Bourse: le «momentum» peut-il se poursuivre?

Publié le 03/03/2015 à 09:18

Bourse: le «momentum» peut-il se poursuivre?

Publié le 03/03/2015 à 09:18

Par Jean Gagnon

Photo: Shutterstock

S’il a fait froid en février au Québec, ce fut tout le contraire sur les parquets des bourses américaines. Alors qu’un record historique de froid mensuel était établie au Québec, la plupart des indices boursiers aux États-Unis, dont le Dow Jones, le S&P 500, le Nasdaq et le Russell 2000, se sont appréciés de plus de 5 % durant ce mois qui ne comptait pourtant que 19 séances de négociations.


Sans être exceptionnelle, une telle hausse ne se produit pas nécessairement souvent. En effet, le S&P 500 n’a réalisé un gain mensuel de plus de 5% qu’à 10 reprises depuis le début du bull market qui a suivi la crise financière, soit depuis 6 ans, rappelle Bob Pisani, reporter pour CNBC sur la parquet de la Bourse New York. Après une telle performance, que peut-on maintenant prévoir en mars alors que les températures devraient se réchauffer ? Les marchés boursiers marqueront-ils pour leur part un temps d’arrêt ?


Intuitivement, on pourrait s’attendre que les marchés reprennent leur souffle. Mais ce n’est pas ce qui se produit généralement, explique Bob Pisani. Après une hausse mensuelle de 5 %, le S&P 500 s’est apprécié le mois suivant 9 fois sur 10, constate le reporter. Et en moyenne de 2,4%.


Statistiquement, la donnée est suffisamment intéressante pour conclure de façon assez certaine que le S&P 500 devrait s’améliorer en mars, explique Ismaël Chiadmi, directeur de l’analyse quantitative chez Montrusco Bolton. «Cette statistique nous fournit un bon biais pour dire que le momentum observé en février va se poursuivre en mars», dit-il.


L'approche


Il existe de nombreuses stratégies d’investissement s’appuyant sur le momentum, que l’on définit comme la poursuite de la tendance existante. L’investisseur momentum croit que des gains importants dans le prix d’un titre ou d’un indice seront suivis par des gains additionnels.


Par ailleurs, les stratégies d’investissement basées sur le momentum sont toujours exposées à un changement rapide de circonstances, rappelle M. Chiadmi. Ce fut le cas par exemple sur le marché canadien au cours de la dernière année lorsque les titres pétroliers sont devenus en défaveur auprès des investisseurs à la suite de la baisse rapide du prix du pétrole brut. Les portefeuilles s’appuyant sur le momentum possédait de grandes quantités de titres pétroliers compte tenu de la bonne performance qu’ils affichaient.


La sélection des titres en fonction du momentum fait l’objet d’un rééquilibrage à une certaine fréquence, par exemple à chaque trimestre. Parfois la chute du cours des titres est si rapide que les gestionnaires n’ont pas le temps de rééquilibrer le portefeuille en fonction de cette perte de momentum, ce qui occasionne des pertes importantes.


Le mois de mars devrait s’avérer un bon mois pour les investisseurs sur les bourses américaines s’il faut se fier au mois de février. «Cela n’exclut pas toutefois la possibilité qu’un changement rapide dans les conditions de marchés vienne bouleverser ce momentum», rappelle M. Chiadmi.


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

La fermeture d'une raffinerie des É-U nuira au pétrole canadien

Il y a 29 minutes | La Presse Canadienne

Une interruption de production du plus gros acheteur américain de pétrole lourd canadien devrait ...

Uni-Sélect se met en vente, le PDG quitte

Mis à jour le 18/09/2018 | Dominique Beauchamp

Le PDG quitte subitement et Uni-Sélect embauche JP Morgan pour un examen stratégique.

À la une

America inc. exhorte Trump à garder le Canada dans l'ALÉNA

Les poids lourds d’America Inc. demandent aussi trois choses aux négociateurs.

ALÉNA: encore du travail avant de parvenir à un accord entre Washington et Ottawa

13:38 | AFP

Beaucoup de travail reste à faire au cours des discussions de haut niveau qui ont repris mercredi à Washington.