Canadian Tire annonce un bénéfice et des ventes en baisse au quatrième trimestre

Publié le 15/02/2024 à 09:46, mis à jour le 15/02/2024 à 18:53

Canadian Tire annonce un bénéfice et des ventes en baisse au quatrième trimestre

Publié le 15/02/2024 à 09:46, mis à jour le 15/02/2024 à 18:53

Par La Presse Canadienne

La société affirme que ses ventes comparables consolidées ont diminué de 6,8% en raison d’un ralentissement de la demande des consommateurs, aggravé par des ventes plus faibles en raison de conditions météorologiques inhabituelles dans tout le pays en décembre. (Photo: La Presse Canadienne)

Toronto — La Société Canadian Tire (CTC) a vu son bénéfice chuter d’environ 68% au cours du trimestre clé du magasinage des Fêtes, alors qu’un environnement économique plus difficile et un hiver inhabituellement doux ont freiné les dépenses des consommateurs.

Le détaillant dont le siège social se trouve à Toronto, qui possède également les enseignes SportChek, Mark’s, Party City et Pro Hockey Life, a annoncé jeudi que son bénéfice attribuable aux actionnaires s’est élevé à 172,5 millions de dollars (M$), ou 3,09$ par action, au quatrième trimestre.

Ce résultat pour la période de 13 semaines qui a pris fin le 30 décembre se compare à un bénéfice de 531,9M$, ou 9,09$ par action, au même trimestre un an plus tôt.

Le président et chef de la direction de Canadian Tire, Greg Hicks, a admis que le plus récent trimestre «n’a pas répondu» aux attentes de l’entreprise.

«L’année écoulée a été difficile, plus que ce à quoi nous nous attendions au départ», a-t-il reconnu jeudi lors d’une conférence téléphonique avec des analystes pour discuter des résultats trimestriels.

M. Hicks a cité la hausse des taux d’intérêt, l’inflation tenace, qui a affecté les dépenses discrétionnaires, et des conditions météorologiques défavorables parmi les raisons qui peuvent expliquer les résultats en deçà des attentes de l’entreprise.

Canadian Tire a tendance à être fortement touchée par les fluctuations de la situation économique des consommateurs et par les conditions météorologiques, car une grande partie de sa gamme de produits peut être liée aux sports saisonniers ou aux Fêtes. De nombreux consommateurs considèrent ces articles comme discrétionnaires et réduisent leurs dépenses en ce sens lorsque l’inflation et les taux d’intérêt sont élevés.

«Noël est un excellent exemple», a souligné le président du groupe de détail de Canadian Tire, TJ Flood, lors de la même conférence téléphonique.

Cette tendance observée chez les consommateurs a fait baisser les revenus de Canadian Tire à 4,44 milliards de dollars (G$) au quatrième trimestre, comparativement à 5,34G$ pour la même période un an plus tôt.

«Même si nous nous attendions à ce que les résultats soient teintés par le ralentissement des dépenses de consommation, l’impact a été plus grave que prévu», a soutenu Chris Li, analyste de Desjardins Marché des capitaux, dans une note aux investisseurs.

L’impact de la météo

Le cours de l’action de Canadian Tire a chuté de près de 4% en fin de matinée jeudi, mais ces pertes ont été récupérées plus tard, de sorte que l’action a clôturé en baisse de seulement 0,27%, à 140,50$.

Ses ventes comparables consolidées ont diminué de 6,8%, ce que le détaillant a attribué au ralentissement de la demande des consommateurs, aggravé par des ventes plus faibles causées par des températures au-dessus de la normale qui ont touché une grande partie du pays en décembre.

Si SportChek a connu des baisses dans les secteurs des vêtements d’extérieur, du ski, de la planche à neige et des accessoires d’hiver, Canadian Tire a vu des catégories comme les essuie-glaces, les pneus d’hiver et les batteries bien résister.

«Nous vivons et opérons au Canada, où la météo peut être imprévisible. Cela dit, nous savons que nous devons être bien approvisionnés dans les catégories liées à la météo pour répondre aux besoins saisonniers de nos clients», a affirmé M. Hicks.

En plus des conditions météorologiques, Canadian Tire a dû travailler dans un contexte où tous les détaillants ont intensifié leurs activités promotionnelles à l’approche des Fêtes pour aller chercher la plus grande part du budget de dépenses limité des consommateurs.

Les rabais du Vendredi fou ont notamment commencé plus tôt qu’à l’habitude, ce qui a ainsi renforcé la concurrence.

Pour les prochains mois, M. Hicks a assuré avoir confiance que Canadian Tire saura tirer son épingle du jeu.

Il a rappelé que l’entreprise a investi 1,4G$ depuis mars 2022 dans un plan visant à déployer des magasins nouveaux et rénovés, ainsi que des centres de distribution agrandis avec des mises à niveau d’automatisation et d’infrastructure technologique.

«En ce début de 2024, nous accordons une attention accrue à notre flexibilité financière et contrôlons ce que nous pouvons contrôler, tout en atténuant ce que nous ne pouvons pas contrôler», a soutenu M. Hicks.

Tara Deschamps, La Presse Canadienne

 

Inscrivez-vous à notre infolettre thématique:

Finances personnelles — Tous les vendredis

Inspirez-vous des conseils de nos experts en planification financière et de toutes les nouvelles pouvant affecter la gestion de votre patrimoine.

Sur le même sujet

À la une

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour il y a 48 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.

Bourse: les gagnants et les perdants du 12 avril

Mis à jour il y a 45 minutes | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.