L'innovation alimentaire donne des résultats concrets

Publié le 01/12/2022 à 10:00

L'innovation alimentaire donne des résultats concrets

Publié le 01/12/2022 à 10:00

Les nouveaux produits sont importants tant pour le consommateur que pour le détaillant et le fabricant. (Photo: Neon Brands pour Unsplash)

BLOGUE INVITÉ. J’ai décidé de donner suite à mon dernier blogue et de parler à nouveau de superbes innovations québécoises en alimentation. Cette fois-ci, je ne m'attarderai pas aux tendances, mais plutôt aux résultats de recherche et de développement qu’on retrouve dès maintenant sur les tablettes de nos épiceries.

La mondialisation pousse nos entreprises à innover et à se surpasser pour maintenir une place de choix sur les tablettes des épiceries. Celles-ci ne sont pas extensibles, et la compétition est féroce en raison des milliers de nouveaux produits alimentaires lancés à l'échelle planétaire chaque année.

L'innovation est alors essentielle pour prospérer.

Les nouveaux produits sont importants tant pour le consommateur que pour le détaillant et le fabricant.

Un nouveau produit permet de stimuler la clientèle régulière, de générer du trafic dans le commerce, d’agrémenter l'aménagement visuel du commerce avec de nouvelles couleurs, de nouvelles formes, et de mettre de l’avant des marques en promotion sur les têtes de rangées.

Pour un fabricant alimentaire, l’innovation représente une occasion large et ouverte.

Elle va d’un nouvel emballage plus recyclable ou réutilisable à une modification de la recette d’un produit phare, sans oublier la création pure et simple d’un tout nouveau produit.

Les avantages sont nombreux pour ce fabricant: le renouvellement de son offre, l’ouverture de nouveaux marchés et l’accès à de nouvelles clientèles, et, surtout, avoir l’occasion de positionner sa marque dans des marchés plus nichés.

Pour la clientèle, l’innovation est synonyme de découvertes, de nouveaux ingrédients, de recettes renouvelées, d’expérimentation de nouvelles méthodes de cuisson ou de congélation, le tout parce que l’alimentation est synonyme de plaisirs et de partage.

Si vous avez des vraies personnes «foodies» parmi vos relations, vous avez pu constater leur passion à vous faire goûter à leur dernière trouvaille…

 

L’innovation se décline de plusieurs façons

Si nous pensons innovation alimentaire, nous pensons à ce qui se mange, à ce qui se boit. Mais très souvent, l’innovation est invisible aux yeux du consommateur. Par exemple, l’innovation en alimentation englobe de nouvelles méthodes de production.

Voici quelques exemples.

Des fraises en hiver? Au Québec, il y a un dicton qui dit «qu’on ne peut pas manger des fraises à l’année». Après la culture de tomates à l’année, c’est au tour des fraises d’ici d’être savourées en plein cœur de janvier!

Le gouvernement du Québec, dans son engagement envers l’autonomie alimentaire, a mis de l’avant des programmes permettant aux producteurs serricoles de bénéficier de tarifs d’électricité particuliers, leur permettant de cultiver des aliments produits ici tout au long de l’année.

La mise en valeur d’ingrédients de base, que nous croyions simple, inaltérable, quasiment sans surprise, a radicalement changé notre expérience alimentaire.

Saviez-vous que la vanille est une épice complexe possédant plus de 500 molécules aromatiques qui, toutes, peuvent être mises en valeur dans des concentrés?

La graine de caméline, une plante indigène et cultivée ici, torréfiée et pressée à froid, produit une huile végétale aux propriétés nutritives extraordinaires. L'huile d’olive a de la concurrence!

Et que penser des «bubble tea» qui ont connu une fulgurante ascension depuis leur création?

Mais on ne pouvait les déguster que dans des restaurants ou des boutiques spécialisées. Une entreprise québécoise s'est donc lancée dans l’univers du bubble tea, en utilisant les meilleurs ingrédients comme de purs jus de fruits et des infusions de thé naturelles de première qualité en version prêt-à-boire.

J’ai aussi découvert une galette à base de pois chiche qui s'apprête sur un poêlon ou dans le four ou encore les crèmes glacées végétales disponibles au bar laitier du coin!

Évidemment, le développement durable est un sujet ravivé par l'actualité et l'industrie alimentaire soutient l’innovation dans l’économie circulaire alimentaire.

Plusieurs entreprises ont développé des méthodes de réutilisation des drêches, c’est-à-dire des résidus de la production de bière.

On les utilise afin d’incorporer ce qui était auparavant jeté, dans des recettes de barres d’énergie, de boissons complètes et saines, et dans des farines qui peuvent être ajoutées aux recettes de gâteaux, tartes, etc.

 

Innovation = économie

Ce qui m’enthousiasme dans l’alimentaire, c'est son infinie créativité pour satisfaire un besoin fondamental de la vie. L’innovation, qui est caractéristique d’une industrie en bonne santé, permet d’avoir accès à des produits parfois moins chers, plus nourrissants.

Les contrecoups des dernières années nous démontrent la grande vulnérabilité de certaines franges de la population, qui devraient avoir accès à des aliments nourrissants et de qualité.

L’innovation, c’est aussi penser en fonction des besoins actuels et de demain.

Essayez de découvrir les innovations lors de vos prochains achats alimentaires!

 

 

À propos de ce blogue

La face cachée de votre assiette est le blogue de Sylvie Cloutier, présidente-directrice générale du Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) depuis 2010. Nommée Leader d’influence par le Réseau des Femmes d’affaires du Québec, Sylvie a récemment obtenu la certification GCB.D (ESG Global Competent Boards Designation). Sylvie Cloutier est une incontournable du secteur bioalimentaire au Québec. Elle participe activement à l’élaboration de plusieurs décisions gouvernementales et réglementaires qui touchent le secteur alimentaire québécois. Reconnue pour son dynamisme et son leadership, Sylvie assure la représentation, la promotion et la défense des intérêts de l’industrie de la transformation alimentaire du Québec. Sylvie est co-présidente du Conseil consultatif de la politique alimentaire du Canada, co-fondatrice de Aliments et boissons Canada, et siège sur plusieurs conseils d’administration dont ceux d’Aliments du Québec, d’Éco Entreprises Québec, de Financement agricole Canada et du Centre canadien sur l’intégrité des aliments. Elle s’implique également auprès du comité de financement de La Tablée des Chefs et est membre de Banques alimentaires Canada et de Moisson Montréal.

Sylvie Cloutier

Sur le même sujet

Des pintes de lait carboneutres pour Nutrinor

10/01/2023 | Emmanuel Martinez

Nutrinor affirme être la première laiterie québécoise à offrir des emballages carboneutres.

Inflation alimentaire: l'enjeu est le manque de concurrence, pas la «cupidité» des entreprises

05/01/2023 | Sylvie Cloutier

BLOGUE INVITÉ. Une plus grande concurrence favoriserait le pouvoir de négociation des fournisseurs agroalimentaires.

OPINION Les perles de RHST pour réduire la consommation d’eau dans le monde
13/12/2022 | Emmanuel Martinez
Agropur poursuit son virage stratégique
Édition du 23 Novembre 2022 | Jean-François Venne
Saputo a de l’appétit
Édition du 23 Novembre 2022 | Jean-François Venne

Blogues similaires

Repreneuriat: l'histoire à succès de Roy.

25/01/2023 | Marc Lavallée

BLOGUE INVITÉ. Grâce à son leadership, Julie Roy a su défier les statistiques.