ces ajustements à eux seuls réduisent le ratio crédit/PIB du Canada de 213% à un niveau beaucoup moins menaçant de 170%», démontre-t-il.


L’économiste en chef de la Banque Nationale met en garde contre la méthodologie utilisée par la Banque des règlements internationaux. Il dénonce le fait que la démographie et la structure du marché du travail, deux éléments clés selon lui pour «évaluer la viabilité à long terme d’un système bancaire national», n’ont pas été considérées dans leurs calculs.


Ce non-sens est d’autant plus flagrant puisqu’en 2017, l’emploi au Canada a connu sa plus importante croissance des 15 dernières années, le plaçant au deuxième rang parmi les pays de l’OCDE avec un taux de 62%. «Pendant ce temps, le rapport de la BRI suggère que tout va bien en Italie et en Espagne où moins de 40% de la population est employée», s’étonne Stéfane Marion.


À (re)lire: Le spectre d’une crise économique plane-t-il sur le Canada?


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Hausse des taux : ce n'est que partie remise

09/01/2019 | Stéphane Rolland

La Banque du Canada a toujours l’intention de resserrer la politique monétaire «avec le temps».

Sans surprise, la Banque du Canada garde son taux directeur stable à 1,75%

Mis à jour le 09/01/2019 | Stéphane Rolland

La BdC maintient son taux directeur à 1,75%, alors que la baisse des prix de l'énergie plombe l'économie canadienne.

À la une

Le Canada doit se préparer à un Brexit «dur»

ANALYSE - À moins d'une surprise, le libre-échange entre le Canada et le Royaume-Uni prendra fin. Il faut s'y préparer.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

18/01/2019 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres boursiers qui ont le plus marqué la semaine? Du nombre: du pétrole, du yoga et du... cannabis.