Comment les entreprises canadiennes peuvent-elles propulser leur transformation numérique ?

Publié le 02/02/2024 à 00:01

Par Interac

Les décideurs d’affaires du Canada montrent leur ouverture face aux changements à grande échelle, reconnaissant que ceux-ci peuvent faire progresser leur organisation en période de turbulences.

Un récent sondage réalisé par Interac Corp. (Interac) a révélé que la plupart des dirigeants interrogés (66 %) affirment faire de la transformation numérique une de leurs priorités au cours de l’année à venir, poussés par le désir de répondre aux attentes des clients — et d’économiser du temps et de l’argent.

Bien que les décideurs se disent optimistes et remplis d’espoir face à la perspective du changement, force est d’admettre qu’il n’est pas toujours facile de le concrétiser. Les raisons qui suscitent le désir de changement peuvent également être perçues comme un obstacle. Plus de la moitié des personnes interrogées (52 %) mentionnent les implications financières comme un obstacle à la transformation numérique, tandis que 38 % évoquent le manque de temps.

Pour de nombreux propriétaires d’entreprises, cette tension — et opportunité — se retrouve souvent dans deux domaines clés : les paiements et la vérification de l’identité des clients. Ces éléments peuvent générer une croissance importante lorsqu’ils sont modernisés.

Les décideurs d’entreprise le reconnaissent, avec nombre d’entre eux qui se montrent intéressés par l’abandon progressif des processus papier (pensez aux chèques) et l’adoption d’une technologie de vérification au cours des 12 à 18 prochains mois. Et ces mesures sont prévues avant l’investissement dans d’autres technologies, comme l’infonuagique et l’IA.

C’est pour cette raison qu’Interac s’est concentrée sur les solutions de paiement et de vérification pour les entreprises, particulièrement celles qui soutiennent les petites et moyennes entreprises, qui constituent la majorité des entreprises canadiennes. Le service Virement Interac pour les entreprises, par exemple, permet aux entreprises d’effectuer et de recevoir des transactions numériques plus rapides et plus sûres. Elles peuvent même se débarrasser des factures papier et recevoir des paiements rapidement, ce qui leur permet d’améliorer leur flux de trésorerie et d’obtenir des informations financières plus proches du temps réel, ce qui favorise la prise de décisions plus éclairées.

Récemment, l’entreprise a également étendu son service de vérification, qui permet aux clients de vérifier plus facilement leur identité à l’aide d’identifiants de connexion existants provenant d’une source fiable, comme leur institution financière participante. Cela permet aux clients de contrôler leurs informations personnelles — un avantage de taille à une époque où la confiance dans les interactions sécurisées est primordiale.

Ces solutions numériques d’avant-garde permettent aux entreprises de tous les secteurs d’activité de gagner du temps et de l’argent, tout en leur donnant les moyens de mieux répondre aux besoins de leurs clients. En disposant de plus de temps pour explorer de nouveaux produits, étendre leurs services et saisir les opportunités qui se présentent, les entreprises peuvent faire passer leurs activités à la vitesse supérieure.

En tant que partenaire de la transformation numérique, Interac a créé des conseils pour les entreprises prêtes à commencer — ou à accélérer — leurs démarches. Une transformation ne se réalise pas sans défis, mais les entreprises canadiennes prouvent chaque jour que l’adoption d’innovations financières peut apporter d’importants avantages.

À la une

Monique Leroux: notre productivité reflète notre manque d’ambition

Édition du 10 Avril 2024 | François Normand

TÊTE-À-TÊTE. Entrevue avec Monique Leroux, ex-patronne de Desjardins et ex-présidente du CA d'Investissement Québec.

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.