Explosions en Iran: un ministre israélien critiqué pour avoir incriminé Israël

Publié le 19/04/2024 à 06:18

Explosions en Iran: un ministre israélien critiqué pour avoir incriminé Israël

Publié le 19/04/2024 à 06:18

Par AFP

Par ailleurs, le président iranien Ebrahim Raïssi a prononcé un discours vendredi matin sans dire un mot sur les explosions rapportées quelques heures plus tôt, que les autorités ne lient pas aux tensions avec Israël. (Photo: Getty Images)

Jérusalem — Le ministre israélien de la Sécurité nationale, faucon du gouvernement de Benjamin Nétanyahou, s'est vu accuser de nuire à la stratégie d'Israël face à Téhéran en lui attribuant implicitement la responsabilité des explosions rapportées vendredi matin en Iran.

Ni l'armée ni le gouvernement n'avait commenté à la mi-journée les explosions rapportées en Iran et attribuées à Israël par des responsables américains cités dans des médias aux États-Unis. 

Partisan de la ligne dure dans la confrontation entre Israël et son ennemi juré, le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a publié sur son compte X un message aussi lapidaire qu'ironique: « Dardaleh! », adjectif de l'hébreu familier pouvant se traduire par « nul » ou « minable ». 

Outre qu'il en critique la modération, ce responsable d'extrême droite semble accréditer l'hypothèse d'une frappe israélienne. 

Israël avait promis des représailles aux tirs inédits de missiles et de drones effectués par l'Iran contre le territoire israélien le weekend dernier. 

En visant le territoire israélien le 13 avril, l'Iran a dit avoir agi en « légitime défense » après la frappe, imputée à Israël, qui a détruit son consulat à Damas le 1er avril et coûté la vie à sept de ses militaires, dont deux hauts gradés. 

La publication sur X d'Itamar Ben Gvir a suscité une avalanche de critiques sur les réseaux sociaux ainsi que sur les chaînes de télévision.

Pour le chef de l'opposition de gauche, Yaïr Lapid, « jamais un ministre n'avait autant nui à la sécurité nationale du pays, à son image et à son statut international ». 

« Ben Gvir a réussi à ridiculiser et à faire honte à Israël, de Téhéran à Washington », a-t-il dit sur X.

 

« Honte absolue »

La députée travailliste Naama Lazimi a dénoncé une sortie « à l'image » de celui qu'elle qualifie de « pyromane national » en raison de ses prises de position incendiaires sur la guerre dans la bande de Gaza, les colonies en Cisjordanie occupée ou le bras de fer avec Téhéran. 

Pour Shaiel Ben-Ephraim, universitaire et animateur d'un podcast de géopolitique, Itamar Ben Gvir « confirme l'opération israélienne ET la ridiculise ».

Ce faisant, « il réduit la possibilité pour Israël d'opposer un démenti plausible et sape son pouvoir de dissuasion. Une honte absolue de la part d'un ministre », a-t-il écrit sur X.

L'agence de presse iranienne Tasnim a republié vendredi le message de M. Ben Gvir sur son compte X.

M. Ben Gvir est une figure de la colonisation juive en Cisjordanie, entreprise que l'ONU juge illégale au regard du droit international et qui ne cesse de s'étendre en dépit des appels répétés des Nations unies à la brider. 

Chef du parti d'extrême droite Force juive, M. Ben Gvir a été inculpé plus de 50 fois dans sa jeunesse pour incitation à la violence ou pour des discours de haine, et condamné en 2007 pour soutien à un groupe terroriste et incitation au racisme. 

Coutumière des provocations, Tally Gotliv, députée du Likoud, le parti de droite de Benjamin Netanyahu, s'est pour sa part félicitée de l'attaque israélienne présumée, en évoquant sur X « un matin de fierté » pour Israël. 

« Israël est un pays fort et puissant », a ajouté cette membre de la commission des affaires étrangères et de la sécurité du Parlement israélien, s'attirant à son tour des commentaires cinglants sur X. 

Les analystes expliquent le silence des autorités israéliennes après les explosions rapportées en Iran - ainsi que leur apparente modération - par la volonté d'éviter une surenchère de Téhéran et de mécontenter leur allié américain, qui craint un embrasement régional.

 

Le président iranien fait un discours sans évoquer les explosions 

Par ailleurs, le président iranien Ebrahim Raïssi a prononcé un discours vendredi matin sans dire un mot sur les explosions rapportées quelques heures plus tôt, que les autorités ne lient pas aux tensions avec Israël. 

S'exprimant devant plusieurs centaines de personnes dans la ville de Damghan (nord-est), M. Raïssi a très brièvement évoqué le contexte international tendu au Moyen-Orient après les tirs de drones et de missiles sans précédent de l'Iran contre Israël le weekend dernier. 

Cette opération, menée le 13 avril, « a reflété notre autorité, la volonté de fer de notre peuple et notre unité », a-t-il déclaré. » Toutes les parties de la population et toutes les tendances politiques s'accordent sur le fait que l'opération a renforcé la force et l'autorité de la République islamique. »

Le président n'a fait aucune référence aux explosions qui ont été entendues près de la ville d'Ispahan (centre), que de hauts responsables américains cités par des médias ont présenté comme une attaque israélienne.

« Les informations des médias américains ne sont pas exactes », a déclaré le porte-parole de l'agence iranienne de l'espace, Hossein Dalirian.

Il a affirmé qu'il n'y avait « eu, jusqu'à présent, aucune attaque aérienne depuis l'extérieur des frontières contre Ispahan ou d'autres parties du pays ».

« Ils ont seulement fait une tentative ratée et humiliante de faire voler des quadricoptères, qui ont été abattus », a-t-il ajouté dans un message posté sur X, sans donner de détails sur les responsables de ces actes.

« L'explosion d'aujourd'hui dans le ciel d'Ispahan était liée au tir de systèmes de défense anti-aérienne sur un objet suspect qui n'a causé aucun accident ni dommage », a pour sa part déclaré le commandant en chef de l'armée, Abdolrahim Mousavi, selon l'agence de presse Tasnim.

« Les experts étudient l'ampleur du problème et communiqueront après avoir reçu les résultats », a-t-il ajouté.

« Vous avez déjà vu la réaction de l'Iran », a dit le commandant à propos d'une possible réplique décidée par Téhéran.

Sur le même sujet

L’Iran en deuil après la mort du président Raïssi dans un accident d’hélicoptère

20/05/2024 | AFP

Le décès de M. Raïssi à 63 ans ouvre une période d’incertitude politique en Iran.

Élections américaines: revue de la semaine

03/05/2024 | John Plassard

EXPERT INVITÉ. Le taux d'approbation, Kennedy, les «double haters», les débats et Kristi Noem.

À la une

OBNL: le sentiment d’imposture bien plus présent chez les femmes que les hommes

28/05/2024 | Emmanuel Martinez

Le sentiment d’imposture est plus présent chez les femmes que chez les hommes qui siègent sur les CA d’OBNL québécoises.

Adaptation au climat: les entreprises doivent se préparer au pire

28/05/2024 | François Normand

Le Groupe d’experts en adaptation aux changements climatiques (GEA) a publié un rapport crucial pour le Québec.

Climat: le GEA recommande de la «cohérence gouvernementale»

Mis à jour le 28/05/2024 | La Presse Canadienne

Les membres du GEA ont publié une liste de 20 recommandations, soutenues par plus de 90 moyens.