Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

À surveiller: Innergex, Nvidia et Bombardier

|23 mai 2024

À surveiller: Innergex, Nvidia et Bombardier

(Photo: Getty Images)

Que faire avec les titres d’Innergex, Nvidia et Bombardier? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée par les analystes.

 

Le soleil du Chili fait sourire les analystes

Les bonnes nouvelles se succèdent pour Innergex. Après la signature la semaine dernière d’un contrat d’achat d’électricité de 30 ans avec Hydro-Québec, en partenariat avec le Conseil des Innus de Pessamit, sur la Côte-Nord, le producteur québécois d’énergie renouvelable a annoncé mardi la mise en service d’une installation de stockage d’énergie par batteries au Chili.

Ce projet nommé San Andrés, permet de stocker l’énergie solaire excédentaire pendant la journée pour ensuite la distribuer le soir et tôt le matin pour capter les prix de pointe du marché, explique Innergex. «Cela permet à l’installation d’éviter la congestion pendant la journée, de soutenir le réseau pendant les pics de demande et d’optimiser les rendements du projet.»

Située dans le nord du pays, dans le désert d’Atacama, San Andrés s’ajoute à son installation déjà existante de panneaux solaires. D’une capacité de 35 MW, elle devrait générer des revenus annuels entre 8,2 et 10,9 millions de dollars canadiens (M$).

Le fait que le projet ait été réalisé en dessous du budget initial a été largement souligné par les marchés.

Avec son parc solaire photovoltaïque Salvador, situé aussi dans le désert d’Atacama, «les prévisions de l’entreprise des bénéfices avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement sont maintenant entre 17,9M$ et 20,6M$, soit au-delà de nos prévisions pour les deux projets qui étaient de 17M$», soulignent les analystes Brent Stadler et Brendan Chandra, de Desjardins.

«Il est positif de constater qu’Innergex a su réaliser ce projet en dessous des budgets prévus. Les détails financiers des projets de l’entreprise au Chili sont meilleurs de ce que nous nous attendions.» Pour cette raison, Desjardins maintient sa recommandation d’achat du titre et fixe son cours cible de l’action sur 12 mois à 13$.

 

Dominique Talbot

 

Nvidia (NVDA, 1045$US): des résultats dignes du Louvre selon cet analyste

Nvidia (NVDA, 1045$US): des résultats dignes du Louvre selon cet analyste

Nvidia a publié ses résultats pour le premier trimestre de 2024 ainsi que des prévisions magistrales qui devraient, selon Daniel Ives de Wedbush, «être accrochées au Louvre».

Selon l’analyste, Nvidia est le baromètre ultime de la révolution de l’IA et a réalisé un trimestre qui a largement dépassé les attentes, même celles des investisseurs les plus haussiers ce qui montre que la ruée vers l’IA ne fait que commencer. «Un raz-de-marée de dépenses frappera le reste du secteur technologique au cours des prochaines années».

Ces dernières semaines les grands noms de la technologie, Microsoft, Alphabet, Meta, Amazon et d’autres, ont fait état d’une accélération des dépenses d’investissement pour la mise en place de l’IA lors de leurs appels à résultats.

Ce qui confirme l’opinion de Daniel Ives que la monétisation de l’IA est désormais en bonne voie pour atteindre les rivages du secteur technologique.

Le Copilot de Microsoft a largement dépassé les attentes et tous les signes en provenance de Redmond indiquent que les clients de Microsoft font la queue pour s’inscrire à Copilot et autres déploiements d’IA.

En outre, l’analyste a assisté à des conférences de développeurs qu’il jugent impressionnantes de la part d’OpenAI, de Google et de Microsoft, qui ont jeté les bases de l’IA et de la vision stratégique pour l’avenir. Apple devrait dévoiler sa vision très attendue de l’IA et son cadre de produits lors de la conférence WWDC de juin.

L’élément le plus important de ce puzzle de l’IA, avec le monde entier qui observe, a été d’entendre le parrain de l’IA Jensen Huang et Nvidia, dire que la demande d’IA s’accélère et non pas qu’elle ralentit.

Les puces GPU de Nvidia sont en quelque sorte le nouvel or ou le nouveau pétrole du secteur technologique, car de plus en plus d’entreprises et de consommateurs s’engagent rapidement dans cette voie, la quatrième révolution industrielle étant déjà bien entamée.

Ce qui compte, c’est le rythme des dépenses liées à l’IA dans les centres de données, car Nvidia est le seul fournisseur de GPU permettant d’exécuter des applications d’IA générative.

Nvidia et Microsoft mènent la révolution de l’IA, les deuxièmes, troisièmes et quatrièmes places dans l’IA commençant à se former, ce qui confirme la thèse haussière de l’analyste sur les technologies pour 2024-2025.

Alors que les investisseurs baissiers continueront de dénoncer les valorisations de Nvidia, Microsoft, Palantir, MongoDB et d’autres sociétés spécialisées dans l’IA.

L’analyste pense que les investisseurs qui ont manqué le bateau des plus grandes valeurs technologiques de la dernière décennie, notamment Amazon, Netflix, Meta, Apple, Alphabet et bien d’autres, se sont malheureusement tenus à une approche dogmatique de ne regarder que le ratio cours/bénéfices alors que c’étaient des opportunités uniques.

«Dans le cas des entreprises d’élite, les histoires technologiques transformationnelles telles que Nvidia et la révolution de l’IA, les investisseurs doivent voir la forêt à travers les arbres pour savoir où cette vague de dépenses [et les estimations] peut se diriger au cours des trois prochaines années et nous pensons que 60 à 70% des entreprises se dirigeront finalement sur le chemin de l’utilisation de l’IA» souligne l’analyste.

Daniel Ives estime à 1000 milliards de dollars américains les dépenses supplémentaires en IA au cours de la prochaine décennie.

 

Matthieu Hains

 

Bombardier (BBD.B, 87,54$): l’entreprise commence à apercevoir le sommet

Bombardier (BBD.B, 87,54$): l’entreprise commence à apercevoir le sommet

 

Bombardier s’est frayé un chemin à travers un redressement turbulent, lors de la dernière journée des investisseurs. L’analyste de la Bank of America, Ronald J. Epstein, avait comparé le défi à l’ascension du mont Everest.

Après le pic de la demande d’avions d’affaires post-COVID, l’activité de ce secteur reste supérieure à 2019, ce qui soutient la stratégie à court terme de Bombardier selon l’analyste.

L’entreprise se concentre désormais sur la croissance de son activité après-vente et la discipline en matière de déploiement de capitaux.

Bombardier a réitéré ses perspectives financières pour 2025 et l’analyste pense que les perspectives sont pragmatiques et que la direction est plus mesurée et réfléchie dans ses prévisions. «Les objectifs sont plus réalisables étant donné l’accent mis sur le marché des pièces détachées et l’augmentation de la flotte installée pour soutenir la croissance du segment.»

Bombardier va se concentrer sur les flux de trésorerie excédentaires et le retour du capital aux actionnaires, les améliorations de la flotte existante et des produits dérivés auront la priorité.

Bien qu’il n’y ait pas de «nouvel» avion pour le moment, le Global8000 poursuit son processus de certification et devrait entrer en service en 2025.

L’entreprise a désigné les acquisitions destinées à soutenir la croissance dans les segments du marché des pièces détachées et de la défense comme une priorité essentielle. Les actifs arrivant sur le marché sont présentement évalués à des prix très élevés et l’analyste estime que le risque de surpayer pour augmenter son exposition au marché des pièces détachées ou de s’endetter à des taux plus élevés au détriment du bénéfice par action est élevé.

Bombardier a réalisé des progrès significatifs de désendettement et a réitéré son objectif d’un ratio de 2,0 à 2,5 fois la dette nette sur le BAIIA pour 2025.

Bombardier espère tripler ses revenus liés à la défense pour atteindre environ 1 milliard de dollars au cours des deux premiers semestres de cette décennie. Cependant, l’analyste demeure prudent quant à cet objectif et pense qu’il peut être difficile pour une entreprise d’accroître rapidement son exposition à la défense, en particulier sur les marchés étrangers.

Ronald J. Epstein change sa recommandation de «sous-performant» à «achat» et augmente son cours cible à 120$ contre 52$ précédemment.

 

Matthieu Hains

Inscrivez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les défis qui préoccupent la communauté des affaires.