Lettre aux fidèles de la copropriété du Québec

Publié le 22/01/2024 à 11:15

Lettre aux fidèles de la copropriété du Québec

Publié le 22/01/2024 à 11:15

Par Gabriel Marcu

Un médiateur chevronné en copropriété pourrait bien être ton éminence grise des solutions, du style «condo sherpa». (Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. En tant que chercheur infatigable, je suis à la fois un explorateur du royaume farfelu des idées et un aventurier intrépide. Me voici maintenant dans la jungle amazonienne de la copropriété, une tribu multiculturelle millénaire, où la richesse des espèces rivalise avec la végétation et les décors, souvent carnivores.

On pourrait dire que je suis le Sherlock Holmes des mystères ordinaires, mais sans la pipe et avec bien moins de mystère. En fait, ajoutez une bonne dose d’humour à la recette, et vous obtenez le parfait mélange de détective insolite que je suis !

J’ouvre ce blogue avec la ferveur d’un enfant devant un cadeau de Noël géant. Parce que partager, c’est la vraie recette du bonheur, même si parfois c’est un peu comme partager sa glace avec un gourmand qui a déjà fini la sienne.

J’adore la vie heureuse et les relations humaines, surtout quand ça se passe dans la joie et la bonne humeur. Vivre, c’est comme une grande fête costumée où on peut être qui on veut. Parfois, je me déguise en philosophe, en amateur de mimes, en policier au devoir, rarement en avocat du diable, c’est selon l’humeur du jour. Finalement, la vie doit être une pièce de théâtre ou nous devons faire bonne figure, afin d’offrir aux fidèles spectateurs complices toujours plus pour leur argent ! Cette recette magique m’a rendu vite millionnaire… En remerciements! Qui aurait cru que le bonheur serait ma plus grande fortune?!

Et puis, parlons un petit peu de la critique. Elle est là, elle fait partie du voyage, mais je ne me laisse pas abattre. Ici nommé QC (contrôle de qualité).

Alors, me voilà, armé de mon clavier et de mon sens de l’humour, prêt à partager avec vous mes pensées profondes et mes métaphores les plus douteuses, mais si percutantes.

Les Affaires m’ont offert en cadeau la tribune, et aujourd’hui, je veux vous parler d’un sujet grave, mais avec le sourire:

 

La médiation en copropriété

Résoudre des conflits, c’est un peu comme jouer à Pokémon: attraper les problèmes, les comprendre, et les recycler en solutions.

Alors, si vous êtes partants pour une aventure pleine de réflexions et de rires, accrochez-vous, car on va parler de la copropriété avec autant de sérieux qu’un pingouin en smoking!

• Ô toi, honorable syndicat de copropriété, toi l’administrateur — gestionnaire ou même toi le charmant copropriétaire, toi qui navigues entre les écueils des dissensions voisines et dans la jungle des règlements incompris, tu hésites à faire appel à la cavalerie juridique?

• Peut-être es-tu égaré parmi les multiples options, points de départ, des destinations menant «nulle part» (nowhere)?

• Aspires-tu à un mentor des expressions et en art de la communication, ici nommé (médiateur), à la défense acharnée de tes idées et de tes sentiments, ou vers à un avocat gladiateur capable de punir les méchants peu importe le sang versé, ici nommé (avocat de litige)?

Si tu as répondu favorablement à l’une de ces interrogations — sauf pour les gladiateurs — il se pourrait que l’octogone judiciaire ne soit pas ton meilleur allié, mais que la médiation s’avère être de loin ton meilleur remède naturel sans aucune contre-indication ou allergie connue. Avant de plonger dans les méandres judiciaires, pose-toi la question: as-tu réellement épuisé toutes les voies possibles pour résoudre ces différends?

 

Naviguer les flots de la copropriété: trouver l’harmonie au milieu des vagues!

Bienvenue, chers copropriétaires et tous les autres acteurs impliqués, dans l’amphithéâtre dynamique de la vie en communauté. Je serai votre animateur dans les prochaines semaines.

Dans cette aventure quotidienne, les frictions avec vos voisins ou les administrateurs peuvent parfois ressembler à un feuilleton de téléréalité, avec des intrigues alimentées par des divergences sur la gestion de la copropriété, des ragots de palier, ou d’autres querelles apparemment futiles. Ces petites tempêtes peuvent agiter le calme de votre havre partagé.

Mal soignées, ces allergies de parcours communautaire, deviennent des maladies et de plus en plus des cancers, nommés ici cancers litigieux.

 

Oh, la copropriété, ce paradoxe!

• Ou nous choisissons de partager notre vie, notre investissement souvent le plus important de notre vivant, certains de nos droits et privilèges personnels, même ceux garantis par la Charte des droits et libertés, sans être prêts à faire notre part de partages et des compromis !

• Ou nous achetons finalement un «chez nous» qui est en fait un pourcentage d’un bien collectif qui nous permet de vivre «chez nous», mais en réalité le «chez nous», c’est le «chez vous», également et «chez vos voisins aussi». Tous vos voisins pour être le plus précis !

• Ou nous choisissons un investissement, mais nous ne voulons pas payer cher pour sa préservation, donc nous cherchons les moindres frais de condo sans penser à la valeur de notre investissement en premier! Comme les locataires barguigneurs.

• Ou on crie après les pauvres bénévoles administrateurs qui s’occupent de votre investissement, chaque fois que votre investissement leur demande de l’argent !

Le temps et l’argent, ces deux joyaux inestimables, occupent indubitablement une place cruciale dans l’échiquier de la copropriété. Et que diriez-vous de troquer le «je veux, j’exige, etc.» contre un «j’aurais besoin, j’aimerais avoir, j’aimerais savoir, sommes-nous, etc.»? Un simple changement dans la manière dont nous formulons nos désirs ou nos besoins peut ouvrir la porte à une communication plus constructive.

Et pourquoi ne pas envisager d’exprimer vos tourments en karaoké, métaphoriquement parlant bien sûr? Les récits partagés au fil des chansons pourraient être une manière amusante d’apaiser les tensions et de renforcer les liens.

Tu pourras envisager d’endosser le rôle de danseur en duo, cherchant des solutions où chacun trouve son compte. La communication, tissée de compréhension mutuelle, peut être la mélodie qui adoucit les discordes. Cependant, cet art est réservé à peu d’individus.

Un médiateur chevronné en copropriété pourrait bien être ton éminence grise des solutions, du style «condo sherpa». Ainsi, plutôt que de t’engager dans un combat de casseroles et de couteaux judiciaires, fais appel aux médiateurs expérimentés, et découvre la magie de résoudre les énigmes sans passer par le ring de combat.

En conclusion, chers copropriétaires et chers acteurs fidèles à ce mode de vie, rappelez-vous que chaque défi est une occasion déguisée. En embrassant les divers choix avant de recourir aux conflits judiciaires, en favorisant les liens amicaux, en dansant au rythme des solutions, et en troquant les exigences pour des expressions de besoins, nous pouvons naviguer les flots de la copropriété avec sagesse et harmonie. Et en profiter pour admirer la nature et les richesses à découvrir au long du ce voyage ensemble.

 

À la une

Bourse: Wall Street clôture en ordre dispersé

Mis à jour à 18:12 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a clôturé en légère hausse.

Bourse: les gagnants et les perdants du 18 avril

Mis à jour à 18:32 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Banque TD, Marché Goodfood et Lion Électrique

Que faire avec les titres de Banque TD, Marché Goodfood et Lion Électrique? Voici quelques recommandations d’analystes.