Imprimer des fusées en 3D, un nouveau pari de la Silicon Valley

Publié le 09/04/2019 à 12:08

Imprimer des fusées en 3D, un nouveau pari de la Silicon Valley

Publié le 09/04/2019 à 12:08

Par AFP
Ciel étoilé

(Photo: 123RF)

À voir Tim Ellis courbé sur son ordinateur portable, seul dans une salle de la plus grande conférence de l’industrie spatiale dans le Colorado, on peine à imaginer que le jeune fondateur de Relativity Space puisse devenir le prochain Elon Musk.

Mais la société qu’il a cofondée en décembre 2015 avec comme vision de lancer des fusées entièrement imprimées en 3D est passée en un an de 14 à 80 salariés, et recrutera 40 autres personnes cette année.

À 28 ans, Tim Ellis a débauché plusieurs vétérans de l’industrie, dont de SpaceX, le leader du marché américain des lancements fondé par Elon Musk. Relativity Space a levé 45 millions de dollars à ce jour. L’opérateur Telesat vient de lui confier le lancement d’une partie de sa future constellation 5 G. L’armée américaine lui a accordé un pas de tir à Cap Canaveral. 

Et Tim Ellis, qui il y a six ans était encore en master d’ingénierie aérospatiale à l’Université de Californie du Sud, siège dans une instance du Conseil national de l’espace de la Maison-Blanche, avec d’anciens astronautes et les patrons des plus grands groupes aérospatiaux américains.

« J’y suis le plus jeune, d’au moins 20 ans, et le seul représentant d’une start-up entièrement financée par du capital-risque », dit Tim Ellis à l’AFP pendant le 35e Space Symposium à Colorado Springs, grand rendez-vous annuel de l’industrie spatiale, qui accueillera 15 000 participants venus de 40 pays jusqu’à jeudi.

Des dizaines de start-up se sont lancées ces dernières années sur le marché des petites et moyennes fusées pour répondre à la demande des petits satellites. Beaucoup péricliteront sans doute avant d’avoir fabriqué leur premier exemplaire, mais c’est le jeu, explique Tim Ellis.

« Dans la Silicon Valley, il y a cette idée qu’on va faire beaucoup de gros paris, dont la plupart seront totalement perdants », explique-t-il. « Mais les paris gagnés paieront pour tous les paris perdus, avec un retour sur investissement énorme si c’est le prochain Google ou SpaceX ».

Relativity Space, basée comme SpaceX à Los Angeles, a imprimé à ce jour 9 moteurs et trois seconds étages en aluminium de son modèle de fusée, baptisée Terran 1, dont le premier vol d’essai est programmé pour la fin 2020.

Petits satellites

Avec ses grands robots d’impression 3D, la start-up affirme diviser par 100 le nombre de pièces par rapport à une fusée traditionnelle. « Nous ne sommes experts que dans deux ou trois processus », fait valoir Tim Ellis, au lieu d’avoir à gérer une grande chaîne logistique et des dizaines ou centaines de fournisseurs. « C’est beaucoup plus simple ».

Seuls les systèmes électroniques ne sont pas imprimés.

« C’est beaucoup moins cher, car l’automatisation réduit les coûts de main-d’œuvre », dit l’ingénieur, qui facturera 10 millions de dollars le lancement, du moins au début. 

« C’est aussi plus flexible » : à terme, Relativity Space voudra adapter la taille de la coiffe de ses fusées aux clients individuels, en fonction de la taille de leur satellite.

La rapidité est l’autre avantage : « 60 jours des matières premières au lancement », promet Tim Ellis.

Si Relativity Space réussissait cette prouesse, ce qu’elle n’a pas encore prouvé, elle révolutionnerait l’industrie du lancement. Aujourd’hui, un opérateur de satellite peut attendre des années avant d’avoir une place dans les grosses fusées d’Arianespace ou de SpaceX.

La Terran 1 sera dix fois plus petite que la Falcon 9 de SpaceX, capable de placer 1 250 kg en orbite très basse (185 kilomètres d’altitude). Cela pourrait convenir pour des constellations de mini-satellites de télécommunications ou d’imagerie de la Terre, mais aussi pour l’un des plus gros clients de l’espace : l’armée américaine.

C’est une autre raison de la venue du jeune patron à Colorado Springs : rencontrer de hauts gradés du Pentagone.

« Je mets rarement des costumes, mais si c’est pour les militaires, je le fais sans problème », dit Tim Ellis, le cou serré par une cravate sombre.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

Une grande révolution en 3D

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. Les secteurs clés de l'économie québécoise, du matériel de transport terrestre à l'aérospatial...

Le Québec brille à l'international dans les poudres métalliques

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. En matière de fabrication additive, l'un des points forts du Québec les plus souvent évoqués est...

OPINION Le grand défi de l'adoption de la fabrication additive
Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau
Industrie et recherche doivent mieux collaborer
Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau
La COVID-19 a stimulé la demande de fabrication additive
Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

À la une

Bourse: Wall Street s'inquiète du virus

Mis à jour à 16:48 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Le Nasdaq a atteint son 26e record de l’année et son cinquième record du mois de juillet.

Titres en action: Postmedia, Delta, Siemens, Fast Retailing

Mis à jour à 16:40 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Couche-Tard se prépare-t-elle pour une acquisition?

Cela pourrait aussi permettre à la société établie à Laval d’obtenir jusqu’à 4 milliards $ US.