Fonds de solidarité: Robert Parizeau refait une offre à Ottawa

Publié le 27/09/2014 à 18:38

Fonds de solidarité: Robert Parizeau refait une offre à Ottawa

Publié le 27/09/2014 à 18:38

Par François Pouliot

Robert Parizeau en mission pour convaincre Ottawa de faire marche arrière.

Le nouveau président du conseil d'administration du Fonds de solidarité, Robert Parizeau, est pour la première fois sorti sur la place publique, samedi, en souhaitant que le gouvernement fédéral revoie sa décision sur le retrait du crédit d'impôt fédéral.


«Le conseil d'administration du Fonds juge crucial ce crédit pour le développement économique du Québec. C'est pourquoi nous ne perdons pas espoir d'amener Ottawa à revenir sur sa décision», a-t-il déclaré devant une salle bondée, lors de l'assemblée annuelle du Fonds.


Monsieur Parizeau a indiqué que l'an dernier, les deux fonds de travailleurs du Québec (Fondaction de la CSN étant le second), avec l'accord du gouvernement du Québec, avaient proposé au fédéral d'établir «nouveau partenariat fondé sur nos intérêts mutuels». En contrepartie du maintien du crédit d'impôt, sur une période de 10 ans, les fonds de travailleurs "auraient investi des centaines de millions de dollars dans des entreprises et des fonds d'investissement partout au Canada". "Considérant l'ampleur des retombées qu'un tel partenariat pourrait avoir à l'échelle canadienne, le Fonds estime qu'il mérite d'être évalué plus attentivement", a dit le nouveau président du conseil.


Une étude de KPMG, produite pour le Fonds de solidarité, conclut que le retrait graduel du crédit d'impôt à compter de 2015 aura pour effet de faire tomber ses investissements annuels en capital de développement dans les entreprises du Québec de 521 M$, en 2013, à 250 M$, en 2018.


Le chef de la direction du Fonds, Gaétan Morin, a précisé qu'il n'avait pas encore rencontré à ce sujet le ministre des finances Joe Oliver, qu'il souhaitait plutôt le rencontrer dans quelques mois, "au moment opportun".


Interrogé s'il jouerait un rôle actif dans les discussions avec Ottawa, monsieur Parizeau s'est montré prudent. "Ce n'est pas le rôle d'un président de conseil d'entrer dans ces batailles, ou plutôt ces discussions. Le conseil va appuyer notre chef de direction. Le rôle d'un président est de s'assurer que le conseil comprend bien les enjeux et appuie la direction dans les démarches qui sont entreprises", a-t-il expliqué.


Robert Parizeau est le frère de l'ancien premier ministre Jacques Parizeau. Ses opinions politiques ne sont pas connues. Aujourd'hui expert en gouvernance, il a aussi été au conseil d'administration de Power Corporation, de la Banque Nationale, de Canam, de Van Houtte et Gaz Metro.


«J'ai un frère qui est bien connu, a-t-il reconnu en riant, mais je n'ai jamais fait de politique».


Monsieur Parizeau n'a pas totalement écarté la possibilité de rencontrer le ministre Oliver, "si ce dernier estimait que la présence du président du conseil était souhaitable".


Une demande à Québec?



image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

L'usine de Bombadier à La Pocatière sera touchée par les coupes

Il y a 16 minutes | La Presse Canadienne

D'ici la fin février, c'est environ 100 travailleurs qui seront mis à pied malgré le nouveau contrat de 468M$.

De nouveaux trains Azur pour la STM

10:13 | AFP

La majeure partie de la fabrication et de l’assemblage des véhicules devrait être réalisée à l’usine de La Pocatière.

Stan Lee, le père de Marvel, s'est éteint

15:04 | AFP

En 1961 il imagine l’équipe de superhéros « Les Quatre Fantastiques » et change la bande dessinée à jamais.