À surveiller: Rogers, Shopify et Alphabet

Publié le 27/07/2023 à 11:31

À surveiller: Rogers, Shopify et Alphabet

Publié le 27/07/2023 à 11:31

Jerome Dubreuil de Valeurs mobilières Desjardins ne peut conclure que tous les risques liés à l’intégration de Shaw se sont estompés. (Photo: 123RF)

Que faire avec les titres de Rogers, Shopify et Alphabet? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée par les analystes.

Rogers Communication (RCI.B, 60,82$): elle maintient le cap

Malgré les bonnes nouvelles apprises lors du dévoilement des résultats de Rogers, Jerome Dubreuil de Valeurs mobilières Desjardins ne peut conclure que tous les risques liés à l’intégration de Shaw se sont estompés.

Le hic, c’est que le secteur des télécommunications est secoué de toutes parts. La décision rendue par le CRTC qui obligent les opérateurs de réseau mobile virtuel à s’entendre avec leurs clients régionaux d’ici août, le déploiement de la connexion fibre, et la guerre des prix ne sont que quelques exemples de ces «turbulences».

L’entreprise a augmenté ses cibles, surtout en ce qui concerne ses flux de trésorerie libre, ce qui indique de la fusion avec Shaw va bon train.

C’est d’ailleurs l’une des raisons qui expliquent peut-être pourquoi le titre s’en est aussi bien tiré sur les marchés à la suite du dévoilement de ses résultats.

De plus, on n’a toujours pas observé de répercussion négative sur ses revenus depuis la baisse des prix de ses forfaits, ce qui pourrait aussi expliquer cette ascension, estime Jerome Dubrueil.

Pourtant, en tenant aussi compte des forfaits qu’offre Shaw dans le calcul, on constate que la croissance de son revenu moyen par client a glissé 3,5% par rapport à la même période l’an dernier. L’effet sur sa performance financière a toutefois été en partie gommé par l’augmentation des frais en itinérance au cours du trimestre.

Même s’il s’attend à ce que l’entreprise réduise son effet de levier éventuellement – l’entreprise a d’ailleurs démontré qu’il était déjà en baisse-, l’analyste fait preuve de prudence à l’égard d’un titre qui est encore très endetté.

Il préfère attendre de voir comment les différents joueurs des télécommunications s’en tireront lors de la période du retour en classe et le lancement de la 5G du côté de Québecor avant de changer de position à l’égard de Rogers. C’est pourquoi il maintient sa recommandation à «conserver», le ratio entre le risque à court terme et les bénéfices que l’on peut tirer du titre n'étant pas très attirant selon lui.

Jerome Dubreuil ajuste lui aussi ses attentes, après le dévoilement des résultats trimestriels de la société. Il augmente le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement ajusté pour l’exercice 2023 et 2024, à 8,594 millions de dollars (M$) et 9,900 M$ respectivement.

Le bénéfice par action ajusté, quant à lui, ne devrait pas si bien s’en tirer. Jerome Dubreuil table dorénavant sur 4,22$ en 2023, et sur 4,87$ en 2024.

Néanmoins, il révise à la hausse son cours cible, le faisant passer de 68$ à 71$.

Catherine Charron

Shopify (SHOP, 66,57 $US): une structure plus légère qui devrait lui permettre de surpasser les estimations

Sur le même sujet

À surveiller: Bombardier, Cascades et Apple

12/04/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres Bombardier, Cascades et Apple? Voici des recommandations d’analystes.

Un investisseur demande à Gildan de tenir l'assemblée générale annuelle sans délai

Il ne fait pas confiance au conseil d'administration actuel de l'entreprise pour superviser un processus de vente.

À la une

Budget fédéral 2024: Ottawa pige 19,4G$ dans les poches des ultrariches et des entreprises

BUDGET FÉDÉRAL 2024. La mesure devrait servir à éponger le déficit de 39,8 G$ prévu pour 2024-2025.

Budget fédéral 2024: Ottawa veut encourager les régimes de retraite à investir au Canada

BUDGET FÉDÉRAL 2024. Ottawa veut inciter les régimes de retraite à investir au pays, mais sans y consacrer d’argent.

Ce budget écrit à l'encre rouge foncé ne fera pas que des heureux

EXPERTE INVITÉE. Les contribuables les mieux nantis passent à la caisse.