Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi 1er décembre

Publié le 01/12/2023 à 08:17, mis à jour le 01/12/2023 à 08:27

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi 1er décembre

Publié le 01/12/2023 à 08:17, mis à jour le 01/12/2023 à 08:27

(Photo: Getty Images)

REVUES DES MARCHÉS. Les Bourses européennes restent sur leur lancée de novembre vendredi, progressant après la publication d'un déclin un peu moins mauvais qu'attendu d'un indicateur d'activité en Europe. Les marchés européens ont entamé le mois de décembre en hausse, après avoir connu pour certains indices leur meilleur mois de l'année en novembre

 

Les indices boursiers à 8h00

Les contrats à terme du Dow Jones reculaient de -15,00 points (-0,04%) à 35 995,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 diminuaient de -10,50 points (-0,23%) à 4 566,25 points. Les contrats à terme du Nasdaq retraitaient de -60,50 points (-0,38%) à 15 925,00 points.

À Londres, le FTSE 100 progressait de +50,54 points (+0,68%) à 7 504,29 points. À Paris, le CAC 40 gagnait +27,19 points (+0,37%) à 7 337,96 points. À Francfort, le DAX haussait de +116,39 points (+0,72%) à 16 331,82 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a baissé de -55,38 points (-0,17%) à 33 431,51 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a diminué de -212,58 points (-1,25%) à 16 830,30 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain perdait -0,10 $US (-0,13%) à 75,86 $US. Le baril de Brent de la mer du Nord retraitait de -0,14 $US (-0,17%) à 82,69 $US.

 

Le contexte

Après avoir réalisé leur meilleur mois depuis au moins un an en novembre, les trois indices américains se dirigeaient aussi vers une ouverture proche de l’équilibre selon les contrats à terme.

Jeudi, ils avaient terminé en ordre dispersé, divisés devant l’inflation: si celle-ci a reculé pour s’établir à 3% selon l’indice PCE — celui que privilégie la Banque centrale américaine (Fed) —, elle reste à 3,5% en excluant les prix de l’énergie et l’alimentation, soit bien au-dessus de la cible des 2%.

Après deux séances où l’attention des investisseurs était consacrée à cet indicateur, elle sera plutôt dirigée vendredi vers le niveau de l’activité de l’industrie en Europe et aux États-Unis, qui souffre depuis plus d’un an.

En Europe, le déclin en novembre a été confirmé pour l’industrie, mais l’estimation finale de l’indicateur PMI a été un peu meilleur que l’estimation initiale pour la zone euro et certains pays comme la France.

De nouvelles données pour l’industrie sont attendues en début de séance aux États-Unis.

Des prises de parole de Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne, et aussi de Jerome Powell, son homologue de la Réserve fédérale américaine, sont aussi prévues.

Ce sera la dernière prise de parole de Jerome Powell avant la prochaine réunion de la Fed, à partir du 12 décembre.

Sur le marché obligataire, les taux des emprunts des États bougeaient peu en Europe comme aux États-Unis.

«Se peut-il que les banques centrales aient été trop en retard avant les premières hausses de taux d’intérêt directeurs» intervenues en mars 2022, «puis trop lentes pour les baisser?» désormais, s’interroge Neil Wilson, analyste de Finalto.

En Asie, la Bourse de Tokyo a terminé vendredi en ordre dispersé, l’indice principal cédant 0,17% dans le sillage de Wall Street, tandis que Hong Kong a fait la moue (-1,25%).

 

La Chine dope les minières

L’activité manufacturière en Chine a progressé en novembre à son rythme le plus rapide depuis trois mois, selon un indice indépendant publié vendredi, à rebours des chiffres officiels qui traduisent une fragilité de la reprise économique chez le géant asiatique.

Cette nouvelle a donné un coup de fouet aux entreprises minières à Londres, qui dépendent beaucoup de la conjoncture économique en Chine. Anglo American bondissait de 6,21%, Antofagasta de 4,12%, Glencore de 3,20% et Rio Tinto de 3,17%.

 

Baisse du pétrole

Le pétrole se stabilisait vendredi après la réunion des pays exportateurs de l’OPEP+ et l’annonce de coupes de production volontaires supplémentaires de certains de ses membres, qui ont toutefois été accueillies avec scepticisme par les investisseurs, car plus réduites qu’anticipé.

Le baril de Brent prenait 0,06% à 80,691 $US et celui de WTI 0,09% à 76,03 $US. Les deux cours sont en légère hausse, autour de 0,5%, sur la semaine.

L’euro se reprenait un peu et regagnait 0,06% à 1,0895 $US.

 

 

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street conclut en ordre dispersé après les minutes de la Fed et avant Nvidia

Mis à jour à 17:08 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse de 45 points.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi 21 février

Mis à jour à 08:43 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés mondiaux nerveux avant les résultats du géant des puces Nvidia.

OPINION Trois erreurs à éviter en matière de REER
Mis à jour le 20/02/2024 | Morningstar
Bourse: Wall Street termine en baisse, plombée par la technologie
Mis à jour le 20/02/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi 20 février
Mis à jour le 20/02/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

À la une

Reprise de l’activité immobilière: la baisse des taux ne sera pas suffisante à elle seule

Mis à jour à 17:56 | Charles Poulin

Le terrain de jeu est extrêmement complexe à l’heure actuelle.

Bourse: Wall Street conclut en ordre dispersé après les minutes de la Fed et avant Nvidia

Mis à jour à 17:08 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse de 45 points.

À surveiller: Loblaw, Redevances aurifères Osisko et Salesforce

Que faire avec les titres de Loblaw, Redevances aurifères Osisko et Salesforce? Voici des recommandations d’analystes.