Limiter la consommation pour contenir le réchauffement climatique, suggère une experte

Publié le 23/04/2019 à 06:48

Limiter la consommation pour contenir le réchauffement climatique, suggère une experte

Publié le 23/04/2019 à 06:48

Par La Presse Canadienne

Pour la planète, chaque degré Celsius de plus compte _ et même chaque fraction de degré, soutient la climatologue française Valérie Masson-Delmotte. Et selon elle, contenir le réchauffement climatique est quasiment impossible sans une forme de «sobriété» dans la consommation, en particulier dans les pays riches.

Par sobriété, elle veut dire: vivre sans le superflu. Elle croit que les gens devraient réfléchir à leur niveau de consommation et sur cette «aspiration à toujours en vouloir plus».

Elle donne en exemple la possibilité d'adopter une alimentation qui permet d'être sobre en carbone, notamment en réduisant la quantité de viande que l'on mange, car cet élevage est responsable d'importantes émissions de gaz à effet de serre (GES).

Valérie Masson-Delmotte, qui est la coprésidente du groupe de travail sur les sciences du climat du GIEC (Groupement d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), un organisme des Nations unies, était de passage au Québec cette semaine. Elle était l'invitée de Polytechnique Montréal, dans le cadre d'une grande conférence intitulée «Changements climatiques: subir passivement ou réinventer nos sociétés?». Elle a rencontré quelques journalistes avant celle-ci.

Le GIEC a sonné l'alarme l'automne dernier avec son plus récent rapport qui tirait cette conclusion: sans revirement majeur, il sera impossible de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré Celsius. Les émissions de GES générées par l'homme ont déjà fait grimper la température mondiale de 1 degré depuis la Révolution industrielle. «Il est probable» que le réchauffement atteigne 1,5 degré Celsius entre 2030 et 2052, s'il garde son rythme actuel.

«Mais si on émet plus de GES, ce sera avant», prévient la scientifique.

Pour convaincre les gens et les États d'agir — rapidement — Mme Masson-Delmotte insiste sur la nécessité d'éduquer et d'informer. Elle parle de gestes concrets comme d'apposer des étiquettes sur les voitures, indiquant aux consommateurs leur quantité d'émissions de GES et leur consommation d'essence.

Elle se réjouit aussi de la prise de parole — de plus en plus grande — des scientifiques sur la place publique.

«Il y a cette question de la place de la science dans la société. On (les scientifiques) a un devoir de neutralité, une approche rigoureuse, objective, factuelle, puis en même temps, il y a aussi cette aspiration à accompagner cette transformation (...) en appui à la prise de décision. Une aspiration à avoir un rôle en termes de conseil scientifique et d'être utilisés comme des ressources.»

Mais «pas pour prendre les décisions à la place de la société, mais en appui à la vie démocratique», souligne la femme qui est aussi chercheure principale au Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE).

Et que faire si les gouvernements font malgré tout la sourde oreille?

«Si on n'écoute pas le constat scientifique, si on ne s'appuie pas dessus pour la prise de décision, je suis vraiment très inquiète sur les progrès de nos sociétés», confie-t-elle.

Mais malgré tous les efforts, les climatosceptiques sévissent toujours.

Pour la scientifique, ceux qui nient la réalité du changement climatique et ses effets ne sont pas les plus inquiétants. Elle redoute bien plus «l'indifférence et le fatalisme» des gens envers le sort de la planète.

Les climatosceptiques qui adoptent ce qu'elle considère une "attitude caricaturale" ne sont pas la majorité, dit la chercheure.

Elle craint plus les indifférents, ceux qui choisissent d'autres priorités et qui se concentrent sur le court terme, ainsi que les fatalistes: ceux qui croient que les humains sont tellement embourbés dans leurs habitudes de consommation et de vie «qu'il est impossible de tourner le volant».

Pourtant, «il y a un immense potentiel d'action dans tous les secteurs d'activités», juge-t-elle.

D'ailleurs, la climatologue rappelle que la moitié du dernier rapport du GIEC était dédiée aux solutions, comme l'efficacité énergétique et l'électrification des transports.

Si on veut contenir le réchauffement à 1,5 degré, ce n'est pas impossible, soutient-elle, mais ça demande des transitions «d'une ampleur et d'une vitesse et sans précédent historique».

Il faut revoir l'aménagement des villes, la gestion des terres, les grandes infrastructures, le tout assorti d'une baisse significative des émissions de GES. «Et si elle n'a pas lieu d'ici à 2030, cette petite fenêtre d'opportunité qui reste, elle sera fermée», dit-elle. On pourra voir des pertes irréversibles sur les écosystèmes, la biodiversité, la hausse du niveau des océans, la production d'aliments, parmi bien d'autres changements.

Nous ne sommes plus à l'étape de la discussion sur les dangers, dit la climatologue, mais à celle des solutions.

Pour les experts du GIEC, limiter la hausse à 1,5 degré passe par une réduction des émissions de CO2 de 45 pour cent d'ici 2030 et la réalisation d'une «neutralité carbone» en 2050 — autrement dit, il faudra cesser de mettre dans l'atmosphère plus de CO2 qu'on ne peut en retirer.

Histoire d'être conséquente, Polytechnique Montréal dit avoir veillé à compenser les émissions de gaz à effet de serre liées au voyage en avion de la chercheure qu'elle a invitée.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Taxe sur le carbone: Québec interviendra en Cour suprême pour protéger les provinces

«On pense que ça devrait être le choix des provinces et ça devrait être aux provinces de décider.»

Climat: voulons-nous vraiment éviter le pire?

06/07/2019 | François Normand

ANALYSE - Si la Terre était une PME au bord de la faillite, notre plan de relance serait un échec. Voici pourquoi.

À la une

Immobilier: un bon 2e trimestre malgré un mois de juin moins éclatant

15/07/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. En juin, les ventes de propriétés résidentielles ont reculé par rapport à la même période l'an dernier.

Stella-Jones: Brian McManus part l’esprit tranquille

15/07/2019 | Stéphane Rolland

Entrevue. Le PDG explique les raisons de son départ et ce qu’il voit pour Stella-Jones pour la suite.

Desjardins: une protection numérique permanente offerte à tous les membres

Mis à jour le 15/07/2019 | La Presse Canadienne

L’affaire se transportera également à Ottawa, lundi après-midi.