La Banque du Canada hausse son taux directeur à 1,25%

Publié le 17/01/2018 à 10:03

La Banque du Canada hausse son taux directeur à 1,25%

Publié le 17/01/2018 à 10:03

Par lesaffaires.com

La Banque du Canada a annoncé ce mercredi qu’elle relevait le taux cible du financement à un jour pour le porter à 1,25%. Il s'agit de la troisième hausse en six mois.


Le taux officiel d’escompte s’établit donc à 1,5%, et le taux de rémunération des dépôts, à 1%.


La Banque du Canada reconnaît que les données récentes ont été robustes, l’inflation se situe près de la cible et l’économie tourne à peu près à son potentiel.


«Toutefois, l’incertitude entourant l’avenir de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) brouille les perspectives économiques», modère-t-elle dans son communiqué.


TAUX DIRECTEUR


L’économie mondiale continue de se renforcer et la Banque du Canada s’attend à ce que la croissance s’établisse en moyenne à 3,5% au cours de la période de projection. La croissance dans les économies avancées devrait être plus vigoureuse que la Banque ne l’entrevoyait dans le Rapport sur la politique monétaire d’octobre.


Surtout compte tenu des signes d’accélération de l’activité aux États-Unis, activité qui devrait encore s’accentuer davantage sous l’effet des changements fiscaux récents.


«Mais les avantages pour le Canada sont dilués en raison du creusement des écarts entre les cours de référence mondiaux et canadiens du pétrole», nuance l'institution monétaire.ç


L'immobilier affaibli?


La Banque table sur une croissance du PIB réel canadien d'environ 2,2% en 2018 et de 1,6% en 2019, après avoir affiché 3,0% en chiffres estimatifs en 2017. La croissance devrait demeurer supérieure à celle de la production potentielle jusqu’à la fin du premier trimestre de 2018, puis ralentir pour s’établir à un taux avoisinant le potentiel pendant le reste de la période de projection.


La consommation et l’investissement résidentiel ont été plus robustes que ce que l'institution avait prévu, ce qui reflète la forte progression de l’emploi. Les investissements des entreprises ont crû à un rythme solide et les intentions d’investissement restent positives. Les exportations ont été plus faibles que prévu, quoique, abstraction faite des ajustements transfrontières de la production automobile, on ait observé des signes positifs dans la plupart des autres catégories.


Lire Un frein pour la hausse des taux d'intérêt


«Pour la période à venir, la consommation et l’investissement résidentiel devraient contribuer moins à la croissance, étant donné les taux d’intérêt plus élevés et la nouvelle ligne directrice portant sur les prêts hypothécaires, alors que l’apport des investissements des entreprises et des exportations devrait être supérieur», précise le communiqué.


Dans ses perspectives, la Banque du Canada s'appuie sur le fait que notre économie bénéficiera un peu de la hausse de la demande aux États-Unis découlant des changements fiscaux adoptés dernièrement. Toutefois, comme l’incertitude entourant l’avenir de l’ALENA pèse de plus en plus sur les perspectives, la Banque a incorporé dans sa projection un effet négatif additionnel sur les investissements des entreprises et le commerce extérieur.


Inflation contenue


La Banque continue à surveiller la mesure dans laquelle la demande vigoureuse stimule la production potentielle, cette évolution étant propice à une expansion non inflationniste accrue.


«À cet égard, les dépenses en immobilisations, la création d’entreprises, le taux d’activité et le nombre d’heures travaillées affichent tous des signes prometteurs. Les données récentes indiquent que les ressources inutilisées sur le marché du travail se résorbent plus rapidement qu’anticipé. Les salaires ont augmenté, mais leur progression est moindre qu’elle le serait généralement en l’absence de ressources inutilisées sur le marché du travail», détaille l'institution.


Dans ce contexte, l’inflation avoisine 2% et les mesures fondamentales de l’inflation se sont légèrement inscrites en hausse, ce qui cadre avec la baisse des capacités excédentaires au sein de l’économie. La Banque s’attend à ce que l’inflation mesurée par l’IPC fluctue dans les prochains mois à mesure que les effets de divers facteurs temporaires (y compris les prix de l’essence et de l’électricité) s’estomperont.


«Abstraction faite de ces facteurs temporaires, l’inflation devrait demeurer près de 2% au cours de la période de projection», assure l'autorité financière. «Quoique l’on s’attende à ce que les perspectives économiques justifient des taux d’intérêt plus élevés avec le temps, il sera probablement nécessaire de maintenir un certain degré de détente monétaire afin que l’économie continue de tourner près de son potentiel et que l’inflation demeure à la cible».


Le Conseil de direction continuera à «faire preuve de circonspection au moment d’envisager de futurs ajustements à la politique monétaire», ponctue le communiqué.


Le prochain rendez-vous pour un éventuel nouveau taux cible est fixé aux 7 mars 2018.


 


 


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Bourse : le pire est-il passé?

BLOGUE. Un stratège de Montréal nous livre ses repères pour le S&P 500, les puces américains et le pétrole canadien.

Metro reprend les rachats d'actions

Après une pause d’un an pour rembourser de la dette, l’épicier relance son programme de rachat d’actions.

Lune Rouge et Reflector Entertainment : «le jeu, c'est bien plus que de la vidéo»

BLOGUE. Guy Laliberté et Alexandre Amancio comptent mêler films, jeux vidéo, bandes dessinées et... votre cerveau!