Élections Québec 2012: Pour une banque de développement économique du Québec

Publié le 08/08/2012 à 08:45, mis à jour le 08/08/2012 à 08:49

Élections Québec 2012: Pour une banque de développement économique du Québec

Publié le 08/08/2012 à 08:45, mis à jour le 08/08/2012 à 08:49

Au Québec, il y un manque flagrant d’organisation dans l’application des politiques de développement économique. Premièrement, au sein de l’État québécois, un trop grand nombre de ministères, programmes et organismes se partagent cette mission. Nous devons simplifier ces structures pour améliorer la gestion du développement économique et la rendre cohérente.


Deuxièmement, de nombreux programmes fédéraux (BDC, SADC, CAE, etc.) œuvrant au Québec ont également pour mission de favoriser le développement économique. Inévitablement, ces chevauchements désordonnés nuisent à la cohérence que devrait avoir une politique axée sur la croissance économique. Il faut donc rapatrier ces programmes.


Nous proposons d’éliminer ces chevauchements ainsi que la multiplication des organismes québécois. Nous devons regrouper tous les programmes et organismes dans une seule institution, la Banque de développement économique du Québec (BDEQ), pour permettre une meilleure intégration des leviers de développement économique. Ce guichet unique permettra aussi d’alléger le fardeau administratif des entrepreneurs.


 


Offrir un service plus efficace et plus diversifié aux entrepreneurs


La mission centrale de la Banque sera de soutenir la création d’entreprises et de contribuer à leur essor. Son mandat sera notamment d’épauler les PME et de desservir une plus large clientèle, actuellement laissée à elle-même, comme les petites collectivités locales, les instituts de recherche, les regroupements d’entreprises, les organismes culturels et les entreprises d’économie sociale. Ces institutions contribuent à l’essor du Québec et elles méritent l’appui de l’État. Elles ont besoin d’avoir accès à du capital de risque, des prêts directs et des garanties de prêts.


Une des innovations majeures de la Banque sera d’offrir du capital patient aux entrepreneurs avec des attentes de rendement à plus long terme. Le premier objectif est d’augmenter le taux de survie des jeunes entreprises, qui est très bas en ce moment au Québec.


À suivre dans cette section


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché de l'habitation

Mardi 04 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Péladeau doit vendre ses actions de Québecor, dit Legault

09/03/2014

Le chef de la CAQ a fourbi ses armes et a carrément remis en question l'indépendance de l'empire médiatique.

L'événement le plus médiatisé de 2012 au Québec est...

Mis à jour le 19/12/2012

L'élection d'un gouvernement minoritaire péquiste a été la nouvelle la plus ...

À la une

La cryptomonnaie enfin vache à lait des financiers?

24/04/2018 | François Remy

BLOGUE. Le petit marché va progresser à pas de géants, à en croire les prévisions de ces grandes institutions.

Une entreprise cotée en Bourse qui fait le bien, ça se peut?

24/04/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. Danone Canada est certifiée B Corp. Danone prouvera-t-elle que la Bourse n'est pas un obstacle au bien commun?

Il faut démocratiser l'entrepreneuriat

24/04/2018 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Il faut parler d'entrepreneuriat non seulement à la télé, mais sur un maximum de plateformes.