Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Une installation unique pour de la 3D à Alma

Emmanuel Martinez|Mis à jour le 16 avril 2024

Une installation unique pour de la 3D à Alma

Josée Gauthier, directrice générale du COlab à Alma, dans le seul studio de captation volumétrique de l’Est du Canada.

Des entreprises québécoises de réalité virtuelle et augmentée ainsi que d’animation pourront bientôt se rendre à Alma pour essayer une installation unique à l’est des Rocheuses canadiennes : un studio de captation volumétrique.

Le centre de recherche COlab innovation sociale et culture numérique a acquis pour près d’un million de dollars ce dôme de cinq mètres de diamètre, muni de 75 caméras 4K et de 70 panneaux lumineux. Dévoilé officiellement aujourd’hui, ce studio est accompagné d’une intelligence artificielle qui transforme un humain ou un objet en modèle 3D animé complètement réaliste. Cette technologie a été conçue par Sony et le studio montréalais GeniusXR.

«Nous sommes en discussions avec des entreprises qui veulent l’expérimenter, explique Josée Gauthier, directrice générale du COlab, en entrevue téléphonique. Pour le moment, ce sont nos chercheurs qui effectuent des essais pour entrainer l’IA, afin de créer des avatars, de la réalité immersive et augmentée. La technologie n’est pas encore complètement au point.»

La dirigeante précise que des choses fines comme les doigts ainsi que des mouvements trop rapides peuvent causer des problèmes sur les images finales dont leur grande force est leur réalisme.

«Plus l’IA est confrontée à de nouvelles images et façons de bouger, plus elle aura un rendu fin, note-t-elle. La technologie offre un bon résultat pour la texture du vêtement, mais sur le mouvement, il y a des améliorations à faire. Plus on entraine l’IA, plus on voit des progrès.»

Elle vante le potentiel de cette installation qui permet de sauver temps et argent, puisque l’IA convertit automatiquement la captation vidéo en 3D animé. Ceci réduit le nombre d’étapes requises en 3D comme la modélisation, la capture de mouvement et l’animation en postproduction. La captation peut se faire en une journée, auquel on ajoute d’une à trois autres pour la reconstitution 3D.

Parfait pour de la formation

Les images générées sont destinées à de la réalité immersive, notamment expérimentée avec un casque virtuel.

«Elles pourraient servir dans le domaine de la pédagogie, du tourisme, des arts, de la formation en entreprise, des sports, etc. C’est très varié», fait valoir la patronne du COlab.

Elle estime que ces images permettraient par exemple de créer un jeu vidéo dans un décor réel ou de présenter une technique précise pour le sport comme si la personne la montrant était juste en face nous.

Les chercheurs du COlab partenariat avec ceux du Collège d’Alma poursuivront donc dans les prochains mois leurs expérimentations pour que cette technologie puisse atteindre son plein potentiel.