C’est quoi, au juste, un leader authentique?

Publié le 11/11/2021 à 12:00

C’est quoi, au juste, un leader authentique?

Publié le 11/11/2021 à 12:00

Par Olivier Schmouker

Faites preuve dès demain matin de davantage de cohérence dans votre quotidien au travail. (Photo: 123RF)

MAUDITE JOB! est une rubrique où Olivier Schmouker répond à vos interrogations les plus croustillantes [et les plus pertinentes] sur le monde de l’entreprise moderne… et, bien sûr, de ses travers. Un rendez-vous à lire les mardis et les jeudisVous avez envie de participer? Envoyez-nous votre question à mauditejob@groupecontex.ca

 

Q. – «J’ai remarqué que la grande mode en matière de leadership est de dire qu’on est « authentique ». Je veux bien, mais qu’est-ce que ça signifie vraiment ? Et qu’est-ce que ça apporte concrètement à une équipe, un leader authentique?» – Pierre-Luc

R. — Cher Pierre-Luc, permettez-moi un petit préambule concernant les fameuses «modes» managériales. Ce terme semble suggérer qu’un jour il faut être «authentique» pour être dans le vent, que le lendemain on se doit d’être «coach», le surlendemain, «bienveillant», etc. Et donc, qu’il n’y a pas un style de leadership valable puisqu’un «bon boss» serait, au fond, un leader capable de passer d’un style à l’autre de façon opportuniste.

En vérité, il n’y a pas de mode en matière de leadership. Il n’y en a même aucune. On assiste plutôt à l’évolution de la façon de gérer une équipe en fonction de l’évolution de la société: au 20e siècle, il était peut-être correct d’être un leader «dirigiste», voire «autoritaire», vu que ça collait à la façon dont les entreprises fonctionnaient (taylorisme, fordisme, etc.) ; en ce début de 21e siècle, plus aucune entreprise digne de ce nom ne songerait sérieusement à recourir à de telles méthodes, devenues obsolètes à la suite d’une sorte de «darwinisme sociétal». Adieu, donc, au boss qui commande et contrôle. Place aujourd’hui, entre autres, à la bienveillance, au coaching et à l’authenticité.

Justement, abordons maintenant le point précis de l’authenticité. Agir en leader authentique, ça revient à «afficher ses valeurs, les vivre et les incarner au quotidien», comme l’explique la coach Pascale Dufresne dans son livre Oser être vrai dans un monde “faux” (Béliveau Éditeur, 2020). Ça permet surtout d’inspirer l’action et de maintenir une bonne collaboration, en particulier dans les moments difficiles.

Dans son livre Trust in the balance (Jossey-Bass, 1997), le coach américain Robert Bruce Shaw invite à procéder en deux temps pour gagner en authenticité dans le cadre de son travail:

 

  • Faire preuve de cohérence

  • Dire ce que l’on sait. Le leader authentique partage avec les autres l’information dont il dispose, même s’il sait que celle-ci est partielle et incomplète.

  • Faire ce que l’on dit. Il tient parole. Ce qui lui donne une vraie crédibilité.

  • Veiller à être cohérent dans le temps. Il n’est en aucune façon une girouette, qui change de discours en fonction de la direction dans laquelle souffle le vent. Car la clé de l’authenticité, c’est le lien indéfectible entre la parole et l’action.

  • Rendre cette cohérence claire et nette.

  • Être à l’écoute. Le leader authentique accorde toute son attention à ceux qui lui adressent la parole. Sans juger, ni critiquer. Ce faisant, il inspire confiance.

  • Expliciter ses décisions. Il prend le temps d’expliquer ses choix. Il a une communication qui ne permet aucun malentendu ou sous-entendu.

  • Reconnaître les difficultés rencontrées. Il ne ment pas par omission. Au contraire, il est le premier à signaler les difficultés rencontrées et à inviter chacun à trouver une solution pour les surmonter.

 

 

Autrement dit, un leader authentique n’est pas nécessairement transparent — dire tout et son contraire sans réfléchir à l’impact négatif que cela peut avoir sur les autres —, il est plutôt sincère et fidèle à lui-même. Oui, il est sage et juste, ce qui lui permet d’avoir un «impact positif à long terme», souligne Pascale Dufresne.

Vous le voyez bien, cher Pierre-Luc, l’authenticité est payante. Car elle crée un climat de confiance, lequel est propice à la performance individuelle et collective. N’hésitez donc pas une seconde à suivre les recommandations de Robert Bruce Shaw, en faisant preuve dès demain matin de davantage de cohérence dans votre quotidien au travail.

En passant, l’écrivain ivoirien Ahmadou Kourouma a dit dans En attendant le vote des bêtes sauvages: «Le chef authentique véhicule à travers les ordres qu’il donne, la sève vitale qui vivifie son pays».

À la une

Bourse: Wall Street termine en baisse

Mis à jour il y a 37 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse est en attente avant la publication d’un indicateur majeur d’inflation jeudi.

Bourse: les gagnants et les perdants du 28 février

Mis à jour il y a 26 minutes | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: BMO, Apple et Banque Scotia

Que faire avec les titres de BMO, Apple et Banque Scotia? Voici quelques recommandations d’analystes.