Lego & Business

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Septembre 2014

Lego & Business

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Septembre 2014

Plusieurs personnes m'avaient déjà conseillé ce livre. Je l'ai acheté la semaine dernière. Je ne l'ai pas regretté. Dès les premières pages, on comprend que Business Model : Nouvelle Génération n'est pas un livre de gestion comme les autres. Le mot «innovation» y prend tout son sens.


D'abord, l'ouvrage de 280 pages a été écrit par 470 auteurs provenant de 45 pays. Comment est-ce possible ? En 2004, Alexander Osterwalder termine la rédaction d'une thèse sur les modèles économiques des entreprises sous la direction d'Yves Pigneur, professeur à HEC Lausanne. La démarche abordée dans la thèse suscite beaucoup d'intérêt, si bien que l'idée d'en faire un livre a rapidement germé. Pas question toutefois de publier un bouquin sur les nouveaux modèles économiques sans innover. Alexander et Yves lancent sur le Web «The Hub», une plateforme d'échange où toute personne intéressée par le sujet peut y contribuer en payant des frais d'inscription. Ces frais ont financé la production du livre. Après 9 ans de recherches, 287 appels Skype, 77 forums de discussion, 8 prototypes, 28 456 post-it et j'en passe... le premier livre est publié en 2010.


L'ouvrage est devenu une référence pour tous «les visionnaires, les révolutionnaires et challengers impatients de défier les modèles économiques dépassés et de concevoir les entreprises de demain», indique-t-on en introduction.


Ça prépare bien le terrain. Le livre, qui utilise intelligemment le dessin pour démystifier les concepts, explique très simplement comment une entreprise fait ou envisage de faire de l'argent. Tout part du principe qu'un modèle économique est composé de neuf blocs qui forment une matrice. On y retrouve le client, la proposition de valeur, les canaux de distribution, les ressources clés... Les blocs s'imbriquent les uns dans les autres. Chaque bloc dépend l'un de l'autre. Autrement dit, «le seul produit n'explique pas le seul succès d'une entreprise», a résumé le prof Pigneur. Par exemple, on peut avoir un excellent produit, mais si on ne le distribue pas correctement, on ne vendra rien. Un modèle économique, c'est finalement comme un gros Lego. Si on n'assemble pas les briques correctement, cela ne donnera rien.


Si vous voulez transformer votre organisation et développer de nouveaux marchés, ce livre offre d'excellentes pistes de réflexion. En le parcourant, j'ai songé à notre réseau de bornes électriques quasiment inutilisées au Québec ou encore à la stratégie éolienne d'Hydro-Québec récemment montrée du doigt. Deux enjeux qui mériteraient probablement quelques séances de Lego.


Géraldine Martin
Éditrice adjointe et rédactrice en chef,
Groupe Les Affaires
geraldine.martin@tc.tc

À propos de ce blogue

Géraldine Martin

Sur le même sujet

Formation des cadres

Édition du 25 Août 2018 | Marie-Pier Frappier

Le nouveau partenariat entre les deux écoles proposera au futurs cadres des programmes de développement professionnel ...

À quoi ressemblera le nouveau pavillon de HEC au centre-ville de Montréal ?

05/02/2018 | Martin Jolicoeur

L’institution d’enseignement universitaire lève le voile sur l’allure de son futur pavillon du centre-ville de Montréal.

OPINION Les brèves de la semaine
Édition du 23 Septembre 2017 | Les Affaires
Les brèves de la semaine
Édition du 12 Août 2017 | Les Affaires
La start-up qui offre des billets à 50% du prix coûtant
01/06/2017 | Matthieu Charest

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Apple entrera-t-elle dans l'automobile ?

Édition du 15 Septembre 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Le prochain axe de croissance d'Apple sera-t-il l'automobile ? La question nous est venue à l'esprit, il ...

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.