Une nouvelle taxe qui fait jaser

Publié le 30/12/2022 à 07:30

Une nouvelle taxe qui fait jaser

Publié le 30/12/2022 à 07:30

Par Léa Villalba

Le directeur général et actionnaire de Porsche Rive-Sud, Michel Larin, est pour sa part directement concerné par la nouvelle taxe. (Photo: Courtoisie)

La nouvelle taxe sur les biens de luxe, entrée en vigueur le 1er septembre dernier, est loin de plaire à tout le monde. Promise par le premier ministre du Canada Justin Trudeau afin «d’assurer un régime fiscal plus équitable», elle est appliquée dans plusieurs domaines du luxe, à partir de certaines échelles de prix. Qui est concerné?

«On l’a échappé belle, dit Rodier Grondin, à la tête de Princecraft, une entreprise qui construit et distribue des produits de loisirs marins depuis 1954. On ne sera que très peu touchés par cette nouvelle taxe, mais c’est une très mauvaise nouvelle pour l’industrie.»

Peu de bateaux de l’entreprise coûtent plus de 250 000$. Or, c’est à partir de cette somme qu’est appliquée la nouvelle taxe. La mesure a cependant modifié les ambitions de Rodier Grondin. «Nous étions à réfléchir à développer une gamme de bateaux au-dessus de ce prix-là, mais à cause de cette nouvelle réglementation, c’est remis en question.»

Plus de 325 compagnies dans l’industrie de la marine au Canada vont cependant être affectées par la nouvelle taxe, selon Rodier Grondin, également membre du conseil administratif de la National Marine Manufacturers Association (NMMA). «Selon les sondages, 56% d’entre elles vont voir une baisse au niveau de leurs ventes», ajoute-t-il. L’une des conséquences, selon lui, serait des coupures de personnel. Il prend pour exemple l’Italie où une taxe similaire avait été imposée en 2011. «Ils ont perdu 20 000 emplois, les marinas ont baissé de 40% leurs revenus.»

Qui plus est, dit-il, le Canada pourrait perdre de la clientèle au détriment d’autres pays, notamment les États-Unis. «On partage une frontière, et la majorité de nos cours d’eau sont dessus. Qu’est-ce qui va empêcher un Canadien d’enregistrer son embarcation du côté américain pour éviter la taxe? Combien les concessionnaires et marinas perdront-ils au détriment des marchands américains?»

 

Une grande différence pour l’acheteur

Le directeur général et actionnaire de Porsche Rive-Sud, Michel Larin, est pour sa part directement concerné par la nouvelle taxe puisqu’elle s’applique aux achats d’automobiles de plus de 100 000$. Vendeur de modèles Porsche, il estime que «près de 60%» de ses véhicules vont être touchés par la mesure. «Cela va faire une grande différence pour l’acheteur, dit-il. On parle d’une taxe de 20% du montant qui dépasse les 100 000$ ou 10% de la valeur du véhicule. Même si on prend le moindre des deux, pour un véhicule à 200 000$, on ajoute près de 23 000$ de taxe entre la nouvelle taxe et TPS-TVQ.»

Pour le directeur général de Porsche Rive-Sud, seuls «les nouveaux riches vont être touchés par cette nouvelle mesure. “Ça ne changera rien pour les ultra-riches. Ce sont les personnes qui accèdent enfin à un niveau de vie élevé qui vont reculer », dit-il.

Du côté fédéral, on prône l’inverse. En effet, cette taxe promise dans la plateforme électorale de Justin Trudeau en 2019 a été mise en place pour s’assurer que le système fiscal soit robuste et que chacun paye sa part, affirme le gouvernement.

La porte-parole du gouvernement, Adrienne Vaupshas, explique que cette nouvelle taxe sert notamment à renflouer les caisses de l’État à la suite de la crise sanitaire. “Lutter contre la COVID-19 a exigé un effort extraordinaire de la part de tous les Canadiens et un montant extraordinaire de fonds publics pour fournir des vaccins gratuits et un soutien au revenu afin que nous puissions rebondir rapidement. Il n’est que juste et équitable de demander aux plus riches de payer leur juste part », explique-t-elle.

Selon l’analyse post-budgétaire d’Angus Reid effectuée l’année dernière, cette mesure électorale a été “largement soutenue » par l’ensemble des Canadiens. D’après les chiffres du budget, cette taxe permettra de rapporter 749 millions de dollars d’ici 2026 ou 2027.

À la une

Monique Leroux: notre productivité reflète notre manque d’ambition

Édition du 10 Avril 2024 | François Normand

TÊTE-À-TÊTE. Entrevue avec Monique Leroux, ex-patronne de Desjardins et ex-présidente du CA d'Investissement Québec.

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.