Nouveau: le blogue de l'investissement à long terme

Publié le 14/11/2017 à 14:12

Nouveau: le blogue de l'investissement à long terme

Publié le 14/11/2017 à 14:12

La Caisse de dépôt et de placement accroît de 50% ses investissements faibles en carbone


Le 18 octobre dernier, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a annoncé son intention d’augmenter de 50% (8 milliards de $) ses investissements à faible intensité en carbone (lire ici énergie propre, efficacité énergétique, transports et infrastructures propres) d’ici 2020. À moyen terme, elle souhaite aussi réduire de 25¢ par $ investi son empreinte carbone d’ici 2025.


Selon la Caisse, au 31 décembre 2016, les énergies fossiles (extraction, raffinage et production d’électricité par les hydrocarbures) représentent 11 milliards $ d’actifs alors que les investissements faibles en carbone représentent 25 milliards $


Elle n’est pas seule dans ce club. Des gros joueurs comme BlackRock, Inc. (NYSE:BLK) ont lancé il y a près de trois ans leur fonds indiciel négociable en bourse iShares MSCI ACWI Low Carbon Target (NYSE:CRBN) en s’alignant sur l’index MSCI ACWI Low Carbon Target Index qui vise deux éléments précis : les émissions de CO2 et les réserves de combustibles fossiles. L’indice accorde plus de poids aux compagnies avec un ratio émissions/ventes bas ainsi qu’à celles qui ont un faible potentiel d’émissions par dollar de capitalisation.


CalPERS, le bas de laine des Californiens (323 milliards d’actifs en 2017), s’est engagé fin 2015 à réduire le carbone dans son portfolio d’actifs tout en commettant 1,2 milliard de son fonds en équité dans le secteur des technologies et énergies propres.


Curieux de connaître la teneur en carbone de certains fonds communs américains? vous pouvez interroger la banque de données Fossil Free Funds.


Une étude de Barclays sur les liens positifs entre le marché obligataire et l’investissement ESG


Rarement sous la loupe en IR, le marché obligataire a intéressé l’équipe de la Barclays Quantitative Portfolio Strategy Research. Elle a étudié la relation entre l’application de critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) et la performance dans le marché obligataire américain.


À partir de plus de 5000 obligations de 760 émetteurs de l’index Bloomberg Barclays US Corporate Investment-Grade, les chercheurs de Barclays ont utilisé les données de cotation ESG de deux firmes d’analyse, MSCI et Sustainalytics, pour arriver aux conclusions suivantes:


- L'introduction de facteurs ESG dans le processus d'investissement s'est traduite par un petit, mais constant avantage de performance.


- Aucune preuve d'un impact négatif n'a été démontrée.


- Au cours de la période temporelle couverte par l'étude, l'avantage de performance des portefeuilles avec une orientation ESG n'a pas été causé par le fait que les obligations «ESG plus» deviennent plus chères que leurs équivalentes «ESG moins», à cause d'une demande excédentaire. Ainsi, l'inclusion d'obligations «ESG plus» n’entraînerait pas une sous-performance future car les prix de ces obligations reviennent aux prix de leurs équivalentes conventionnelles.


- Des trois scores - E, S et G - le score de gouvernance a eu le plus fort impact sur la performance. Les obligations ayant obtenu un score G élevé ont également moins souffert de décotes que celles ayant un score G faible.


-Le lien vers le rapport complet ici.


 L'organisme de certification B Lab dévoile ses 28 meilleurs fonds pour le monde


 B Lab, le certificateur des B Corporations, les entreprises qui harnachent le pouvoir des affaires pour résoudre des enjeux sociaux ou environnementaux, a dévoilé sa liste 2017 des meilleurs fonds pour le monde.


28 fonds constituent cette liste, avec plus de 2,5 milliards de $CAN sous gestion. 20 de ces fonds investissent dans les marchés émergents, sept dans les marchés plus mûrs. Ils sont présents de l’Inde à l’Iowa, dans les soins de santé, l’agriculture ou dans les énergies renouvelables. Ce sont des fonds de capitaux privés ou des fonds de créances.


Les 28 fonds ont été vérifiés par une firme indépendante pour s’assurer de leur impact positif. C’est le Global Impact Investing Rating System (GIIRS) qui fournit ces cotes sociales et environnementales pour les entreprises et les fonds. Il est l’équivalent de la cote Morningstar ou S&P pour les entreprises ou les fonds à impact.


Cette liste des meilleurs fonds fait partie d’un effort mondial où les investisseurs, les gestionnaires de portefeuilles et le grand public cherchent à définir le mot « impact » dans investissement d’impact et à mieux outiller les entreprises et les gestionnaires pour comparer leur travail et améliorer les conséquences positives qu’ils cherchent à avoir dans leurs communautés.


Pour plus d’infos sur la liste.


Pour plus d’infos surle système de cotation GIIRS.



 De gros investisseurs canadiens exigent plus d’informations sur le risque climat


À l'heure actuelle, les investisseurs actifs sur le marché canadien disposent de données insuffisantes sur l'exposition aux changements climatiques des sociétés dans lesquelles ils peuvent investir. Sans une divulgation adéquate des risques liés aux changements climatiques, l'évaluation de la résilience du modèle d'affaire d'une société ou des impacts sur ses actifs ne peut être correctement intégrée dans des thèses d'investissement.


C’est pourquoi 30 institutions financières et caisses de retraite canadiennes et internationales, dont les actifs sous gestion s'élèvent à environ 1,2 billion (oui, un million de millions) de dollars canadiens lancent un appel aux sociétés inscrites en bourse au Canada afin que celles-ci s'engagent à divulguer davantage d'informations sur les risques auxquels elles sont exposées en matière de changements climatiques, ainsi que sur les mesures qu'elles prennent pour les gérer.


Les signataires souhaitent baliser la divulgation de données financières liées aux changements climatiques en s’inspirant des travaux de la Task Force on Climate-Related Financial Disclosure, un groupe qui représente 7 billions d’actifs composé, entre autres de ANZ, Barclays, Bradesco, Citi, Itaú, National Australia Bank, la Banque royale du Canada, Santander, Standard Chartered, le Groupe TD et UBS.


Votre caisse de retraite en fait-elle partie? Cliquez ici.


Un fonds qui investit dans l'équité hommes-femmes


Fin octobre, la présidente de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario, Maureen Jensen, commentait le progrès réalisé vers l’équité: 14% des sièges aux CA des entreprises listées sur le TSE étaient occupés par des femmes, en hausse de trois points depuis 2015, selon le récent rapport du personnel des autorités des valeurs moblières sur la question.


Avant que ce déséquilibre ne soit résolu par des règles plus contraignantes, des gestionnaires de fonds prennent les devants. Ainsi, le gestionnaire de fonds BMO Investissements a pris l’initiative de créer le «Fonds leadership féminin». Cliquez ici pour découvrir les entreprises émettrices de titres sélectionnées pour leurs stratégies proactives envers la mixité au sein de leurs équipes de direction.


 


 


 


 


 

À propos de ce blogue

Dario Iezzoni est un entrepreneur et pionnier québécois de l’économie à impact positif. Il a, entre autres, mené l’entreprise Equita d’Oxfam-Québec a des sommets tant en termes de chiffre d’affaires, nombre d’employés qu’en rentabilité. Aujourd’hui, il est consultant en écorentabilité, impact et management responsable. Il enseigne aussi le marketing des entreprises sociales et collectives à l’ESG-UQAM. Son blogue, « Profits durables », présentera chaque mois des nouvelles québécoises, canadiennes et internationales liées à la finance durable. Qu’il s’agisse de nouveaux produits financiers, de conférences, de rapports ou de projets, ce spécialiste de l’impact social et écologique tiendra les lecteurs informés des initiatives les plus pertinentes.

Dario Iezzoni