Projet Luminance: dénoncez un bienfaisant!

Publié le 27/07/2018 à 13:36

Projet Luminance: dénoncez un bienfaisant!

Publié le 27/07/2018 à 13:36

François Tremblay, Samuel Noël et Frédérique Gaudet, les cofondateurs du projet Luminance

Samuel Noël travaillait dans le secteur du financement. François Tremblay était ingénieur en aérospatiale. Ils jouaient ensemble au hockey. Ils sont devenus colocs, puis associés.


Il y a 10 ans, ils ont lancé Tungsten Visuel, une boîte de vidéo corporatifs.


Le 11 juillet, ils ont lancé le Projet Luminance, une plateforme d’engagement social pour rassembler les citoyens qui démarrent des initiatives dans leur communauté. Luminance produit et diffuse des vidéos de 7 à 8 minutes sur ces projets.



«Nous présentons des solutions plutôt que des enjeux, explique Frédérique Gaudet, la troisième complice de l’aventure Luminance. Nous croyons que le documentaire peut changer le monde, mais il faut réduire le délai entre le visionnement et l’action.»


Luminance tente une expérience. Chacune des vidéos de sa plateforme inclut quatre onglets: aimer, partager, participer et créer.


Si vous choisissez «participer», on vous présente une liste de talents/compétences dont les porteurs de ce projet recherchent. Par exemple, ils peuvent avoir besoin d’un avocat pour réviser des contrats ou démêler des articles de la loi immobilière, d’une artisane pour fabriquer du mobilier ou d’un relationniste pour rédiger un communiqué de presse. Vous pouvez proposer votre aide. Les promoteurs recevront votre proposition et pourront entrer en contact avec vous.


Les créateurs de la plateforme Luminance ont prévu un onglet pour permettre aux Internautes de contribuer aux projets à travers leurs compétences.


Si vous choisissez l’onglet «créer», vous avez deux choix: créer une nouvelle initiative et la publier ou répliquer dans votre région l’initiative dont il est question dans la vidéo.


François et Samuel ont démarré Luminance pour ajouter du sens à leur travail. «Nous lancer en affaires a assouvi notre besoin de créativité, dit Samuel, mais nous visions un impact plus grand, au-delà de nos mandats et de la création d’emplois. Nous voulions redonner.»


La particularité du projet Luminance


Il ne s’agit pas de philanthropie. Les associés de Tunsgten redonnent à la communauté en s’appuyant sur leurs compétences d’affaires. François, Samuel et Frédérique ont imaginé un projet d’impact qui fait appel aux talents qu’ils utilisent au quotidien chez Tungsten.


Trois années ont passé entre l’idéation et le lancement de la plateforme le 11 juillet dernier. Des années difficiles par moment. Faire rouler Tungsten tout en imaginant Luminance a exigé beaucoup de temps, d’énergie, de ténacité et d’adaptation. Le financement prévu dans le plan initial ne fut pas au rendez-vous. Tunsgten a d’abord tenté des commandites. «Nous nous sommes rendus très loin avec certaines entreprises, mais le Québec n’est pas tout à fait mûr pour ce type de marketing social», raconte Frédérique.


Les retombées inattendues


Les retombées de Luminance vont au-delà de ce que les promoteurs avaient imaginé. «Luminance nous a ouvert des portes. Notre projet pique la curiosité, il nous a valu des rencontres que nous n’aurions pas eu autrement», dit Frédérique.


«Luminance change notre relation avec nos clients de Tungsten, poursuit Samuel. La conversation adopte une autre tangente. Les valeurs qui nous animent, celles qui ont inspiré le projet Luminance sont assez universelles. Vouloir créer ce type de contenu crée des liens différents, d’humain à humain plutôt que de client à fournisseur.»


Une parenté avec le film «Demain»




Ceux qui connaissent le film français «Demain», de Cyril Dion et Mélanie Laurent, lui trouveront des airs de famille avec le projet Luminance. «Demain» présente des initiatives planétaires positives dans quatre sphères : l’économie, l’agriculture, la démocratie et l’environnement. «Ce film est sorti pendant que nous planchions sur Luminance, raconte Frédérique. Au début ça nous a déçu. On s'est dit «Ils ont accompli ce qu’on veut faire». Mais, en fait, ce film s’inscrit dans un courant, il rend Luminance encore plus pertinent.» Ajoutons que «Demain» ne présente aucune initiative québécoise ni canadienne. En fait, la seule mention du Canada est relative à notre impact négatif sur l’environnement à travers l’exploitation des sables bitumineux. On peut aussi préciser qu’il existe un ouvrage, «Demain, le Québec»,, présentant des initiatives québécoises pour un monde plus vert, plus juste et plus démocratique.


Luminance vient de compléter un premier road trip dans l’est du Canada. Il en a résulté cinq documentaires. En voici deux exemples.


Halifax, Supper with strangers : des étudiants universitaires se réunissent à deux ou trois une fois par mois pour inviter une personne itinérante à souper pour amorcer une conversation.



Sept-Îles, Chantier garçons: des pères d’élèves du primaire se sont réunis pour prévenir le décrochage chez les jeunes garçons. Ils se sont demandé ce qu’ils n’aimaient pas à l’école comme garçons. La réponse: rester assis! Ainsi est né le projet vélobus, qui vise à apprendre et à mettre en application ce qu’on apprend. Les élèves participeront à la création d’un vélo de 10 places qui permettra de transporter les enfants de la maison à l’école. Les enfants feront les plans et ils visiteront l’usine où sera conçu le vélobus. Ils seront accompagnés par des professionnels tout au long du processus.


Une équipe est en tournage dans le centre du Canada pour une durée de six semaines. Ensuite, ce sera cap sur l’ouest!


À la fin octobre, les tournées seront complétées. Par la suite, Luminance sera alimentée par les vidéos fournis par la communauté.


Et la suite?


«L’innovation sociale en général nous intéresse, répond Frédérique. Pour la phase un, nous nous sommes concentrés sur celle qui est générée par les citoyens. Dans une phase deux, nous pourrions présenter celles générées par les organisations.»



Quelle est la pertinence pour une entreprise de créer un projet comme Luminance?


Différenciation


Samuel, «Une des plus grandes erreurs que tu commets comme entrepreneur consiste à vouloir être le meilleur. Tu devrais plutôt viser à être unique. Si tu es unique, tu n’as pas besoin d’être le meilleur, tu es le seul. Luminance nous rend uniques. Ça nous permet de connecter avec plus de gens et de nous différencier.»


Compétence


François, «Ça me fascine de voir des entreprises mobiliser des employés pour nettoyer des vitres dans un OBNL. Ce n’est pas la meilleure façon d’utiliser tes talents. Le message de Luminance c’est: utilisez vos talents pour contribuer encore mieux dans des projets concrets près de chez vous. C'est de l'optimisation de talents, vous augmentez votre impact avec le même talent. Chez Tungsten, on produit du storytelling à travers des vidéos corporatives. Luminance améliore notre art du storytelling, mais aussi plus efficaces en marketing numérique. Grâce à Luminance, Tungsten est une meilleure boîte de production qu’il y a trois ans.»


Recrutement


Frédérique, «Luminance nous a amené des candidats pour Tungsten qui ne seraient jamais venus avant. Ça donne une profondeur à l’entreprise. Et ça  augmente la motivation des employés réguliers.»


Peut-on répliquer le modèle Luminance?


«C’est l’incarnation du concept la création de valeur partagée (shared value), répond Samuel. Il s’agit de développer une ligne d’affaires qui répond à un enjeu social. Nous croyons beaucoup au pouvoir des entreprises comme créateur d’impact social. Elles peuvent mobiliser beaucoup de gens en même temps. » Il ajoute, «Il reste des obstacles à surmonter, principalement le courtermisme. Le désir de profit à court terme entre en concurrence avec le développement d’un projet qui a un impact à plus long terme.»


Le défi: mesurer l’impact de Luminance


«Luminance est une plateforme numérique, comptabiliser son impact dans la réalité sera compliqué, reconnaît Frédérique. Aujourd’hui, nous avons tenu notre première réunion à ce sujet. Il faudra mesurer les contributions générées par le site, les initiatives qui ont été reproduites, celles qui ont pris de l’ampleur, etc..»


Vers une Luminance des entreprises?


«C’est ce que l’on souhaite. Nous aimerions créer aussi une plateforme qui présentera des initiatives des entreprises, répond Samuel. Depuis trois ans, nous avons de nombreuses conversations avec nos clients de Tungsten. Les mentalités et les consciences évoluent. Davantage d’entreprises réalisent qu’elles peuvent servir leurs intérêts et ceux de la société. Mais il faut demeurer vigilants, la ligne est mince entre les initiatives à impact social, le marketing social et le socioblanchiment.»


Le message de François aux lecteurs


«Dénoncez un bienfaisant sur notre plateforme!», souligne François.


Et partez en quête de votre propre Luminance, à votre image. Un projet qui rendra votre entreprise unique en créant de la valeur partagée.


Enregistrer

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueuse au journal Les Affaires et a dirigé le magazine Commerce pendant sept ans. Elle est régulièrement invitée à commenter l'actualité économique dans les médias. Auteure de trois livres (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi et J'ai perdu ma montre au fond du lac), elle emploie son énergie débordante à transmettre sa passion du monde des affaires et de l'économie. «Le fil de Diane» vous aidera à trouver votre chemin à travers la masse d'informations économiques disponibles sur Internet.

Diane Bérard

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Sortir du bois ou entrer dedans ?

Édition du 13 Octobre 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Il y a de l'action en forêt. Depuis la mi-septembre, plusieurs titres forestiers sont sous pression.

Connaissez-vous la croix de Tuominen?

13/11/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Un truc carrément génial qui va changer votre quotidien au travail, et même - pourquoi pas? - votre vie.