Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Présentéisme: 41 jours «perdus» par employé chaque année

Catherine Charron|30 mars 2022

Présentéisme: 41 jours «perdus» par employé chaque année

Les Canadiens n'adoptent pas de saines habitudes de vie car ils souffrent de fatigue mentale. (Photo: 123RF)

RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l’on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur journée. En sirotant votre breuvage préféré, découvrez des astuces inédites pour rendre vos 9@5 productifs et stimulants.


RHÉVEIL-MATIN. En 2021, si les Canadiens ont peiné à mettre en pratique de «saines» habitudes de vie, c’est parce qu’ils souffrent en majorité de fatigue mentale, «un résultat particulièrement inhabituel et intéressant», indique Manuvie dans son plus récent Rapport Mieux-Être.

L’an dernier, cette raison ne figurait même pas parmi les trois principales qui expliquaient ce piètre mode de vie, est-il précisé.

Cela devrait alarmer les organisations, car les absences liées aux enjeux de santé et au présentéisme leur font perdre 41,2 jours par employé chaque année, met en lumière l’assureur, soit 16% des heures passées à bosser.

La deuxième édition pandémique de ce sondage auprès de plus de 6000 travailleurs au pays dresse un portrait de leur état de santé et, du même coup, de celui des entreprises. Celui-ci était peu réjouissant en 2021.

En partie à cause de la COVID-19, ces Canadiens «ont de la difficulté à prendre soin de leur santé et à adopter un mode de vie plus sain», conclut-on.

En effet, 74% des répondants ressentent un ou des troubles musculosquelettiques, qui affectent dans 24% des cas leur performance au boulot. Près de 40% indiquent qu’ils pratiquent moins de 150 minutes d’activité physique chaque semaine, alors qu’un nombre similaire dit avoir au moins trois sources de risque pour sa santé.

La durée du sommeil de 29% des employés sondés est de moins de sept heures par nuit, en grande partie à cause du stress que leur travail leur procure.

Les trois principales raisons qui expliquent ces difficultés, selon le Rapport Mieux-Être, sont que les répondants ressentent de la fatigue mentale dans 63% des cas, qu’ils manquent de temps (38%), ou encore qu’ils ne sont pas motivés (34%).

La solitude gagne les Canadiens, la part de ceux qui disent en éprouver étant passée de 48% à 51% en un an. De plus, près de la moitié «présentent au moins un facteur de risque lié à la santé mentale au travail», ayant surtout de la difficulté à trouver un équilibre entre leur vie personnelle et leur boulot, et à gérer leur charge de travail.

Le stress financier affecte aussi leur performance professionnelle dans le quart des cas, tandis que 57% des personnes sondées s’inquiètent de leur «situation financière».

La directrice principale Meilleures pratiques en santé mentale Manuvie, la docteure Georgia Pomaki, estime que les entreprises ne peuvent outrepasser de tels résultats. Pour ceux «aux prises avec des problèmes de santé mentale et une grande fatigue […] le retour au bureau peut sembler accablant. Les organisations doivent tenir compte des deux groupes pour concevoir des programmes de soutien efficaces pour le retour au bureau», est-il écrit dans un communiqué.

 

Pour ne plus rater ce rendez-vous, recevez votre RHéveil-matin dans votre boîte de courriels!