Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture jeudi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture jeudi

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés mondiaux temporisaient jeudi, avant la publication des chiffres de l’inflation américaine de janvier, une donnée cruciale pour la politique monétaire de la Réserve fédérale. 

Après une séance de mercredi portée par de bons résultats d’entreprises, la Bourse de New York se dirigeait vers une ouverture sans grande tendance.

En Asie, les places boursières ont légèrement progressé.

 

Les indices boursiers à 8h02

Aux États-Unis, les contrats à terme du Dow Jones récoltaient 69,00 points (+0,19%) à 35 710,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 descendaient de 1,25 points (-0,03%) à 4 576,50 points. Les contrats à terme du Nasdaq baissaient de 15,50 points (-0,10%) à 15 022,75 points.

En Europe, les résultats étaient mitigés. À Londres, le FTSE 100 récoltait 8,69 points (+0,11%) à 7 652,11 points. À Paris, le CAC 40 reculait de 0,79 points (-0,01%) à 7 130,09 points. À Francfort, le DAX affichait une hausse de 80,46 points (+0,52%) à 15 562,47 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a progressé de 116,21 points (+0,42%) à 27 696,08 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a récolté 94,36 points (+0,38%) à 24 924,35 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain haussait de 0,74 $ US (+0,83%) à 90,40 $ US. Le baril de Brent de la mer du Nord progressait de 0,59 $ US (+0,64%) à 92,14 $ US.

 

 

Le contexte

La séance du jour est suspendue à la publication des chiffres de l’inflation de janvier aux États-Unis, qui pourraient atteindre 7,3% sur un an, selon les anticipations des analystes.

Les banques centrales annoncent à tour de rôle un resserrement de leur politique monétaire pour contrer la hausse des prix, qui a atteint 7% en 2021 aux États-Unis.

Face à ce chiffre, la Réserve fédérale a déjà amorcé la réduction de son soutien monétaire, mis en place au moment de la crise sanitaire pour soutenir les marchés et qui a permis à ces derniers de réaliser de fortes progressions l’année passée.

Une première hausse des taux directeurs de la banque centrale américaine devrait intervenir en mars et le marché table désormais sur cinq relèvements courant 2022.

Les données sur l’inflation de ce jeudi «pourraient nous aider à savoir si le FOMC (comité de politique monétaire de la Fed) décidera d’appliquer une hausse de 50 points de base en mars ou de seulement 25 points de base» de son principal taux directeur, explique Neil Wilson, analyste de Markets.com.

En Europe, la Banque centrale européenne n’a pas encore indiqué l’horizon du redressement de son taux directeur, mais les pressions s’accentuent. La hausse des prix a été de 5% en 2021, bien au-dessus de son objectif de 2%.

La Commission européenne a revu jeudi à la hausse sa prévision d’inflation dans la zone euro pour 2022, à 3,5%, et à la baisse sa prévision de croissance économique, à 4%.

Les investisseurs digèrent par ailleurs une nouvelle vague de résultats d’entreprises. 

Les marchés s’attendaient à d’énièmes pertes, mais le géant des locations de voitures avec chauffeurs (VTC) a dégagé un bénéfice net de 892 millions de dollars américains au quatrième trimestre, signe que la rentabilité n’est plus une chimère. L’action Uber prenait environ 6% dans les échanges électroniques d’avant-Bourse.

Le géant mondial des cosmétiques a connu une année 2021 «historique» avec un bénéfice net de 4,6 milliards d’euros, mais «le marché s’attendait à des marges supérieures», explique Daniel Larrouturou, gérant actions chez Dôm Finance. Le titre perdait 1,41% et dans son sillage le luxe français reculait, notamment Hermès (-2,55%) et LVMH (-1,21%).

Delivery Hero chutait de 25,5%. Le livreur de repas déçoit avec une marge opérationnelle ajustée (BAIIDA) à -2,2%, malgré une hausse de 62% de son chiffre d’affaires en 2021, selon un communiqué publié jeudi.

Les prix du pétrole avançaient, au lendemain de la publication des données hebdomadaires sur les réserves américaines, plus basses que prévu, les investisseurs surveillant toujours les négociations sur le nucléaire iranien.

L’euro était stable (+0,06%) face au billet vert (à 1,143 2 $ US).

Le bitcoin grappillait 0,85% à 44 860 $ US.