Metro à la conquête de nouveaux sommets

Publié le 12/05/2023 à 11:19

Metro à la conquête de nouveaux sommets

Publié le 12/05/2023 à 11:19

Par Jean Gagnon
Une épicerie Metro

Le titre de Metro est en hausse de 40% depuis deux ans. (Photo: 123RF)

La BOUSSOLE BOURSIÈRE est une rubrique qui traite d’un événement marquant et de son effet sur le marché boursier en s’appuyant sur l’analyse d’experts. Cette analyse pourra être autant fondamentale que technique.


(Illustration: Camille Charbonneau)

 

Entre la mi-mars et le 26 avril, le cours de l’action de Metro a gagné 12%. Cette remontée a coïncidé avec une période où de plus en plus d’économistes et d’observateurs de la scène économique indiquaient que des signes confirmant un ralentissement de l’inflation étaient de plus en plus perceptibles.

Pourtant, à de nombreuses reprises depuis la dernière année, il a été affirmé que la bonne fortune des épiciers durant cette période était justement en bonne partie attribuable à l’inflation qui leur permettait de hausser leurs prix sur grand nombre de produits offerts.

Mais force est de croire que bien d’autres raisons ont permis cette embellie du titre, qui est en hausse de plus de 40 % depuis deux ans. « Il y a eu l’inflation, bien sûr, mais il ne faut certes pas oublier la qualité de l’exécution de l’épicier-pharmacien, ainsi que l’appétit des investisseurs pour les titres défensifs alors que les marchés boursiers ont souvent été secoués par des périodes de forte volatilité durant les 24 derniers mois », explique Philippe Côté, gestionnaires de portefeuilles à Groupe Eterna.

 

Une bonne gestion de ses investissements

Au niveau des opérations et du développement, l’exécution a été sans faille. La société a prudemment investi dans le développement du commerce en ligne et de la distribution et elle a entre autres remodelé son programme de fidélisation, en l’harmonisant avec celui de Jean Coutu. « L’exécution à elle seule justifie le prix que les investisseurs sont prêts à payer pour détenir une participation dans l’entreprise », dit le gestionnaire.

Les avis concernant la qualité de la direction ne manquent pas. Peter Sklar, analyste à BMO Marchés des capitaux, écrivait entre autres dans son plus récent rapport de recherche: « Metro devrait continuer de générer une forte croissance de ses bénéfices grâce à la qualité de son exécution, son levier d’exploitation au-dessus de la moyenne, ainsi qu’à son programme de rachat d’actions ».

Vishal Shreedhar, analyste à la Financière Banque Nationale (FBN), aime aussi ce qu’il voit chez Metro. « Nous croyons qu’il s’agit d’une entreprise solide qui a livré des rendements à long terme supérieurs grâce à son exécution et à la façon de répartir efficacement son capital aux bons endroits », écrivait-il dans son rapport de recherche diffusé à la suite de la publication des résultats financiers du 2e trimestre de l’année financière 2023 de Metro.

 

Un autre bon trimestre

Pour ce trimestre terminé le 11 mars, le bénéfice par action a été de 0,96 $, légèrement supérieur aux prévisions de l’ensemble des analystes. Il s’agissait aussi d’une hausse intéressante par rapport à celui de 0,84% dévoilé à la même période un an plus tôt.

Dans L’ensemble, les résultats étaient bons, la plupart des éléments significatifs surpassant les attentes. Entre autres une croissance des ventes comparables du secteur de l’alimentation de 5,8 % alors que l’analyste de la FBN prévoyait 5,5 %. Celles du secteur pharmaceutique ont augmenté de 7,3 % comparativement à la prévision de l’analyste qui tablait sur 5,1 %. Notons de plus que les ventes en ligne durant le trimestre étaient en hausse de 41 % sur un an.

Malgré ces résultats, les deux analystes consultés semblent enclins à limiter quelque peu leurs attentes quant au cours de l’action. Vishal Shreedhar donne au titre la recommandation « performance égale au secteur » et il établit son cours cible pour les 12 prochains mois à 81 $, soit un potentiel de gain plutôt modeste de 5 %. La prévision de Peter Sklar se situe sensiblement au même niveau. Sa recommandation est de « performance égale au marché », et il a haussé son cours cible à 82 $, lui qui était auparavant de 78 $.

 

Que dit l’analyse du graphique

L’image que projette le graphique des fluctuations du prix de l’action est pourtant plutôt encourageante, selon Monica Rizk, analyste technique senior pour les publications Phases & Cycles. L’examen du graphique et de certains indicateurs de tendance permet de percevoir des objectifs plus élevés pour le cours de l’action.

Elle note d’abord que l’évolution du cours de l’action a démontré une solide tendance à la hausse depuis les deux dernières années. Pas de doute que la présence des acheteurs a été constante et soutenue durant tout ce temps. En décembre, le titre amorçait une correction qui a permis d’identifier un solide niveau de support autour de 68 $ (trait ombragé rose sur le graphique).

Depuis un mois, la remontée est forte et démontre que la tendance à la hausse est toujours bien en place, selon l’analyste. Ce rebond a permis au titre de traverser sans difficulté ses moyennes mobiles de 50 jours (ligne noire) et de 200 jours (ligne grise). Il est maintenant à l’assaut de son haut historique de 79$, et probablement à la conquête de nouveaux sommets s’il parvient à le franchir, estime l’analyste.

Sur le même sujet

À surveiller: Rogers Communications, Wesdome et Metro

10/04/2024 | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de Rogers Communications, Wesdome et Metro? Voici quelques recommandations d’analystes.

Metro et Too Good To Go annoncent un nouveau partenariat

Selon Recyc-Québec, 1,2 million de tonnes d’aliments comestibles sont perdues ou gaspillées chaque année au Québec.

À la une

Budget fédéral 2024: Ottawa pige 19,4G$ dans les poches des ultrariches et des entreprises

BUDGET FÉDÉRAL 2024. La mesure devrait servir à éponger le déficit de 39,8 G$ prévu pour 2024-2025.

Budget fédéral 2024: Ottawa veut encourager les régimes de retraite à investir au Canada

BUDGET FÉDÉRAL 2024. Ottawa veut inciter les régimes de retraite à investir au pays, mais sans y consacrer d’argent.

Ce budget écrit à l'encre rouge foncé ne fera pas que des heureux

EXPERTE INVITÉE. Les contribuables les mieux nantis passent à la caisse.