Uber plonge à nouveau pour son deuxième jour à Wall Street

Publié le 13/05/2019 à 10:31, mis à jour le 13/05/2019 à 16:24

Uber plonge à nouveau pour son deuxième jour à Wall Street

Publié le 13/05/2019 à 10:31, mis à jour le 13/05/2019 à 16:24

Par AFP

(Photo: 123RF)

L’action Uber (UBER) chutait à nouveau lourdement lundi à la fermeture de Wall Street, le mouvement de défiance des investisseurs se poursuivant au deuxième jour de cotation du groupe de mise en relation entre chauffeurs et particuliers.

Uber a plongé de 10,86%, ou 4,52$, à 37,10 dollars dans un marché fortement secoué par les tensions commerciales entre Pékin et Washington. Le titre avait déjà perdu 7,6 % vendredi à l’issue de sa première séance à la Bourse de New York.

Son grand rival Lyft était également pris pour cible, perdant 5,54 % après avoir déjà abandonné 7,4 % vendredi. Depuis son introduction en Bourse le 29 mars, le titre a dégringolé de 33 %.

« L’entrée en Bourse d’Uber a été une pilule amère à avaler et a montré que les marchés financiers font en fin de compte peu confiance à ce genre d’entreprises perdant beaucoup d’argent », a affirmé Nicholas Colas de DataTrek. « La raison est que leurs besoins en capitaux sont extrêmement imprévisibles », a-t-il ajouté.

Dans les documents boursiers publiés récemment, Uber avançait une prévision de chiffre d’affaires d’environ 3 milliards de dollars au premier trimestre 2019 et une perte proche de 1 milliard de dollars.

Uber, qui prévoyait initialement de faire ses premiers pas à Wall Street avec une valeur boursière de 100 milliards de dollars, ne valait plus que 64 milliards lundi matin peu après l’ouverture.

« Le problème n’est pas qu’Uber et Lyft sont de mauvaises entreprises », ont observé les analystes de Radio Free Mobile. « Le problème est qu’elles sont engagées dans une lutte à mort pour devenir la plate-forme dominante du secteur ».

Les débuts chaotiques d’Uber inquiétaient par ailleurs les investisseurs quant au sort de plusieurs entrées en Bourse attendues cette semaine.

« Ces entreprises pourraient faire face à la combinaison de marchés turbulents et de l’aversion des investisseurs face à la déception d’Uber », ont noté les analystes de Briefing.

Sur le même sujet

Les chauffeurs d'Uber considérés comme travailleurs salariés au Royaume-Uni

19/02/2021 | AFP

La décision de la Cour suprême ouvre la porte à un statut de salarié pour les chauffeurs britanniques d'Uber.

Uber Eats, DoorDash et Skip visées par une action collective

Les commissions exigées sont « disproportionnées » et « abusives » selon le document déposé.

À la une

Bourse: Wall Street et Toronto terminent en forte hausse

Mis à jour à 17:14 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les indicateurs laissent croire que l'économie se rétablira plus vite que prévu.

Titres en action: Recipe Unlimited, Tesco, Dassault Aviation et Honda

Mis à jour à 13:54 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Le Québec Inc. sous-estime le potentiel de l’Italie

Le nouveau président de la Chambre de commerce italienne au Canada veut «approfondir» la relation Québec-Italie.