Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Ottawa veut trouver une voie pour régulariser certains immigrés

|17 mai 2024

Ottawa veut trouver une voie pour régulariser certains immigrés

Les libéraux se sont engagés fin 2021 à «explorer des moyens de régulariser le statut des travailleurs sans papiers qui contribuent aux communautés canadiennes». M. Trudeau a dit qu’il n’avait pas prévu de date à laquelle cela entrerait réellement en vigueur. (Photo: La Presse Canadienne)

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que certains immigrants au Canada qui n’ont pas de statut officiel ont besoin d’une voie pour les aider à rester, tandis que dans d’autres cas, Ottawa doit accélérer les procédures d’expulsion. 

Ses commentaires interviennent alors que les défenseurs des minorités de genre et sexuelles signalent que l’absence d’un programme de régularisation laisse les personnes sans statut officiel au Canada sujettes à l’exploitation.

«Les personnes qui ne sont pas ici régulièrement ont besoin d’être soutenues et prises en charge, a déclaré M. Trudeau aux journalistes vendredi à Winnipeg. Il doit y avoir soit une voie vers la régularisation et la citoyenneté, sur laquelle je sais que le ministre [de l’Immigration] travaille. Dans certains cas, nous devons accélérer les procédures d’expulsion.»

Les libéraux se sont engagés fin 2021 à «explorer des moyens de régulariser le statut des travailleurs sans papiers qui contribuent aux communautés canadiennes». M. Trudeau a dit qu’il n’avait pas prévu de date à laquelle cela entrerait réellement en vigueur. 

Selon le ministère fédéral de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, une personne sans papiers est celle qui a dépassé la durée de séjour d’un visa temporaire, est restée au Canada à la suite d’une demande d’asile rejetée ou est arrivée au Canada sans contacter les autorités.

Trouver un équilibre

Le bureau du ministre de l’Immigration, Marc Miller, a déclaré vendredi qu’il était sur le point de présenter une proposition à ses collègues ministres avant l’ajournement du Parlement pour les vacances d’été le mois prochain.

«Il y a un équilibre à trouver pour garantir l’intégrité de notre système d’immigration, a déclaré M. Trudeau. C’est l’une des raisons pour lesquelles les Canadiens continuent, contrairement à tant d’autres pays dans le monde, d’avoir une approche positive de l’immigration — parce que notre système d’immigration est rigoureux.»

Le ministère fédéral de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté affirme qu’il n’existe pas de décompte précis du nombre d’immigrants sans papiers résidant au Canada, bien qu’il note que des sources universitaires ont estimé ce nombre entre 500 000 et seulement 20 000.

«Les migrants sans papiers vivent dans la peur d’être détectés et expulsés, et beaucoup sont extrêmement vulnérables en raison de leur accès très limité aux soins de santé et aux services sociaux», lit−on dans le document d’information que le ministère a préparé pour le témoignage au Parlement de novembre 2022.

 

Des minorités surreprésentées 

Le Migrant Rights Network a soulevé la question vendredi à l’occasion de la Journée mondiale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie, soulignant que les minorités de genre et sexuelles sont représentées de manière disproportionnée parmi les étrangers qui n’ont pas de statut légal au Canada.

Swathi Sekhar, avocate de l’organisme Rainbow Railroad, explique que cela est dû en partie à la discrimination qui existe au sein des systèmes juridiques et des groupes de bénévoles créés pour protéger les réfugiés.

«Il y a des personnes LGBTQI+ qui sont expulsées vers des endroits où elles pourraient être tuées, a-t-elle souligné lors d’une conférence de presse à Toronto. Ce type de programme de régularisation pourrait littéralement sauver la vie de nombreux migrants LGBTQI+ qui se trouvent dans ce pays.»

Sarom Rho, du groupe Migrant Workers Alliance for Change, a appelé à un programme de régularisation sans plafond sur le nombre de personnes éligibles, ajoutant que M. Trudeau devrait «arrêter immédiatement toutes les expulsions».

Elle a affirmé que des gens étaient maltraités par leurs employeurs et privés de soins de santé. «Les homosexuels sans papiers risquent d’être expulsés vers des pays où les relations homosexuelles sont criminalisées, où les thérapies de conversion existent toujours et où, dans certains cas, la peine de mort est légale.»

Charles Mwangi, un homme bisexuel originaire du Kenya, a déclaré qu’il vivait au Canada depuis un peu moins de cinq ans malgré le refus de sa demande d’asile et de son appel. Son dernier appel est prévu le mois prochain.

«Je crains pour ma vie dans mon pays parce que je vais être tué», a déclaré M. Mwangi, qui a travaillé clandestinement dans une maison de retraite et a soudainement perdu son emploi sans aucun recours. Il a déclaré qu’il était également confronté à des hausses de loyer arbitraires, car il ne pouvait pas demander l’aide des autorités.

Une professionnelle de la santé ougandaise sans papiers, connue sous le nom de Jane, a déclaré qu’elle ne pouvait pas retourner dans son pays, qui a adopté l’année dernière une loi qui emprisonne les personnes s’identifiant comme appartenant à une minorité de genre ou sexuelle, et appelle à la peine de mort pour certains actes homosexuels.

«Quand je marche dans les rues et que je vois la police, mon cœur s’emballe parce que j’ai peur d’être arrêtée et expulsée», a-t-elle témoigné, préférant cacher son nom de famille pour des raisons de sécurité.

Elle raconte qu’elle vit au Canada depuis sept ans, mais qu’elle était toujours maltraitée par des collègues qui ont un statut légal, car ils lui confient plus de travail que ce pour quoi elle est payée. «Ils ont utilisé ma situation pour m’exploiter. Eux ont le droit de parler à leurs patrons en raison de leur statut, mais pas moi», a-t-elle relaté.

Le ministère de l’Immigration a déjà mené des projets pilotes à court terme, comme le programme Anges gardiens pendant la pandémie de COVID−19, qui a permis à 8500 demandeurs d’asile en attente ou déboutés qui travaillaient dans le domaine des soins directs aux patients, ou aux membres de leur famille, d’obtenir la résidence permanente.

Un autre programme pour la région du Grand Toronto, appelé Politique publique pour les travailleurs de la construction sans statut, avait permis à 441 travailleurs et 588 personnes à leur charge d’accéder à la résidence permanente en août dernier. 

Dylan Robertson, La Presse Canadienne