L'impact du Brexit sur les actions

Publié le 30/06/2016 à 09:51

L'impact du Brexit sur les actions

Publié le 30/06/2016 à 09:51

Par Jean Gagnon

(Photo: 123rf.com)

La panique boursière au lendemain du Brexit semble avoir été rapidement contenue. Mais il ne faut pas pour autant baisser sa garde, soutiennent certains stratèges et gestionnaires. «Nous sommes probablement au début d’une période de forte volatilité qui pourrait se poursuivre jusqu’à l’élection présidentielle américaine le 8 novembre», croit entre autres Larry Berman, président et gestionnaire de portefeuilles, ETF Capital Management.


Les fluctuations à la Bourse de Londres depuis l’annonce de la victoire du camp du Brexit au référendum tenu le 23 juin ont de quoi confondre les sceptiques. Dès l’ouverture du marché le 24 juin, l’indice FTSE qui avait clôturé à 6340 la veille est tombé à 5780, une chute de 8,8%. Quatre séances plus tard, l’indice avait effacé toutes ses pertes, clôturant même la séance à 6 360.


Ironiquement, durant les deux jours de panique qui ont suivi le référendum, l’indice FTSE n’a pas clôturé aussi bas que le 14 juin, soit 10 jours avant le référendum alors que les sondages laissaient entrevoir une possible victoire du Brexit. Le fait accompli a fait plier les genoux à l’indice boursier, mais celui-ci s’en est remis rapidement.


Les indices S&P500 à New York et S&P/TSX à Toronto ont également été malmenés, quoique dans une moins grande mesure que l’indice londonien. Eux aussi ont récupéré une bonne partie des pertes causées par la surprise du résultat du référendum.


Faut-il croire alors que les mouvements boursiers des derniers jours ne sont qu’un événement anodin? C’est possible, selon Ron Meisels, président, Phases & Cycles, une firme de gestion de portefeuilles spécialisée en analyse technique. «Aucun de ces trois indices boursiers n’est actuellement dans un marché baissier (bear market)», note-t-il.


Ces indices sont plutôt dans une phase de correction. Notons que les bourses avaient fortement progressé à la suite du creux de février, et elles sont maintenant en phase de corriger ces excès. Selon Meisels, la phase de correction pourrait entrainer un recul équivalent à 1/3 et possiblement jusqu'à 1/2 de la hausse réalisée entre février et juin. Le S&P 500 pourrait ainsi reculer jusqu’à 2008 et 1960 sans que la tendance haussière (bull market) ne soit menacée. L’indice cote actuellement à 2 067 points. Pour l’indice S&P/TSX, on parle d’une correction jusqu'à 13 150 et 12 790 alors que l’indice se situe à 14 040.


Pas ailleurs, les risques de revers pour l’économie mondiale ont augmenté sensiblement à la suite du résultat du référendum annonçant le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne, selon Stéfane Marion, économiste en chef chez Financière Banque Nationale. «En conséquence, le dollar américain devrait avoir le vent en poupe du fait de sa valeur de monnaie refuge», dit-il. Et cela n’est pas une bonne nouvelle pour les pays émergents en raison de leurs emprunts en dollars américains, ainsi que pour le prix du pétrole qui pourraient retomber à 40$ le baril, selon les estimations de l’économiste.


Bien qu’il ne prévoit pas de récession à l’échelle mondiale, Stéfane Marion croit tout de même que le contexte actuel est propice à un accroissement de la volatilité et justifie une réduction du risque dans le portefeuille. Ainsi, il suggère de modifier quelque peu la répartition du portefeuille en réduisant la quantité d’actions des pays émergents et du Canada et en augmentant l’encaisse.


La complaisance des investisseurs est aussi un facteur inquiétant, selon Larry Berman. «Depuis quelques mois, je gère les portefeuilles de façon très défensive compte tenu du fait que nous sommes dans la 7e année du cycle de croissance économique et que le multiple cours/bénéfices du S&P 500 pour les 12 derniers mois est très élevé à 19,5», écrit-il dans une note à ses clients. «Je préfère attendre les occasions que procurera une période de plus grande volatilité qui se substituera à la complaisance actuelle», ajoute-t-il. «Les investisseurs ne sont certainement pas préparés pour les développements qui pourraient survenir au cours des prochains mois», conclut-il.

À suivre dans cette section


image

Sécurité alimentaire

Mardi 13 novembre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février

À la une

Manon Brouillette quitte la présidence de Vidéotron

Mis à jour il y a 4 minutes | Denis Lalonde

La présidente et chef de la direction de Vidéotron, Manon Brouillette, quittera son poste le 31 décembre.

À surveiller: Fortis, Cott et L’Impériale

Il y a 29 minutes | Dominique Beauchamp

Que faire avec les titres de Fortis, Cott et L’Impériale?

10 choses à savoir mardi

Taxer au volume des déchets? L'autobus gratuit ramène les gens en ville, la grande séduction d'Embraer!