Pourquoi les entreprises ne doivent pas redouter les divulgations ESG obligatoires?

Publié le 06/07/2022 à 11:00

Pourquoi les entreprises ne doivent pas redouter les divulgations ESG obligatoires?

Publié le 06/07/2022 à 11:00

En avril 2022, le leadership exceptionnel d’Hélène V. Gagnon a été récompensé par un prix Best Executive Award de la publication Report on Business. (Photo: Pierre Charbonneau)

BLOGUE INVITÉ. Hélène V. Gagnon, cheffe de la direction du développement durable de CAE, s’est préparée depuis longtemps à la divulgation imminente des aspects ESG.

De plus en plus d’entreprises nomment des cadres à des postes dédiés à la responsabilité sociale des entreprises (RSE), car celles-ci anticipent les nouvelles divulgations ESG obligatoires discutées pendant la réunion de la Security and Exchange Commission du 21 mars. Pourtant, Hélène V. Gagnon, qui dirige la stratégie ESG de CAE, le plus grand fournisseur mondial de solutions de formation et de simulation de vol, relève le défi.

«Cela arrive vite et les entreprises qui n’ont pas vraiment commencé leur parcours RSE doivent s’organiser», indique Hélène V. Gagnon, cheffe du développement durable de CAE. «La bonne volonté que nous avons de faire ce qu’il faut pour la société, pour l’environnement, pour la planète est vraiment importante.»

Hélène V. Gagnon est diplômée de l’Université McGill en droit civil et en common law, et détient une maîtrise en administration publique et en politique publique de la London School of Economics.

Depuis le début de sa carrière en tant que spécialiste du droit de l’environnement dans l’un des plus grands cabinets d’avocats d’affaires au Canada, la dirigeante a remporté de nombreux prix et s’est impliquée dans plus de 50 organisations. Elle a également donné des conférences dans le monde entier sur les thèmes de l’ESG, de l’impact social, de la politique environnementale et de la RSE.

Elle s’est d’abord jointe à CAE en 2015 à titre de vice-présidente principale, affaires publiques, communications mondiales et responsabilité sociale des entreprises. À l’époque, l’entreprise n’avait aucun employé dont le seul objectif était la responsabilité sociale des entreprises. Depuis, Hélène V. Gagnon a «ouvert la voie en transformant complètement la culture de CAE» en une organisation plus active et plus consciente sur le plan social, selon Marc Parent, président et chef de la direction de CAE.

CAE est reconnu pour fournir des solutions de pointe lorsque les enjeux sont les plus élevés, et on lui doit 75 ans d’innovations dans l’industrie aérospatiale, y compris les simulateurs de vol et de mission de la plus haute fidélité, les mannequins chirurgicaux et les programmes de formation personnalisés alimentés par l’IA.

En avril 2022, le leadership exceptionnel d’Hélène V. Gagnon dans la gestion de la réputation de CAE et de ses relations avec les parties prenantes internes et externes dans le monde entier, ainsi que son impact sur la RSE, ont été récompensés par un prix Best Executive Award de la publication Report on Business.

Comptant plus de 13 000 employés dans plus de 35 pays, l’entreprise est largement considérée comme chef de file dans la promotion de son programme ESG, ce qui, selon Hélène V. Gagnon, est un avantage crucial dans la guerre actuelle des talents. «Tout le monde veut travailler pour une entreprise qui fait une différence dans le monde», observe-t-elle. «L’objectif est très important, et nous avons la chance que notre but soit de rendre le monde plus sûr, et nous voulons continuer de relever la barre.»

Au cours de la dernière année, l’exécutif a joué un rôle de premier plan dans la création de l’industrie des vaccins, une initiative de CAE qui a assuré un déploiement sécuritaire et efficace de la vaccination, et a administré 400 000 doses de vaccins COVID-19 par le biais d’entreprises à travers le Québec.

«C’était un effort de mobilisation entre CAE et nos employés que de travailler avec d’autres entreprises pour notre propre centre de vaccination», dit-elle. «C’était très motivant et engageant pour les employés, et cela a également attiré beaucoup de talents.»

L’entreprise se distingue par ses efforts pour «aller au-delà des attentes» en cultivant une culture organisationnelle inclusive et en traitant l’inégalité des sexes sur le lieu de travail. L’une des stratégies utilisées pour responsabiliser ses employés a été de créer plusieurs groupes de ressources pour les employés qui s’identifient comme membres de la communauté LGBTQ+, par exemple.

«Ce que nous avons fait, c’est de commencer avec nos groupes de ressources pour les employés afin qu’ils servent aussi de caisse de résonance pour nous aider à identifier les problèmes et ce que nous pouvons faire pour donner plus d’opportunités à nos employés et les aider à se développer», explique-t-elle. «Mais il n’est pas forcément facile d’attirer les Autochtones, par exemple. Il s’agit de développer ces relations. Il y a beaucoup à faire, et nous avons un long chemin à parcourir pour être réellement plus représentatifs.»

Enfin, les entreprises ne doivent pas redouter la mise en œuvre des divulgations ESG obligatoires, mais accepter l’idée que cette nouvelle optique peut très bien conduire au succès de l’organisation. Après tout, une stratégie ESG tangible peut accélérer les opportunités de financement des investisseurs, d’après Hélène V. Gagnon. Contribuer positivement à la société est peut-être enfin en passe de devenir la nouvelle norme pour les entreprises.

Karl Moore et Stéphanie Ricci. Karl est professeur agrégé dans la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill. Stéphanie est diplômée en journalisme et sociologie de l’Université Concordia.

À propos de ce blogue

Chaque semaine, Karl Moore, professeur agrégé à la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill, s’entretient avec des dirigeants d’entreprise de calibre mondiale au sujet de leur parcours, les dernières tendances dans le monde des affaires et l’équilibre travail-famille, notamment.

Karl Moore
Sujets liés

Travail , Famille

Sur le même sujet

À surveiller: Metro, Stella-Jones et CAE

11/08/2022 | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de Metro, Stella-Jones et CAE? Voici quelques recommandations d’analystes

CAE surprise par des difficultés pires que prévu dans le secteur de la défense

Le résultat net ajusté s’est chiffré à 17,6M$, soit 0,06$ par action.