Un Québécois à la tête du CA de Twitter

Publié le 03/06/2020 à 09:06

Un Québécois à la tête du CA de Twitter

Publié le 03/06/2020 à 09:06

Par La Presse Canadienne

Patrick Pichette (Photo: Jacques Boissinot/ La Presse canadienne)

Le Québécois Patrick Pichette a été nommé président du conseil d’administration de Twitter mardi.

Le Québécois, féru de vélo et de randonnée, était le principal administrateur indépendant de la Société depuis le 31 décembre 2018.

Le premier ministre François Legault a réagi à cette nomination sur Twitter.

« WOW! Le Québécois Patrick Pichette devient président du conseil d’administration de Twitter », a écrit M. Legault sur son propre compte du réseau social.

Dans le cadre de cette nomination, Omid Kordestani a quitté ses fonctions de président exécutif de la société le 1er juin 2020 et restera au conseil d’administration en tant qu’administrateur non-salarié.

Patrick Pichette a également été chef de la direction financière chez Google d’août 2008 à mai 2015, avant de devenir conseiller de la société.

Il a aussi occupé divers postes de direction chez Bell Canada, et était associé chez McKinsey & Company, où il était chef de pratique pour l’Amérique du Nord dans le domaine des télécommunications.

Selon une biographie de M. Pichette sur le site du ministère de l’Économie et de l’Innovation, Patrick Pichette détient un baccalauréat en administration des affaires de l’Université du Québec à Montréal. Il est aussi titulaire d’une maîtrise en philosophie, politique et économie de l’Université d’Oxford, où il a étudié à titre de boursier de Rhodes.

Dans un communiqué, Omid Kordestani a déclaré que « Patrick (Pichette) a été une voix importante et indépendante sur le conseil et il est la bonne personne pour assumer ce nouveau rôle de président indépendant ».

 

Sur le même sujet

À la une

L'importance des points de référence dans un marché en chute

Il y a 21 minutes | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Des périodes de reculs boursiers ne sont jamais faciles à traverser, même si elles sont récurrentes.

L'éternel débat entre les projections à court et à long terme

EXPERT INVITÉ. Prévoir le rendement des placements sur une période de 20, 30 ou 40 ans s'approche de la spéculation.

L'innovateur en chef veut savoir pourquoi les entreprises québécoises innovent moins

De nombreuses statistiques démontrent le retard que prennent les entreprises québécoises en matière d’innovation.