Marks and Spence et Ocado réfléchissent à une alliance

Publié le 26/02/2019 à 09:25

Marks and Spence et Ocado réfléchissent à une alliance

Publié le 26/02/2019 à 09:25

Par AFP
Un camion de livraison

Ocado est l’un des groupes les plus en vue du secteur de la distribution britannique. (Photo: 123RF)

La chaîne britannique de magasins Marks and Spencer (MKS) et le distributeur en ligne Ocado (OCDO) ont annoncé mardi qu’ils discutaient de la création d’une coentreprise, ce qui pourrait doper la présence de l’enseigne emblématique dans la vente en ligne.

Les deux entreprises ont indiqué dans deux brefs communiqués distincts qu’elles confirmaient « des discussions à propos d’une coentreprise dans la vente au détail au Royaume-Uni ». 

« Il n’y a aucune certitude sur le fait que ces discussions vont aboutir ni sur le timing d’un tel accord », ont-elles ajouté. 

Les investisseurs à la Bourse de Londres saluaient la perspective de cette alliance : vers 8H30, l’action Ocado s’envolait de 9,86 % à 973,60 pence tandis que le titre Marks and Spencer gagnait 2,62 % à 301,40 pence. 

La presse britannique s’était faite l’écho ces dernières semaines de discussions entre les deux entreprises, mais ces dernières n’ont confirmé ces négociations que mardi à la mi-journée, après la publication d’un article sur le site internet du quotidien londonien Evening Standard. 

D’après le « Standard », qui assure disposer de sources proches du dossier, les deux distributeurs se sont entendus pour créer une coentreprise via le versement par Marks and Spencer de 800 à 900 millions de livres à Ocado. L’enseigne britannique s’achèterait ainsi une part de 50 % dans cette société commune.

Une telle alliance permettrait à Marks and Spencer de se renforcer dans la vente sur internet où elle a pris du retard par rapport à ses concurrents, au moment où l’enseigne se restructure via des fermetures de magasins après des résultats financiers en berne.

Marks and Spencer « ne dispose pas encore d’un moyen fiable de livraison, avec Ocado à ses côtés elle pourrait améliorer ses revenus », a expliqué Naeem Aslam, analyste chez ThinkMarkets. 

Pour Ocado, ce partenariat constituerait une bonne nouvelle, trois semaines après le violent incendie qui a ravagé un de ses entrepôts robotisés dans le sud-ouest de l’Angleterre. 

« L’accident avait fait chuter l’action, car l’avenir d’Ocado réside dans sa capacité à installer des entrepôts robotisés pour les autres distributeurs », a expliqué Sophie Lund-Yates, analyste chez Hargreaves Lansdown. « Apprendre que M&S s’y intéresse est une bonne nouvelle » pour Ocado, a-t-elle ajouté. 

Ocado est l’un des groupes les plus en vue du secteur de la distribution britannique, profitant à plein du boom des ventes en ligne dans l’alimentaire. Le groupe, qui a tendance désormais à vendre sa technologie plutôt que de mettre l’accent sur ses propres livraisons, a signé de nombreux partenariats notamment avec les britanniques Waitrose et Morrisons au Royaume-Uni, ainsi qu’avec le géant Kroger aux États-Unis.

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Stratégie omnicanale: mode d'emploi

05/07/2019 | Anne-Marie Tremblay

Pour atteindre les clients, les entreprises doivent dorénavant maîtriser tous les canaux de communication.

Accord commercial Europe-États-Unis: éviter un conflit commercial

12/04/2019 | AFP

Les États membres de l'Union européenne doivent valider lundi l'ouverture de négociations commerciales.

À la une

Dans la tourmente, Nemaska Lithium trouve un investisseur

Son titre bondissait de plus de 43% vers midi.

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

Fin des services au comptoir à la Laurentienne

Mis à jour le 19/07/2019 | La Presse Canadienne

Les négociations avaient été acrimonieuses entre l’institution financière et la partie syndicale.